Deux cimetières inédits documentés par les archives de l’hôpital général de Tours

Par Françoise Yvernault



Résumé

L’étude d’archives réalisée lors de la fouille des casernes Beaumont, à Tours, a permis l’identification d’un cimetière de 72 individus dont certains présentent des membres amputés, non répertorié, dépourvu de mobilier et daté par C14 du début du XVIe au XIXe s. Le site correspond à une abbaye fondée au XIe s. et démantelée à la Révolution. Le domaine est ensuite loué à des particuliers, puis acheté par l’hôpital général et finalement transformé en caserne en 1913. Une première étude d’archives avait été réalisée lors du diagnostic, concernant l’abbaye bénédictine, où plusieurs zones funéraires avaient été identifiées ; ce nouveau cimetière, excentré à la limite de l’enclos, demeurait indéterminé. L’étude s’est alors orientée vers les archives du XIXe s., notamment le fonds de l’hôpital général, classé depuis 2011 et celui de l’école de médecine. Ces sources ont permis de proposer des hypothèses pour identifier le site. Les registres de délibérations montrent que si le domaine est acquis par l’hôpital en 1866 pour être cultivé, son étendue et son isolement permettent d’envisager de l’aménager en ambulance, ou annexe provisoire de l’hôpital. Des procès-verbaux et des correspondances attestent que l’ambulance de Beaumont est ouverte en 1870 lors d’une épidémie de variole et pour l’accueil de militaires blessés. En 1884, c’est à cause du risque d’épidémie de choléra. Des rapports et des lettres des administrateurs de l’hôpital préconisent d’inhumer les victimes à Beaumont pour éviter les risques de contagion, ce qui pourrait correspondre à une partie des sépultures découvertes en fouille. Des devis et factures indiquent des travaux de rénovation réalisés afin de la rendre permanente ; elle reste active jusqu’en 1894. La découverte dans le cimetière d’individus disséqués et de membres en surnombre dans les fosses a conduit au dépouillement du fonds de l’aumônerie de l’hôpital et de l’école de médecine, créée en 1841. Des circulaires concernant l’organisation des cours témoignent d’un enseignement pratique, chaque pathologie étudiée faisant l’objet d’une dissection sur un défunt dont le corps n’est pas réclamé par la famille. Un contrat avec une entreprise de pompes funèbres indique que les corps et fragments provenant de l’école de médecine peuvent être enterrés à plusieurs dans une boîte ou un cercueil, mais aucun lieu d’inhumation n’est indiqué. L’ouverture du cimetière de Beaumont correspond à un événement spécifique car la mortalité à l’hôpital excède largement la population découverte sur le site. Elle pourrait être liée à la fermeture du cimetière de l’hôpital en 1871. Les défunts des hospices doivent alors être inhumés au cimetière général de la ville, nettement éloigné.

The study of archives carried out during the excavation of the Beaumont barracks in Tours allowed the identification of a cemetery of 72 individuals, some of whom had amputated limbs, which was not catalogued, lacked furniture and was dated by C14 from the beginning of the 16th to the 19th century. The site corresponds to an abbey founded in the 11th century and dismantled during the Revolution. The domain was then rented to private individuals, then bought by the general hospital and finally transformed into barracks in 1913. A first archival study was carried out during the diagnostic, concerning the Benedictine abbey, where several burial areas had been identified; this new cemetery, off-center at the edge of the enclosure, remained undetermined. The study then turned to 19th century archives, in particular the general hospital collection, classified since 2011, and that of the medical school. These sources allowed us to propose hypotheses for identifying the site. The deliberation registers show that although the estate was acquired by the hospital in 1866 to be cultivated, its size and isolation made it possible to consider using it as an ambulance, or temporary annex of the hospital. Minutes and correspondence attest that the Beaumont ambulance was opened in 1870 during a smallpox epidemic and to receive wounded soldiers. In 1884, it was because of the risk of a cholera epidemic. Reports and letters from the hospital administrators recommend burying the victims in Beaumont to avoid the risk of contagion, which could correspond to some of the burials discovered during the excavation. Estimates and invoices indicate that renovation work was carried out in order to make it permanent; it remained active until 1894. The discovery in the cemetery of dissected individuals and excess limbs in the graves led to the excavation of the collection of the hospital chaplaincy and the medical school, created in 1841. Circulars concerning the organization of the courses testify to a practical teaching, each pathology studied being the subject of a dissection on a deceased person whose body was not claimed by the family. A contract with an undertaker indicates that bodies and fragments from the medical school can be buried in a box or coffin, but no place of burial is indicated. The opening of the Beaumont cemetery corresponds to a specific event because mortality at the hospital greatly exceeds the population discovered at the site. It could be linked to the closing of the hospital cemetery in 1871. The deceased from the hospices had to be buried in the city’s general cemetery, which was far away. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo et ce poster

YVERNAULT, Françoise. (2022). Deux cimetières inédits documentés par les archives de l’hôpital général de Tours [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16390>.

YVERNAULT, Françoise. (2022). Deux cimetières inédits documentés par les archives de l’hôpital général de Tours [Poster]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16390>. <hal-03959705>.


Auteur

Françoise Yvernault – Inrap – francoise.yvernault@inrap.fr



Citer ce billet
Inrap (2023, 27 janvier). Deux cimetières inédits documentés par les archives de l’hôpital général de Tours. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk1q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search