Funérailles d’aristocrates celtes : nouveau regard basé sur de nouvelles analyses

Par Bastien Dubuis, Inrap – UMR 6298 ArTeHiS. Avec la collaboration de Emilie Millet, Valérie Delattre, Delphine Barbier-Pain, Nicolas Garnier, Céline Bon, Sophie Lafosse, Matthieu Le-Bailly, Céline Villenave, David Josset, Renaud Bernadet.


Les tombes princières celtiques de Vix et de Lavau, géographiquement voisines, quasiment contemporaines et d’un niveau de richesse équivalent, constituent deux ensembles de référence incontournables de l’âge du Fer au nord des Alpes. L’examen comparé de nos connaissances actuelles, pour l’une et l’autre de ces deux tombes fouillées à 66 ans d’écart, donne la mesure de l’évolution radicale des méthodes de fouille et des techniques d’analyse. Au-delà des approches désormais classiques (ostéoanthropologie, étude du mobilier funéraire), il est possible de recourir aujourd’hui aux analyses ADN, protéomique, parasitologique, physico-chimique ainsi qu’à l’étude des pollens, des graines, des phytolithes… Ces analyses cumulatives et complémentaires visent à restituer plus complètement la personne défunte, le traitement de son corps, le déroulement et le moment des funérailles et l’aménagement interne de la tombe.

DUBUIS, Bastien et coll. (2022). Funérailles d’aristocrates celtes : nouveau regard basé sur de nouvelles analyses [vidéo]. Dans Archéologie nationale. Recherche Expertise Patrimoine : table ronde Inrap /Sous-direction de l’archéologie, 6 déc. 2022, Paris. https://sstinrap.hypotheses.org/17424.

Voir aussi : Bastien Dubuis et Émilie Millet, « Expérimentations techniques à Lavau. Mécanisation, relevés et prélèvements », Archéopages [En ligne], Hors-série 6 | 2022, mis en ligne le 03 août 2023. URL : http://journals.openedition.org/archeopages/13666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeopages.13666.



Citer ce billet
Inrap (2023, 20 juin). Funérailles d’aristocrates celtes : nouveau regard basé sur de nouvelles analyses. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search