L’apport de la géoarchéologie dans l’étude des mottes castrales en Flandre, l’exemple du Singelberg

Session 7 : Repérer et comprendre les structures archéologiques : fossés, tells, tumuli, bâtiments et feu / Detecting and understanding archaeological structures : ditches, tells, barrows, houses and fire

Par Frédéric Cruz [intervenant], Luc Allemeersch, Philippe De Smedt, Davy Herremans, Pieter Laloo, Joachim Rozek, Annelies Storme, Jeroen Verhegge et Ruben Vergauwe


Résumé / Abstract

Avec l’apparition en Flandre de l’archéologie préventive dans les années 2000, la recherche archéologique flamande s’est fortement transformée. La présence plus régulière de nombreux spécialistes tout au long des études découle de ces changements. Des géologues, pédologues et dans une moindre mesure des géophysiciens sont employés dans le cadre des diagnostiques, afin de renseigner sur le potentiel archéologique et sa conservation. Avec le temps, des méthodes de prospection efficaces se sont mises en place. Les techniques utilisées sont non destructives (prospections géophysiques) ou peu invasives (forages manuels ou mécanisés et fosses pédologiques). Elles permettent d’obtenir un grand nombre d’informations sur un site archéologique pour des coûts financiers faibles. En même temps, elles fournissent rapidement des renseignements non négligeables sur le potentiel paléoenvironnemental, notamment la présence de structures naturelles ou anthropiques pouvant renfermer un enregistrement sédimentaire. C’est à partir de ce constat qu’un programme de recherche (synthese onderzoek) sur une vingtaine de motte castrale en Flandre a été soumis en 2020 à l’Agence du Patrimoine Immobilier (agentschap Onrorend Erfgoed) de la région flamande. Il a comme ambition une approche innovante de la traditionnelle étude archéologique de la motte castrale médiévale en intégrant leur contexte naturel à l’aide de prospections géoarchéologiques. Dans cette présentation, nous voulons illustrer l’apport d’une prospection paléoenvironnementale non invasive sur un site archéologique, à travers notamment de l’exemple du Singelberg. Localisé sur la commune de Beven en Flandre-Orientale, le Singelberg est une motte castrale ayant fait l’objet de fouilles dans les années 70. Sa construction remonte au XIIe siècle. Elle est située a proximité de l’Escaut dans le but de protéger la région des attaques de Viking. L’occupation du site se poursuivra jusqu’au XVIe siècle, avec diverses phases de construction et d’aménagement. Dans les archives le nom originel Beverenbroeck est un toponyme de milieu humide (marécageux), tandis que de nos jours, il est situé dans la bordure de la plaine maritime flamande. Dans un premier temps une étude cartographique (cartes pédologiques, géologiques, anciennes, etc.) a été effectuée en complément d’une analyse des données LiDAR disponibles sur la région. Ensuite, une prospection électromagnétique a permis de faire ressortir diverses structures (plateformes, fossés, etc.). Puis, le site a été documenté photographiquement à l’aide d’un drone. A partir de la microtopographie et des cartes des anomalies électriques et magnétiques, des forages ont été effectués. Les structures fossoyées ont fait l’objet de prélèvements pour une analyse du contenu palynologique.

Mots clés : motte castrale, sédimentologie, géophysique, palynologie

The contribution of geoarchaeology in the study of motte castles in Flanders, the example of Singelberg

With the advent of preventive archaeology in Flanders in the 2000s, Flemish archaeological research has undergone a major transformation. These changes have resulted in the more regular presence of numerous specialists throughout the studies. Geologists, soil scientists and, to a lesser extent, geophysicists are employed as part of the diagnostic work, to provide information about archaeological potential and its conservation. Over time, effective prospecting methods have been developed. The techniques used are non-destructive (geophysical surveys) or minimally invasive (manual or mechanised drilling and soil pits). These techniques make it possible to obtain a large amount of information about an archaeological site at low cost. At the same time, they quickly provide significant information on the paleoenvironmental potential, in particular the presence of natural or man-made structures that may contain a sedimentary record. With this in mind, a research programme (synthese onderzoek) on around twenty motte castrales in Flanders was submitted in 2020 to the Flemish Regional Heritage Agency (agentschap Onrorend Erfgoed). It aims to take an innovative approach to the traditional archaeological study of medieval motte castrale by integrating their natural context using geoarchaeological surveys. In this presentation, we aim to illustrate the contribution that non-invasive palaeoenvironmental prospecting can make to an archaeological site, using the Singelberg as an example. Located in the municipality of Beven in East Flanders, the Singelberg is a motte castrale that was excavated in the 1970s. Its construction dates back to the 12th century. It was built near the Scheldt to protect the region from Viking attacks. The site was occupied until the 16th century, with various phases of construction and development. In the archives, the original name Beverenbroeck is a wetland (marshy) toponym, whereas today it is located on the edge of the Flemish maritime plain. Initially, a cartographic study (pedological, geological, old maps, etc.) was carried out in addition to an analysis of the LiDAR data available in the region. Next, an electromagnetic survey revealed various structures (platforms, ditches, etc.). The site was then photographed using a drone. Based on microtopography and maps of electrical and magnetic anomalies, boreholes were drilled. The fossilised structures were sampled for palynological content analysis.

Keywords: motte-and-bailey castle, sedimentology, geophysics, palynology


Pour citer cette communication

CRUZ, Frédéric, ALLEMEERSCH, Luc, DE SMEDT, Philippe, HERREMANS, Davy, LALOO, Pieter, ROZEK, Joachim, STORME, Annelies, VERHEGGE, Jeroen & VERGAUWE, Ruben. (2023). L’apport de la géoarchéologie dans l’étude des mottes castrales en Flandre, l’exemple du Singelberg. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/3e3v-h616.


Auteurs



Citer ce billet
Inrap (2024, 29 janvier). L’apport de la géoarchéologie dans l’étude des mottes castrales en Flandre, l’exemple du Singelberg. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vouw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search