Defining archaeological contexts in geoarchaeological field practice

Session 2 : Documentation de terrain : terminologie et protocoles / Field recording: terminology and protocols

Par Diego E. Angelucci [intervenant]


Abstract / Résumé

Current archaeological field practice is standardised in many countries. In most cases, the identification of contexts (aka excavation units, units of stratification) relies on standard concepts of archaeological stratigraphy outlined by E. Harris (1979; 1989), Ph. Barker (1977) and others. Over time, this standardisation has given rise to customary norms (such as the “single context recording system” in the UK, see MOLAS 1994) or even mandatory regulations (as in Italy, see Parise Baldoni & Ruggeri Giove 1984). By proposing guidelines and practical rules, this system has helped archaeologists to improve proper excavation, field identification of the units and their recording. Despite their importance and effectiveness, the contexts defined by routine stratigraphic practice are not always adequate to contend with the different situations and variety of cases that archaeological stratifications may show. For instance, open-air sites that have been subjected to soil formation (in particular prehistoric ones) often embed archaeological remains within soil profiles and horizons whose organisation does not obey the stratigraphic law of superposition. The same happens for archaeological surfaces that have been exposed for a long time and thus turned into archaeological palimpsests. Another peculiar case is that caused by thick homogeneous layers which can camouflage former bedding as a result of bioturbation or slope dynamics such as soil creep. Eventually, situations in which accumulation and modification dynamics act almost simultaneously may lead to stratigraphic paradoxes (an example being fumier deposits, see Angelucci et al. 2009). For these reasons and for the sake of understanding formation processes and correctly excavating sites, the geoarchaeologist sometimes needs to go beyond routine archaeological stratigraphy and use specific entities for the identification of the field units. This can be done by combining distinct concepts from archaeology (contexts / excavation units), sedimentology (layers), soil science (horizons and profiles) and Quaternary stratigraphy (UBSU – unconformity bounded stratigraphic units). In recent years a new kind of operational tool, the GFU (geoarchaeological field unit, Angelucci 2002), has been tested in the field. Some examples of the application of the GFU are provided here, and its use as a tool for the geoarchaeological study of archaeological deposits in the field is proposed.

Keywords: archaeological stratigraphy, geoarchaeological fieldwork, field description, geoarchaeological field unit

Définir les contextes archéologiques dans la pratique de la géoarchéologie sur le terrain

La pratique actuelle de l’archéologie de terrain est normalisée dans de nombreux pays. Dans la plupart des cas, l’identification des contextes (également appelés unités de fouille, unités de stratification) repose sur les concepts standard de la stratigraphie archéologique décrits par E. Harris (1979 et 1989), Ph. Barker (1977) et d’autres. Au fil du temps, cette standardisation a donné lieu à des normes coutumières (comme le « single context recording system » au Royaume-Uni ; voir MOLAS, 1994) ou même à des réglementations obligatoires (comme en Italie ; voir Parise Baldoni & Ruggeri Giove, 1984). En proposant des lignes directrices et des règles pratiques, ce système a aidé les archéologues à améliorer la qualité des fouilles, l’identification des unités sur le terrain et leur enregistrement. Malgré leur importance et leur efficacité, les contextes définis par la pratique stratigraphique courante ne sont pas toujours adéquats pour faire face aux différentes situations et à la variété des cas que les stratifications archéologiques peuvent présenter. Par exemple, les sites à ciel ouvert qui ont été soumis à la formation du sol (en particulier les sites préhistoriques) renferment souvent des vestiges archéologiques dans des profils et des horizons de sol dont l’organisation n’obéit pas à la loi stratigraphique de la superposition. Il en va de même pour les surfaces archéologiques qui ont été exposées pendant une longue période et qui se sont donc transformées en palimpsestes archéologiques. Un autre cas particulier est celui des couches épaisses et homogènes qui peuvent camoufler un ancien litage à la suite d’une bioturbation ou d’une dynamique de pente telle que la reptation du sol. Enfin, les situations dans lesquelles les dynamiques d’accumulation et de modification agissent presque simultanément peuvent conduire à des paradoxes stratigraphiques (un exemple étant les dépôts de fumier ; voir Angelucci et al., 2009). Pour ces raisons et dans le but de comprendre les processus de formation et de fouiller correctement les sites, le géoarchéologue doit parfois aller au-delà de la stratigraphie archéologique habituelle et utiliser des entités spécifiques pour l’identification des unités de terrain. Cela peut se faire en combinant des concepts distincts de l’archéologie (contextes/unités de fouilles), de la sédimentologie (couches), de la pédologie (horizons et profils) et de la stratigraphie quaternaire (UBSU – unités stratigraphiques délimitées par des discordances). Ces dernières années, un nouveau type d’outil opérationnel, la GFU (unité géoarchéologique de terrain ; Angelucci, 2002), a été testé sur le terrain. Quelques exemples d’application de la GFU sont fournis ici, et son utilisation en tant qu’outil pour l’étude géoarchéologique des gisements archéologiques sur le terrain est proposée.

Mots clés : stratigraphie archéologique, travail de terrain géoarchéologique, description de terrain, unité de terrain géoarchéologique

References / Bibliographie
  • Angelucci D.E. (2002). The Geoarcheological Context. In J. Zilhão & E. Trinkaus (eds.), Portrait of the Artist as a Child. The Gravettian Human Skeleton from the Abrigo do Lagar Velho (p. 58–91). IPA, Lisbon.
  • Harris E.C. (1979). Principles of Archaeological Stratigraphy. London : Academic Press.
  • Angelucci D.E., Boschian G., Fontanals M., Pedrotti A. & Vergès J.M. (2009). Shepherds and karst: The use of caves and rock-shelters in the Mediterranean region during the Neolithic. World Archaeology, 41 (2), 191–214.
  • Barker Ph. (1977). Techniques of Archaeological Excavations. London : BT Batsford.
  • Harris E.C. (1989). Principles of Archaeological Stratigraphy (2nd ed.). New York : Academic Press.
  • Museum of London Archaeology Service – MOLAS. (1994). Archaeological Site Manual (3rd ed.). London : Museum of London.
  • Parise Baldoni F. & Ruggeri Giove M. (1984). Norme per la redazione della scheda di saggio stratigrafico. Roma : Istituto Centrale per il Catalogo e la Documentazione.

Pour citer cette communication

ANGELUCCI, Diego E. (2023). Defining archaeological contexts in geoarchaeological field practice. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/w3j4-t174.


Auteur

Diego E. Angelucci, LaBAAF, Dipartimento di Lettere e Filosofia, Università di Trento, Trento, Italy; UNIARQ – Centro de Arqueologia da Universidade de Lisboa, Portugal, diego.angelucci@unitn.it




Citer ce billet
Inrap (2023, 12 décembre). Defining archaeological contexts in geoarchaeological field practice. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk3s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search