Les variations de fonction des espaces dans le temps sur les sites archéologiques, quelle lecture géoarchéologique et archéologique de terrain ?

Session 3 : Dialogue interdisciplinaire : sites de plein air / Interdisciplinary dialogue: open-air sites

Par Morgane Liard, Alice Tellier et Yannick Mazeau


Les variations de fonction des espaces dans le temps sur les sites archéologiques, quelle lecture géoarchéologique et archéologique de terrain ?
Résumé / Abstract

La lecture du terrain sur les sites archéologiques est multiple et fonction des affinités et de l’expérience des archéologues ou géoarchéologues en présence. Selon les spécialités où les approches, il est possible de confronter différentes perceptions de la stratigraphie, des archives du sol plus généralement et des vestiges matériels associés. La richesse des observations induites permet d’envisager les sites dans toute leur complexité en terme d’une part, d’usages et de fonctions des espaces et d’autre part, de leurs variations dans le temps. La collaboration entre géoarchéologue et archéologue ouvre de nombreuses perspectives en ce sens. Quelques exemples seront donnés, qui en illustrent le potentiel, notamment les sites « des Grands Champs » à Meung-sur-Loire et de la « RD921-T6 » à Darvoy, en contexte rural. L’un correspond à une occupation protohistorique et l’autre à une occupation médiévale, mais ce n’est pas tant leur attribution chronologique que l’évolution des formes de leurs occupations qui importe dans ce cas. Sur ces deux sites les observations fines de la stratigraphie et de traits pédo-sédimentaires révèlent des temps d’occupation qui ne sont pas toujours perçus. A Meung-sur-Loire un espace de fosses polylobées est réaffecté pour un usage agraire, comme l’illustrent les sillons et horizons de culture conservés dans une portion de stratigraphie en élévation. Ils témoignent, à l’issue du comblement des fosses d’extraction, du prolongement de l’occupation sous une autre forme qui exploite un milieu enrichi, au sens agronomique du terme, par le comblement anthropisé des fosses. Le site de Darvoy présente un ensemble de fours domestiques médiévaux préservés dans le lit majeur de la Loire, à un kilomètre du cours actuel du fleuve. Les décapages y ont été menés en plusieurs étapes, ils ont permis la lecture des traits pédo-sédimentaires en 3 dimensions (en plan, en coupes à différents niveaux) et ont révélé d’autres usages de l’espace que la seule activité artisanale. Les accumulations sableuses dues aux crues récurrentes de la Loire ont fait l’objet de plusieurs mises en culture, enregistrées sous la forme de sillons avant et après le fonctionnement des fours. L’adaptation aux caprices du fleuve et la mise à profit des crues par le développement d’une autre activité est remarquable et jusqu’alors peu perçue dans le Val pour cette période et surtout non datée. Les objets archéologiques évoqués tiennent de la lecture des sols mais témoignent au même titre que d’autres de la variété des occupations humaines ; ils prennent toute leur importance lorsqu’ils sont intégrés à la réflexion archéologique, la dimension pédo-sédimentaire ouvrant d’autres perspectives d’interprétation de l’occupation humaine des sites. Les alternances de mises en culture d’espace plus ou moins grands, opportunistes, avec d’autres formes d’usage de l’espace en sont un exemple.

Mots clés : usages, fonctions, espaces, variations spatiales, variations temporelles, traits pédo-sédimentaires, occupations humaines

Variations in the function of spaces over time on archaeological sites, what geoarchaeological and archaeological field reading?

The reading of the terrain on archaeological sites is multiple and depends on the affinities and experience of the archaeologists or geoarchaeologists involved. Depending on the specialities or approaches, it is possible to compare different perceptions of the stratigraphy, the soil archives more generally and the associated material remains. The richness of the observations made makes it possible to consider the sites in all their complexity in terms of the uses and functions of the spaces on the one hand and their variations over time on the other. The collaboration between geoarchaeologists and archaeologists opens up numerous perspectives in this respect. A few examples will be given, which illustrate the potential, notably the sites of ‘Les Grands Champs’ at Meung-sur-Loire and ‘RD921-T6’ at Darvoy, in a rural context. One corresponds to a protohistoric occupation and the other to a medieval occupation, but it is not so much their chronological attribution as the evolution of the forms of their occupations that is important in this case. On these two sites, fine observations of the stratigraphy and soil-sedimentary features reveal occupation times that are not always perceived. At Meung-sur-Loire, a space of polylobed pits was reallocated for agricultural use, as illustrated by the furrows and cultivation horizons preserved in a section of stratigraphy in elevation. They testify to the fact that, once the extraction pits had been filled in, occupation continued in another form, exploiting an environment that had been enriched, in the agronomic sense of the term, by the anthropised filling in of the pits. The Darvoy site presents a group of medieval domestic ovens preserved in the major bed of the Loire, one kilometre from the current course of the river. The stripping was carried out in several stages, and allowed the reading of the soil-sedimentary features in three dimensions (in plan, in sections at different levels) and revealed other uses of the space than just the artisanal activity. The sandy accumulations caused by the recurrent flooding of the Loire were the subject of several cultivations, recorded in the form of furrows before and after the operation of the ovens. The adaptation to the whims of the river and the use of floods to develop another activity is remarkable and, until now, little known in the Val for this period and, above all, undated. The archaeological objects mentioned are related to the reading of the soil but bear witness, in the same way as others, to the variety of human occupations; they take on their full importance when they are integrated into the archaeological reflection, the soil-sedimentary dimension opening up other perspectives for interpreting the human occupation of sites. The alternation of cultivation of more or less large areas with other forms of land use is an example of this.

Keywords: uses, functions, spaces, spatial and temporal variations, soil and sedimentary features, human occupations


Pour citer ce poster

LIARD, Morgane, TELLIER, Alice & MAZEAU, Yannick. (2023). Les variations de fonction des espaces dans le temps sur les sites archéologiques, quelle lecture géoarchéologique et archéologique de terrain ? [poster]. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/bq5h-gx08. <hal-04350196>.


Auteurs



Citer ce billet
Inrap (2023, 15 décembre). Les variations de fonction des espaces dans le temps sur les sites archéologiques, quelle lecture géoarchéologique et archéologique de terrain ? Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk3z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search