A joined venture: two Early Neolithic houses re-interpreted by chemical field tests and archaeobotany (Mosel valley, France/Luxembourg)

Session 7 : Repérer et comprendre les structures archéologiques : fossés, tells, tumuli, bâtiments et feu / Detecting and understanding archaeological structures : ditches, tells, barrows, houses and fire

Par Kai Fechner, Laura Berrio, Julian Wiethold et Marie-Pierre Petitdidier (coll.).


Abstract / Résumé

The internal functional subdivision of some early Neolithic longhouses of the Bandkeramik culture has benefited from the results based on the observations of the sediment, chemical field tests and the sieving of the content of the post-holes, looking for carbonized plant remains. Based on the experimental work of Peter Reynolds (1995), we use the top part of the post-holes as a source of information about activities that took place in their immediate neighbourhood. In some cases, both sedimentary and botanical approaches have revealed clear differences in the results according to the part of the house, as well as a good contrast with the results outside de building. Taking into account regional and architectural specificities of the studied houses, more precise and additional internal functional subdivisions are proposed, as well as new hypotheses about specific activities related to them. We propose to compare the two used proxies with the archaeological hypotheses about functional subdivisions of early Neolithic houses that are based on other approaches.

Keywords: longhouse, Early Neolithic, posthole, architecture, Luxembourg, North-eastern France, soil science, phosphorus, carpology, anthracology

Une entreprise commune : deux maisons du Néolithique ancien réinterprétées par des tests chimiques sur le terrain et par l’archéobotanique (vallée de la Moselle, France/Luxembourg)

La subdivision fonctionnelle interne de certaines maisons longues du Néolithique ancien de la culture Bandkeramik a bénéficié des résultats basés sur l’observation des sédiments, des tests chimiques de terrain et du tamisage du contenu des trous de poteau, à la recherche de restes végétaux carbonisés. Sur la base des travaux expérimentaux de Peter Reynolds (1995), nous utilisons la partie supérieure des trous de poteau comme source d’information sur les activités qui se sont déroulées dans leur voisinage immédiat. Dans certains cas, les approches sédimentaires et botaniques ont révélé de nettes différences dans les résultats en fonction de la partie de la maison, ainsi qu’un bon contraste avec les résultats à l’extérieur du bâtiment. En tenant compte des spécificités régionales et architecturales des maisons étudiées, des subdivisions fonctionnelles internes plus précises et supplémentaires sont proposées, ainsi que de nouvelles hypothèses sur les activités spécifiques qui y sont liées. Nous proposons de comparer les deux méthodes utilisées avec les hypothèses archéologiques sur les subdivisions fonctionnelles des maisons du Néolithique ancien qui sont basées sur d’autres approches.

Mots clés : Néolithique ancien, Luxembourg, Nord-Est de la France, trou de poteau, architecture, maison longue, science du sol, phosphore, carpologie, anthracologie

Bibliographie / References

REYNOLDS, P. (1995). Life and death of a post-hole. In E. Shepherd (dir.), Interpreting Stratigraphy 5 : Proceedings of a Conference held at Norwich Castle Museum on 16th June 1994 (p. 20-25). The Norfolk Archaeological Unit.


Pour citer ce poster

FECHNER, Kai, BERRIO, Laura, WIETHOLD, Julian & PETITDIDIER, Marie-Pierre (coll.) & MALRAIN, François (coll). (2023). A joined venture: two Early Neolithic houses re-interpreted by chemical field tests and archaeobotany (Mosel valley, France/Luxembourg) [poster]. Dans K. Fechner, J. Deák, C. Carpentier, O. Blin, Ph. Husi, M. Liard et J.-B. Rigot, Lire le sol en archéologie : pratiques de terrain et regards croisés / Reading the soil in archaeology: field practice and interdisciplinary perspectives, 29 nov. – 1er dec. 2023, Tours, Inrap / UMR 7324 CITERES-LAT. DOI : 10.34692/ze1a-pb07. <hal-04431454>.


Auteurs


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Inrap (1 février 2024). A joined venture: two Early Neolithic houses re-interpreted by chemical field tests and archaeobotany (Mosel valley, France/Luxembourg). Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqb4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search