La géopédologie au service de l’archéologie préventive en Wallonie. Entre science et technique

Session 1 : Mise en valeur de la géoarchéologie et de ses potentialités / Highlighting geoarchaeology and its potentials

Par Olivier Collette [intervenant]


Résumé / Abstract

La géo-pédologie appliquée à l’archéologie participe à la compréhension des traces du passé et ouvre de nouvelles voies d’investigations. Dans le cadre des opérations préventives, les conditions d’interventions placent cette contribution dans une situation particulière, entre application méthodologique et recherche scientifique. C’est le cas pour les travaux géo-pédologiques effectués au sein du Service Public de Wallonie pour l’Agence wallonne du Patrimoine. En archéologie préventive, les sciences du sol sont sollicitées afin de répondre de façon rapide, précise et compréhensible à des questions souvent déterminantes pour la réalisation des interventions. L’urgence, la diversité des contextes et la limitation des moyens disponibles nécessitent l’utilisation d’outils et de savoir-faire pouvant être rapidement mis en œuvre. Ce champ de connaissance ne se suffit pas à lui-même dans ce cadre, il n’apporte qu’un élément de compréhension au sein d’un tout principalement accessible par une vision archéologique globale. Les réponses apportées lors des diagnostiques, en cours des fouilles ou dans le cadre de diffusions des résultats devraient idéalement impliquer une démarche scientifique complète et adaptée.  Ce n’est pas toujours possible faute de temps, de moyens, de connaissances spécifiques et de mises à jour. Ce sont finalement des connaissances de base et la valorisation d’expériences qui prévalent et permettent un appui profitable. Dans cette position, le géo-pédologue venant en appui aux interventions d’archéologie préventive ne peut être considéré comme spécialiste. Il occupe plutôt une position de généraliste mettant en œuvre une série d’opérations techniques spécifiques. Comme l’archéologue, il ne connait pas à l’avance la nature des vestiges qu’il rencontrera. Ni l’expérimentation, la répétition ou la confrontation, participant à la démarche scientifique, n’ont leur place dans la dynamique préventive. Les données à traiter apparaissent au fur et à mesure des découvertures et les protocoles d’étude sont structurés de façon plutôt empirique. Le géo-pédologue « préventif » bénéficie en revanche d’une grande diversité de situations et de contextes. Il a ainsi accès à de précieuses ressources de compréhension. S’il a la chance d’acquérir une expérience relativement vaste, il n’a pas toujours le loisir de la valoriser dans le cadre de recherches thématiques. C’est à ce stade qu’il peut devenir un véritable passeur. En Wallonie, si les centres consacrés aux sciences de la Terre sont reconnus et actifs en de nombreux domaines, rares sont ceux qui orientent leurs recherches en lien avec l’archéologie. Une des tâches du géo-pédologue « préventif » est de dynamiser les collaborations avec les pôles de recherche mais celle-ci est souvent mise en second plan dans son agenda. Pourtant, ce travail est doublement profitable, il apporte de nouvelles opportunités vers les pôles de recherche et affine la compréhension des phénomènes rencontrés en archéologie. L’entretien d’un lien dynamique devrait donc être considéré comme indispensable. En archéologie préventive, il s’agit plus de lire les sols que de les étudier.  Cette lecture se fait avec un vocabulaire de base, si possible le plus complet, compréhensible et utilisable pour l’archéologue. Il reste souhaitable de développer et affiner ce vocabulaire pour mieux décrire, et transmettre les informations utiles. C’est la spécificité de cette opération, entre science et technique.

Mots clés : archéologie préventive, démarche scientifique, application méthodologique, opérations techniques, pôles de recherche, transmission d’expériences

Geopedology at the service of preventive archaeology in Wallonia. Between science and technology

Geo-pedology applied to archaeology helps us to understand the traces of the past and opens up new avenues of investigation. In the context of preventive operations, the conditions of intervention place this contribution in a special situation, between methodological application and scientific research. This is the case for the geo-pedological work carried out by the Walloon Public Service for the Walloon Heritage Agency. In preventive archaeology, the soil sciences are called upon to provide rapid, precise and comprehensible answers to questions that are often crucial to the implementation of interventions. The urgency of the situation, the diversity of contexts and the limited resources available require the use of tools and know-how that can be implemented rapidly. This field of knowledge is not sufficient on its own in this context; it only provides an element of understanding within a whole that is mainly accessible through a global archaeological vision. The answers given at the time of diagnostic, during excavations or when disseminating results should ideally involve a complete and appropriate scientific approach. This is not always possible due to lack of time, resources, specific knowledge and updates. In the end, it is basic knowledge and the use of experience that prevail and provide profitable support. In this position, the geo-pedologist providing support for preventive archaeology projects cannot be considered a specialist. Rather, they are generalists who carry out a series of specific technical operations. Like archaeologists, they do not know in advance the nature of the remains they will encounter. Neither experimentation, repetition nor confrontation, which are part of the scientific approach, have any place in the preventive approach. The data to be processed emerges as and when discoveries are made and the study protocols are structured in a rather empirical way. The “preventive” geo-pedologist, on the other hand, benefits from a wide variety of situations and contexts. This gives them access to invaluable resources for understanding. Although they are fortunate enough to acquire a relatively broad range of experience, they do not always have the opportunity to put it to good use in thematic research. It’s at this stage that they can become a real bridge-builder. In Wallonia, although the centres devoted to the earth sciences are recognised and active in many fields, few of them focus their research on archaeology. One of the tasks of the “preventive” geo-pedologist is to stimulate collaboration with research centres, but this often takes second place in his or her agenda. However, the benefits of this work are twofold: it brings new opportunities to the research centres and refines our understanding of the phenomena encountered in archaeology. Maintaining a dynamic link should therefore be considered essential. In preventive archaeology, it is more a question of reading the soil than studying it. This reading is done with a basic vocabulary that is as complete as possible, understandable and usable for the archaeologist. It is still desirable to develop and refine this vocabulary to better describe and transmit useful information. That’s what makes this operation so special, somewhere between science and technology.

Keywords: preventive archaeology, scientific approach, methodological application, technical operations, research centres, transfer of experience


Pour citer cette communication

COLLETTE, Olivier. (2023). La géopédologie au service de l’archéologie préventive en Wallonie. Entre science et technique. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/5YXS-WW55.


Auteur

Olivier Collette, Service public de Wallonie, Agence wallonne du Patrimoine (AWaP), Direction d’appui scientifique et technique, olivier.collette@awap.be




Citer ce billet
Inrap (2023, 12 décembre). La géopédologie au service de l’archéologie préventive en Wallonie. Entre science et technique. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk3o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search