Black Earth Relics in the Rhineland from an Archaeological Perspective

Session 5 : Horizons de surface noirs et terres noires / Black surface horizons and dark earths

Par Eileen Eckmeier et Renate Gerlach [intervenantes]


Abstract / Résumé

In the Lower Rhine Basin, dark soil horizons have been exposed in subsoils of mainly loess- derived Luvisols during archaeological excavations. These soil horizons have traditionally been regarded as the remains of a previously extensive, naturally formed Chernozem. According to this model, such a fertile black soil, that is today common in steppic environments, should have been the soil that the first Neolithic settlers found and used for cropping (Linear Pottery Culture, from about 5,000 BC). Large-scale excavations and archaeological prospection (e.g., during open-trench pipe-laying) revealed a patchy or island- like distribution. Furthermore, the dark horizons were usually connected to archaeological structures such as pits, slot pits and tree burrows. We called those findings the “black earth ensemble” because they are characterised by the same soil material. Due to the lack of archaeological artefacts, the features were often not recognized as such, but viewed as natural structures, just like the horizons. These observations, however, led to the suspicion that the “black earth ensemble” is actually an artefact itself. This was confirmed by pedological and soil chemical investigations, and by radiocarbon and OSL dating methods. As a result, it was proven that it is primarily pyrogenic carbon that is responsible for the dark colour. These fire residues were produced during man-made fires and are an evidence of a Neolithic fire-based economy that can be dated mainly to the late Neolithic. There is evidence for Neolithic fire-based economy also in other regions, as it was proven by archaeobotanically data. It is a method of agricultural management, which made it possible to use also suboptimal or less fertile soils, e.g., in sandy and loamy areas.

Keywords: archaeopedology, dark horizons, dark features, prehistoric soil management

Vestiges de terre noire en Rhénanie d’un point de vue archéologique

Dans le bassin du Rhin inférieur, des horizons pédologiques sombres ont été mis au jour dans les sous-sols de luvisols principalement dérivés de lœss lors de fouilles archéologiques. Ces horizons pédologiques ont traditionnellement été considérés comme les vestiges d’un chernozem anciennement étendu et formé naturellement. Selon ce modèle, un sol noir aussi fertile, aujourd’hui commun dans les environnements steppiques, aurait dû être le sol que les premiers colons néolithiques ont trouvé et utilisé pour la culture (culture linéaire de la poterie, à partir d’environ 5 000 av.) Les fouilles à grande échelle et la prospection archéologique (par exemple, lors de la pose de canalisations en tranchée ouverte) ont révélé une répartition inégale ou semblable à celle d’une île. En outre, les horizons sombres étaient généralement liés à des structures archéologiques telles que des fosses, des puits à fente et des terriers d’arbres. Nous avons appelé ces découvertes « ensemble de terre noire » car elles sont caractérisées par le même matériau de sol. En raison de l’absence d’artefacts archéologiques, les caractéristiques n’étaient souvent pas reconnues comme telles, mais considérées comme des structures naturelles, tout comme les horizons. Ces observations ont toutefois conduit à soupçonner que cet « ensemble de terre noire » est en fait un artefact en soi. Cette hypothèse a été confirmée par des études pédologiques et chimiques du sol, ainsi que par des méthodes de datation au radiocarbone et à l’OSL. Il a ainsi été prouvé que c’est principalement le carbone pyrogène qui est responsable de la couleur foncée. Ces résidus de feu ont été produits lors d’incendies provoqués par l’homme et témoignent d’une économie néolithique basée sur le feu qui peut être datée principalement de la fin du Néolithique. Il existe des preuves de l’existence d’une économie néolithique basée sur le feu dans d’autres régions, comme l’ont montré les données archéobotaniques. Il s’agit d’une méthode de gestion agricole qui a permis d’utiliser également des sols sous-optimaux ou moins fertiles, par exemple dans les zones sablonneuses et limoneuses.

Mots clés : archéopédologie, horizons sombres, traits sombres, gestion des sols préhistoriques


Pour citer cette communication

ECKMEIER, Eileen & GERLACH, Renate. (2023). Black Earth Relics in the Rhineland from an Archaeological Perspective. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/t5ev-4818.


Auteurs



Citer ce billet
Inrap (2024, 18 janvier). Black Earth Relics in the Rhineland from an Archaeological Perspective. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmbq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search