Figer l’Archéologie. Entre données et cadres de l’interprétation : quelle place pour le récit des incertitudes et des hypothèses dans les musées ?

Dès les phases de conception des musées archéologiques, apparaissent en filigrane des tensions portées par des interprétations mouvantes, étroitement liées à l’état des connaissances, des systèmes de classifications et de représentations projetées sur les sociétés du passé. Liées aussi aux personnalités « fabricantes » de ces restitutions aux publics. Quels que soient les modèles, pour reprendre une approche chère à la muséologie, qui aient présidé ou président à l’élaboration d’un programme muséographique, cette tension conduit à réinterroger sans cesse les héritages des expositions « permanentes » surgies de l’esprit de nos prédécesseurs. Elle accentue aussi les retards voire les antagonismes avec une discipline mutante : la recherche archéologique s’enrichit en continu de manière méthodologique et réflexive, amène à réexaminer ses définitions et ses propres limites, alors même que la durée de vie d’une muséographie et des dispositifs de médiation se compte en dizaine d’années voire en de multiples décennies. Les professionnels engagés dans une telle métamorphose se retrouvent confrontés à une autre forme de tension paradoxale : les phénomènes de collégialité associés à la conception et à la production du projet trouvent leur limite dans l’arbitrage que représentent un choix d’accrochage, un vocabulaire employé, une sélection même des éléments considérés comme signifiants (objets, cartes, animations et dispositif audiovisuel), et bien entendu des moyens humains comme financiers du projet. Cette communication s’inscrit comme un partage des réflexions sur notre responsabilité – le nous étant pluriel et associé à l’ensemble de la chaîne d’élaboration et de production – engagés dans une création ou une refonte muséographique accessible et respectueuse de la transparence scientifique.


Intervenante

Rose-Marie Mousseaux, conservatrice générale du patrimoine, directrice du Musée d’Archéologie Nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Pour citer cette vidéo

MOUSSEAUX, Rose-Marie. (2023). Figer l’Archéologie. Entre données et cadres de l’interprétation : quelle place pour le récit des incertitudes et des hypothèses dans les musées ? [vidéo]. Dans C. Dureuil, M. Bouiron et G. Bellan, Archéologie et intégrité scientifique : encadrer, produire, exploiter, diffuser l’information archéologique : 7e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 7-8 nov. 2023, Paris. https://sstinrap.hypotheses.org/19921.



Citer ce billet
Inrap (2023, 11 décembre). Figer l’Archéologie. Entre données et cadres de l’interprétation : quelle place pour le récit des incertitudes et des hypothèses dans les musées ? Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk3h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search