La convention de Malte à la lumière des corpus des normes internationales de 1922 à nos jours

La Convention européenne (révisée) pour la protection du patrimoine archéologique, adoptée à Malte en 1992, marque un point d’inflexion dans la construction du droit international de l’archéologie, à l’œuvre depuis 1922. Les principes qu’elle infuse et la distribution des responsabilités qu’elle met en forme, notamment par la référence au principe de conservation intégrée (matrice des normes patrimoniales du Conseil de l’Europe), ont installé de nouvelles dynamiques normatives et institutionnelles. C’est une autre cartographie du droit de l’archéologie et de la chaine des responsabilités qui se dessine. La Convention de 1992 est par ailleurs un jalon dans la généalogie du droit international de l’archéologie, dont elle entérine les acquis.


Intervenant

Vincent Negri, CNRS, Institut des sciences sociales du politique

Pour citer cette vidéo

NEGRI, Vincent. (2023). La convention de Malte à la lumière des corpus des normes internationales de 1922 à nos jours [vidéo]. Dans : M. Bouiron, Ch. Cribellier, R. González Villaescusa, A. Marx, Le passé du continent au présent : 30e anniversaire de la Convention de La Valette (Malte) pour la protection du patrimoine archéologique en Europe, Paris, 26-27 juin 2023. https://sstinrap.hypotheses.org/18625.



Citer ce billet
Inrap (2023, 7 décembre). La convention de Malte à la lumière des corpus des normes internationales de 1922 à nos jours. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk28

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search