Appréhender les fumières et leurs couches noires : un travail de terrain et de discussions pluridisciplinaires

Session 5 : Horizons de surface noirs et terres noires / Black surface horizons and dark earths

Par Morgane Liard [intervenante], Sandrine Bartholomé, Jérôme Besson, Céline Coussot, Fabrice Couvin, Laure Fabien, Laurent Fournier, Jean-Philippe Gay, Aurélien Hamel, Geoffrey Leblé, Mathilde Noël, Gregory Poitevin, Émilie Roux-Capron, Pascal Verdin, Franck Verneau et Carole Vissac


Résumé / Abstract
L’exemple de l’excavation F.945 de Meung-sur-Loire Les Grands Champs, fumière potentielle / The example of excavation F.945 at Meung-sur-Loire Les Grands Champs, a potential manure pit. Crédit : P. Juge.

Fumière, fosse à fumier ou fosse à fumure, autant d’appellations attribuées aux fosses excavées ou dépressions aménagées, couramment identifiées dans les pars rustica d’établissements ruraux de l’Antiquité. En région Centre, de nombreux sites archéologiques de ces périodes présentent de telles structures, généralement caractérisées par leur imposante taille (50 à 150 m2 en moyenne, parfois même 200), leur caractère excavé, un fond plat, la présence éventuelle d’un radier, de murs les ceinturant mais également de traits sédimentaires et pédologiques particuliers à leur comblement. Si une couche d’occupation est parfois identifiée à la base de la stratigraphie, ou associée au radier, le remplissage est généralement très homogène, humifère (coloration noire à brun foncé) et pédique (horizon biomacrostructuré), surmonté d’un remblai ou d’un dépôt colluvié qui scelle la stratigraphie. Leur reconnaissance sur le terrain et la définition d’une stratégie de fouille et d’échantillonnage adaptée revêtent une certaine importance dans le cadre des problématiques plus générales des établissements ruraux antiques, relatives à la question des amendements, à la définition des terroirs et de l’économie agraire plus généralement. Ces grandes excavations sont parfois attribuées à des mares ou des activités d’extraction, une confusion souvent levée sur le terrain par l’observation macroscopique de différents traits sédimentaires et pédologiques et l’étude de leur morphologie générale. Pour autant, ces creusements présentent aussi une variabilité de leur fonctionnement, tributaire d’interventions anthropiques et de processus naturels saisonniers, eux-mêmes soumis à la morphologie de la dépression et l’état des sols alentours : ainsi, la fonction initiale d’extraction n’est pas toujours exclue non plus que la possibilité d’une stagnation d’eau saisonnière ou permanente. Les réseaux de drains et les juxtapositions de grandes fosses laissent aussi envisager une gestion complexe des eaux de ruissellement et/ou usées (activités artisanales ou agricoles). Enfin, les résultats d’analyses telles que la micromorphologie des sols et physico-chimiques témoignent de la variabilité des enregistrements pédo-sédimentaires, invitant à revisiter la simplification initiale de l’interprétation des dépôts et des usages qui leurs sont associés. Si la « couche noire » est très homogène, elle peut revêtir des natures variées, et l’appellation de « fosse à fumier” renvoyer ainsi à une gestion plus large de déchets organiques. En cela, ces structures sont d’autant plus intéressantes qu’elles sont un des éléments clés de la perception de l’écosystème agropastoral antique. Cette présentation pluridisciplinaire abordera les étapes de caractérisation sur le terrain de potentielles fumières, et celles de la définition d’une stratégie d’échantillonnage adaptée à leur étude, en se basant sur les connaissances actuelles et en tenant compte des questionnements en cours à leur sujet, notamment en région Centre-Val de Loire, mais non exclusivement.

Mots clés : couche noire, dépression, Antiquité, fumure, murs et radiers, bâtiment agricole, résidus végétaux

Understanding manure dumps and their black layers: fieldwork and multidisciplinary discussions

