L’archéologie préventive en Europe : service public ou marché commercial ?

La Convention de Malte, tout en obligeant chacun des États signataires à développer l’archéologie préventive, n’indiquait pas selon quelle organisation. L’application de la Convention en France a donné lieu à la loi du 17 janvier 2001, instituant un monopole de l’archéologie préventive, confié à un établissement public de recherche l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), à charge pour lui d’associer les autres institutions qui le souhaitaient. Ce monopole a été validé par la Commission européenne en 2003. Mais la nouvelle majorité parlementaire conservatrice a institué le principe de la concurrence en juillet 2003.


Intervenant

Jean-Paul Demoule, Professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Membre honoraire de l’Institut universitaire de France, ancien président de l’Inrap

Pour citer cette vidéo

DEMOULE, Jean-Paul. (2023). L’archéologie préventive en Europe : service public ou marché commercial ? [vidéo]. Dans : M. Bouiron, Ch. Cribellier, R. González Villaescusa, A. Marx, Le passé du continent au présent : 30e anniversaire de la Convention de La Valette (Malte) pour la protection du patrimoine archéologique en Europe, Paris, 26-27 juin 2023. https://sstinrap.hypotheses.org/18721.



Citer ce billet
Inrap (2023, 7 décembre). L’archéologie préventive en Europe : service public ou marché commercial ? Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk2b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search