Du terrain au laboratoire, proposition d’un protocole d’analyse des remblais en milieu urbain : le cas du ruau Sainte Anne (Tours)

Session 2 : Documentation de terrain : terminologie et protocoles / Field recording: terminology and protocols

Par Jean-Baptiste Rigot [intervenant], Isabelle Gay-Ovejero [intervenante], Florent Hinschberger, Nicolas Paillet et Émilien Bruand


Résumé / Abstract

En contexte urbain, toute prospection du sous-sol traverse généralement des remblais. Du fait de leur complexité (organisation, stratigraphie, composition, origine…), ces niveaux à forte variabilité spatiale et diachronique interrogent quant à leur caractérisation et leur intégration dans les études paléoenvironnementales, archéologiques et historiques. Le projet « Tours, une île au Moyen Âge ? » (TUIMA, ART Univ. Tours) vise à préciser l’environnement de la ville de Tours à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque Moderne à partir des accumulations sédimentaires de la plaine alluviale Loire-Cher. Or, les nombreux travaux archéologiques réalisés dans cet espace témoignent de l’absence récurrente de dépôts naturels pour cette période et en particulier le Petit Âge Glaciaire (PAG). Dans le cadre du projet TUIMA, les recherches se sont concentrées sur les zones topographiquement les plus basses, susceptibles d’avoir conservé ces archives sédimentaires. Un des secteurs privilégiés est le ruau Sainte Anne. Ce chenal reliant autrefois la Loire au Cher, définitivement fermé à la fin du XVIIIe siècle puis comblé au XIXe s., a laissé place au jardin botanique de Tours. Un transect de cinq carottages (carottier à percussions Eijkelkamp), couplé à des mesures géophysiques (prospections géoradar et électrique), a été réalisé dans la partie sud du jardin, puis deux autres carottages dans sa partie médiane. Une description fine des unités lithologiques traversées jusqu’au substrat crétacé et un échantillonnage ont été réalisés. Les observations menées de longue date sur les dépôts sédimentaires de la plaine alluviale de Tours par les collègues de l’Inrap, et ceux réalisés à partir des carottages dans ce paléochenal, témoignent d’une confusion possible entre les niveaux naturels et les niveaux anthropiques postérieurs à l’Antiquité. Ainsi, de haut en bas, la succession suivante est observée : niveaux sombres silto-sableux à artéfacts, couches sableuses non structurées puis niveaux sableux ou silteux naturels. Qu’est-ce qui relève d’un remaniement en contexte urbain ? De remblais sensu stricto ? De niveaux naturels à artéfacts… ? Cette difficulté d’interprétation a conduit à axer une partie de la recherche sur l’identification de ces dépôts, avec l’objectif de définir un protocole d’analyses et d’établir un référentiel. Nos efforts se concentrent sur la description détaillée sur le terrain, puis sur différentes analyses en laboratoire : granulométrie des particules et utilisation d’indices, spectrocolorimétrie, susceptibilité magnétique, observations binoculaires, datation 14C. L’étude, encore en cours, devrait permettre d’apporter des éléments de réponse aux questions soulevées par ces archives du sol.

Mots clés : remblais, sédiments, géoarchéologie, paléoenvironnement, Tours

From field to laboratory, testing a protocol for analyzing backfill in urban environments : the case of Ruau Sainte Anne (Tours)

In an urban context, any prospecting of the subsoil generally involves the excavation of fill. Because of their complexity (organisation, stratigraphy, composition, origin, etc.), these levels are highly variable spatially and diachronically, raising questions about their characterisation and integration into palaeoenvironmental, archaeological and historical studies.
The “Tours, an island in the Middle Ages” project (TUIMA, ART Univ. Tours) aims to clarify the environment of the city of Tours in the late Middle Ages and early Modern period, based on sedimentary accumulations in the Loire-Cher alluvial plain. However, the numerous archaeological studies carried out in this area show the recurrent absence of natural deposits from this period, and in particular from the Little Ice Age (PAG). As part of the TUIMA project, research has focused on the lowest-lying areas likely to have preserved these sedimentary archives. One of the key areas is the ruau Sainte Anne. This channel, which once linked the Loire to the Cher, was definitively closed at the end of the eighteenth century, then filled in during the nineteenth century, to make way for the Tours Botanical Gardens. A transect of five cores (Eijkelkamp percussion corer), coupled with geophysical measurements (georadar and electrical surveys), was carried out in the southern part of the garden, followed by two further cores in its central part. A detailed description of the lithological units traversed down to the Cretaceous substratum and sampling were carried out. Observations made by Inrap colleagues over many years on sedimentary deposits in the Tours alluvial plain, and those made from coring in this palaeochenal, point to a possible confusion between natural levels and anthropogenic levels dating from after Antiquity. From top to bottom, the following sequence can be seen: dark sandy-silt levels with artefacts, unstructured sandy layers and then natural sandy or silty levels. What constitutes urban remediation? Embankments sensu stricto? Natural levels with artefacts? This difficulty of interpretation has led us to focus part of our research on identifying these deposits, with the aim of defining an analysis protocol and establishing a reference system. Our efforts are focused on detailed description in the field, followed by various laboratory analyses: particle granulometry and use of indices, spectrocolorimetry, magnetic susceptibility, binocular observations and 14C dating. The study, which is still in progress, should provide some answers to the questions raised by these soil archives.

Keywords: embankments, sediments, geoarchaeology, palaeoenvironment, Tours


Pour citer cette communcation

RIGOT, Jean-Baptiste, GAY-OVEJERO, Isabelle, HINSCHBERGER, Florent, PAILLET, Nicolas & BRUAND, Émilien. (2023). Du terrain au laboratoire, proposition d’un protocole d’analyse des remblais en milieu urbain : le cas du ruau Sainte Anne (Tours). Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/ddc9-2m44.


Auteurs



Citer ce billet
Inrap (2023, 15 décembre). Du terrain au laboratoire, proposition d’un protocole d’analyse des remblais en milieu urbain : le cas du ruau Sainte Anne (Tours). Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk3x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search