Manures, dung pits or manure pits are all names attributed to excavated pits or arranged depressions, commonly identified in the pars rustica of rural settlements in Antiquity. In the Centre region, many archaeological sites from these periods present such structures, generally characterised by their imposing size (50 to 150 m2 on average, sometimes even 200), their excavated nature, a flat bottom, the possible presence of a floor, walls surrounding them, but also sedimentary and pedological features specific to their infilling. If an occupation layer is sometimes identified at the base of the stratigraphy, or associated with the invert, the filling is generally very homogeneous, humus-bearing (black to dark brown in colour) and pediments (biomacrostructured horizon), topped by a fill or a colluvial deposit that seals the stratigraphy. Their recognition in the field and the definition of a suitable excavation and sampling strategy are of some importance in the context of the more general problems of ancient rural settlements, relating to the question of amendments, the definition of terroirs and the agrarian economy more generally. These large excavations are sometimes attributed to ponds or extraction activities, a confusion that is often cleared up in the field by macroscopic observation of various sedimentary and pedological features and the study of their general morphology. However, these hollows also present a variability in their functioning, depending on anthropic interventions and seasonal natural processes, themselves subject to the morphology of the depression and the state of the surrounding soils: thus, the initial function of extraction is not always excluded, nor is the possibility of seasonal or permanent water stagnation. The networks of drains and the juxtaposition of large pits also suggest a complex management of run-off and/or waste water (from artisanal or agricultural activities). Finally, the results of analyses such as soil micromorphology and physico-chemical analyses testify to the variability of the pedo-sedimentary records, inviting us to revisit the initial simplification of the interpretation of the deposits and the uses associated with them. Although the ‘black layer’ is very homogeneous, it can be of various natures, and the term ‘manure pit’ thus refers to a broader management of organic waste. In this respect, these structures are all the more interesting as they are one of the key elements in the perception of the ancient agropastoral ecosystem. This multidisciplinary presentation will address the stages of field characterisation of potential dung pits and the definition of a sampling strategy adapted to their study, based on current knowledge and taking into account the questions currently being asked about them, particularly in the Centre-Val de Loire region, but not exclusively.

Keywords: black layer, depression, antiquity, manure, walls and inverts, farm building, plant residues


Pour citer cette communication

LIARD, Morgane, BARTHOLOMÉ, Sandrine, BESSON, Jérôme, COUSSOT, Céline, COUVIN, Fabrice, FABIEN, Laure, FOURNIER, Laurent, GAY, Jean-Philippe, HAMEL, Aurélien, LEBLE, Geoffrey, NOËL, Mathilde, POITEVIN, Grégory, ROUX-CAPRON, Émilie, VERDIN, Pascal, VERNEAU, Franck & VISSAC, Carole. (2023). Appréhender les fumières et leurs couches noires, un travail de terrain et de discussions pluridisciplinaires. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/qcxd-z190.


Auteurs
  • Morgane Liard, Inrap CIF, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, GEOLAB UMR 6042 CNRS (Clermont-Ferrand), morgane.liard@inrap.fr
  • Sandrine Bartholomé, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Tours, CITERES UMR 7324 (Tours), sandrine.bartholome@inrap.fr
  • Jérome Besson, Archeodunum, agence du Mont Beuvray, centre archéologique européen ArAr, UMR 5138, Archéologie et Archéométrie (Lyon), j.besson@archeodunum.fr
  • Céline Coussot, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Chartres, LGP UMR 8591 (Thiais), celine.coussot@inrap.fr
  • Fabrice Couvin, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Tours, CITERES UMR 7324 (Tours), fabrice.couvin@inrap.fr
  • Laure Fabien, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, laure.fabien@inrap.fr
  • Laurent Fournier, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, laurent.fournier@inrap.fr
  • Jean-Philippe Gay, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, AOROC UMR 8546 (Paris), jean-philippe.gay@inrap.fr
  • Aurélien Hamel, Service Patrimoine et Archéologie du Département de la Vendée (Les Lucs-sur-Boulogne), aurelien.hamel@vendee.fr
  • Geoffrey Leblé, Archeodunum, agence du Mont Beuvray, centre archéologique européen, g.leble@archeodunum.fr
  • Mathilde Noël, Inrap CIF, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, mathilde.noel@inrap.fr
  • Grégory Poitevin, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Tours, CITERES UMR 7324 (Tours), gregory.poitevin@inrap.fr
  • Émilie Roux-Capron, Inrap CIF, centre archéologique de Saint-Cyr-en-Val, emilie.roux-capron@inrap.fr
  • Pascal Verdin, Inrap Midi-Méditerranée, centre archéologique de Nice, CEPAM UMR 7264 Pôle universitaire Saint Jean d’Angély (Nice), pascal.verdin@inrap.fr
  • Franck Verneau, Inrap Centre-Ile-de-France, centre archéologique de Chartres, franck.verneau@inrap.fr 
  • Carole Vissac, GéoArchEon (Viéville-sous-les-Côtes), carole.vissac@wanadoo.fr



Citer ce billet
Inrap (2024, 18 janvier). Appréhender les fumières et leurs couches noires : un travail de terrain et de discussions pluridisciplinaires. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search