Regards croisées sur l’occupation d’un bâtiment néolithique dans le sud Caucase : observations de terrains et étude micromorphologique à Mentesh Tepe (Azerbaïdjan)

Session 7 : Repérer et comprendre les structures archéologiques : fossés, tells, tumuli, bâtiments et feu / Detecting and understanding archaeological structures : ditches, tells, barrows, houses and fire

Par Mathias Bellat [intervenant], Emmanuel Baudouin et Cécilia Cammas


Résumé / Abstract
Bâtiment 1031 avec sa structure semi-circulaire enterrée et sa meule in situ au sud / Building 1031 with its buried semicircular structure and millstone in situ to the south. Crédit : Boyuk Kesik Mission.

De récentes études sur le sud Caucase se sont intéressées à l’architecture des structures néolithiques à l’échelle macroscopique (Baudouin, 2019; Nishiaki et al., 2021; Badalyan et al., 2022) ou microscopique (Bellat et al., 2023). Or, malgré des descriptions et des enregistrements minutieux des structures lors de la fouille, le remplissage de ces structures en terre crue néolithique pose souvent question. Dans ces habitats fait de terre crue, il peut être compliqué de distinguer : niveaux d’occupations, de démolitions, de comblements ou de sédimentations (Friesem et al., 2011). La géoarchéologie parait à même de dresser un portrait complet de cette question en réalisant des changements d’échelle (Fouache, 2010) essentiels à la compréhension des structures des cultures néolithique. Les regards croisés, entre étude microscopique et macroscopique, permettent de mettre en exergue des spécificités invisibles par l’utilisation unique de l’une de ces deux approches. En abordant cette question avec des méthodes issues des sciences du sol, et plus particulièrement la micromorphologie, nous avons pu mettre en évidence les différentes successions des couches du bâtiment 1031 de Mentesh Tepe (Azerbaïdjan). De plus, nous avons aussi été en mesure de proposer une interprétation pour les diverses séquences d’occupation et de destruction de la structure. Le site de Mentesh tepe dans la moyenne vallée de la Koura (Azerbaïdjan) présente une occupation Néolithique datée entre 7 750 et 7 600 cal. B.P. (Lyonnet et al., 2017). Le site se caractérise par la présence de bâtiments semi-circulaires en élévation pour la phase néolithique. Le bâtiment 1031 fait figure d’exception avec une structure semi-enterrée mais aussi par : ses dimensions, la présence de trous de poteaux, la présence d’une meule in situ et son remplissage litté. Afin de comprendre la succession stratigraphique, à l’intérieur de la structure de 1031, une série de trois prélèvements micromorphologiques ont été réalisés en 2015. La description des traits pédo-sédimentaires combinée à celle des éléments anthropiques (céramiques, briques, silex…), a permis de mettre en évidence plusieurs phases d’utilisation distinctes, une réfection des niveaux de sol et enfin la destruction du bâtiment. Cette étude vise donc à montrer que l’utilisation de la micromorphologie des sols, permet de mettre en avant des successions stratigraphiques d’actions anthropiques ou de phénomènes naturels, impossible à lire distinctement lors de la fouille. Il s’agit d’un retour d’expérience, sur des résultats préliminaires, qui a permis de montrer l’intérêt et le potentiel de regards croisés entre archéologie et géoarchéologie.

Mots-clés : sols, micromorphologie, Néolithique, architecture, Sud Caucase, niveaux d’occupation, habitat semi-enterré

Cross views on a neolithic building occupations levels in the Southern Caucasus: field observations and micromorphological study at Mentesh Tepe (Azerbaijan)

Recent studies in the Southern Caucasus have been made on neolithic structures architecture with a macroscopic (Baudouin, 2019; Nishiaki et al., 2021; Badalyan et al., 2022) or microscopic focus (Bellat et al., 2023). Despite meticulous description and recording of the structures while excavating, the infilling of these earthen neolithic structures often lead to many questions. In these buildings made of raw earth, it can be difficult to distinguish occupation levels, destruction levels, and infilling or sedimentation levels (Friesem et al., 2011). Geoarchaeology seems a good answer to draw a full portrait by managing a multi-scalar approach (Fouache, 2010) essential for a good understanding of the structure and more broadly Neolithic culture organization. Cross perspectives between macroscopic and microscopic approaches are giving new insights into the invisible specificity of earthen architecture. By treating this question with soil science methodology, and more specifically micromorphology, we were able to bright to light the uses and succession of layers inside building 1031 of Mentesh Tepe (Azerbaijan). Overall, we proposed an interpretation for the different occupation and destruction phases of the structure. The site of Mentesh Tepe in the Middle Kura Valley (Azerbaijan) shows a Neolithic occupation dated between 7 750 and 7 600 cal. B.P. (Lyonnet et al., 2017). The neolithic phase is characterized by circular earthen buildings presenting elevation modules. Building 1031 is an exception with a half-embedded structure and: its size, post-holes presence, in situ grinding stone, and layered infilling. In order to understand the stratigraphic succession inside structure 1031 three micromorphological, samples have been taken in 2015. The description of pedo-features combined with the anthropic elements (sherds, mudbrick, flint) put in evidence multiple distinctive phases of uses, repairs, and finally destruction of the building. This study aims to show that the soil micromorphology approach, can reveal stratigraphic layers succession with anthropic or natural phenomena indistinguishable during excavation. This feedback on the preliminary results shows the interest and potential of such a cross-approach between archaeology and geoarchaeology.

Keywords : South Caucasus, Neolithic, soils, micromorphology, architecture, occupation layers, half-embedded structures


Pour citer cette communication

BELLAT, Mathias, BAUDOUIN, Emmanuel & CAMMAS, Cécilia. (2023). Regards croisées sur l’occupation d’un bâtiment néolithique dans le sud Caucase : observations de terrains et étude micromorphologique à Mentesh Tepe (Azerbaïdjan). Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/d94f-r540.


Auteurs
  • Mathias Bellat, CRC1070 Resource Cultures, Department of Geosciences, Chair of Soil Science and Geomorphology, University of Tübingen, mathias.bellat@uni-tuebingen.de
  • Emmanuel Baudouin, UMR 7264 Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM), emmanuel.baudouin@cnrs.fr
  • Cécilia Cammas, Inrap, UMR Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM), cecilia.cammas@inrap.fr



Citer ce billet
Inrap (2024, 29 janvier). Regards croisées sur l’occupation d’un bâtiment néolithique dans le sud Caucase : observations de terrains et étude micromorphologique à Mentesh Tepe (Azerbaïdjan). Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/voux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search