Environnements et productions dans les agglomérations secondaires. Les exemples de Famars, Beaune-la-Rolande et Biesheim-Oedenburg

Par Raphaël Clotuche et Florian Jédrusiak

Contrairement à certaines théories qui perdurent sur l’Antiquité, de nombreuses activités de production ne sont pas reléguées en périphérie de la zone urbaine. Elles sont disséminées dans l’agglomération, imbriquées dans le tissu d’habitat et sises à proximité des aménagements religieux et administratifs. Du fait de besoins spécifiques, la nécessité d’un approvisionnement régulier en eau par exemple, certaines d’entre elles s’imposent dans un emplacement particulier (à l’instar des tanneries), tandis que d’autres (boucherie, tabletterie, glutinarius…) se rassemblent dans un même secteur afin de faciliter la chaîne opératoire. Les études carpologiques, archéozoologiques et céramiques menées sur le site de Famars, ainsi que de nombreux artefacts, ont montré que les populations de l’agglomération avaient en main la gestion des matières premières issues de son territoire, mais s’occupaient aussi de leur traitement et de la redistribution des produits finis à l’échelle du terroir, voire sur l’ensemble de la Gaule septentrionale. La céramique, dont l’origine est facilement identifiable, témoigne de cette diffusion. Mais qu’en est-il pour les villages-rue comme Beaune-la-Rolande ou pour les agglomérations militaires situées sur le limes telle que Biesheim-Oedenburg ? La diversité des agglomérations secondaires gallo-romaines a-t-elle une incidence sur l’organisation, les productions et l’environnement de ces faits urbains ?


2e conférence présentée dans le cycle de conférences organisé par l’Inrap en partenariat avec l’Observatoire des patrimoines de Sorbonne Université dans le cadre de la saison scientifique et culturelle 2023 de l’Inrap “Antiquité” (10 mai 2023).

Fanum Martis

Au sud-ouest de la Civitas Nerviorum, Fanum Martis est installé sur un plateau qui domine les vallées de la Rhonelle et de l’Escaut, au pied de la butte tertiaire du Mont-Houy. L’agglomération est implantée à une vingtaine de kilomètres des capitales de la cité au Haut-Empire (Bagacum Nerviorum – Bavay) et au Bas-Empire (Camaracum – Cambrai), sur un diverticule reliant Hermoniacum (Bermerain) à Pommerœul, entre les voies Bavay-Cambrai et Bavay-Tournai. Son ancrage en territoire limoneux est favorable à l’agriculture, tandis que sa localisation entre des voies importantes et deux cours d’eau navigables lui assure une insertion avantageuse au sein des circuits commerciaux.

Au cours des opérations de fouilles récentes, menées sur plus de 20 hectares, plusieurs constructions ont été mises au jour qui présentent des plans similaires à ceux des bâtiments qu’il est coutume de rencontrer dans les campagnes. Ces découvertes établissent ce faisant un parallèle entre l’agglomération de Fanum Martis et le monde rural.

Les importantes superficies ouvertes ont également permis de constater que l’agencement du cadastre moderne, antérieur aux remembrements du XXe siècle, était semblable à celui du parcellaire antique. Cette empreinte des axes urbains anciens sur les campagnes alentour a été observée sur plus de 700 hectares, ce qui laisse supposer que ce territoire dépendait directement du vicus. C’est dans cet espace que devaient être conduites les activités agricoles nécessaires à la population de Fanum Martis, et qui permettaient aussi de fournir les denrées pour un commerce à plus grande échelle.

Beaune-la-Rolande

La fouille archéologique de Beaune-la-Rolande (Loiret) a été menée dans le cadre d’opérations préventives en amont de la construction de l’autoroute A19. La fouille du site de La Justice, qui couvre une superficie de trois hectares, a été réalisée entre 2006 et 2007 par l’Inrap, sous la direction de R. Chemin (Inrap) puis de C. Cribellier (Ministère de la Culture). L’étude du site a mis en évidence une partie d’une agglomération secondaire antique appartenant à la cité des Sénons. Celle-ci se développe entre les années 40 et 70 de notre ère, avant de péricliter aux alentours du début du IVe siècle.

L’agglomération peut être classée parmi les bourgs gallo-romains de type « village-rue ». Deux quartiers d’habitation présentant la forme caractéristique d’un habitat allongé ont été découverts, implantés de part et d’autre d’une route appelée « Chemin de César », en fait la voie romaine qui reliait Orléans à Sens. La fouille a également mis en évidence diverses activités menées au sein même de l’agglomération antique : vignoble, productions vivrières ou encore métallurgie.

Biesheim-Oedenburg

Le site gallo-romain d’Oedenburg est localisé sur les communes de Biesheim et de Kunheim (Haut-Rhin, France). Entre 1998 et 2006, le complexe religieux, les camps militaires julio-claudiens et les grands ensembles administratifs et défensifs de l’Antiquité tardive en sont fouillés. À la suite de ce premier programme de recherche, M. Redde (EPHE) s’inquiète de la faiblesse des connaissances concernant les secteurs civils de l’agglomération et entreprend de fouiller des quartiers d’habitat, si possible avec une chronologie longue afin de compléter les recherches antérieures. C’est entre 2009 à 2012 qu’il débute la fouille d’un quartier d’habitation de Oedenburg situé à la périphérie de la butte d’Altkirch et de la fortification tardo-antique étudiée par l’Université de Freiburg-im-Breisgau.

Agglomération militaire par intermittence, périodiquement située à la frontière de l’Empire mais toujours sur l’axe économique majeur que constitue le Rhin, Oedenburg soulève bien des interrogations quant à son environnement et ses productions, notamment sur les importations en provenance du monde méditerranéen et les contacts avec le Barbarium.


Référence de la conférence
CLOTUCHE, Raphaël & JÉDRUSIAK, Florian. (2024). Environnements et productions dans les agglomérations secondaires. Les exemples de Famars, Beaune-la-Rolande et Biesheim-Oedenburg [Conférence]. Dans O. Blin (dir.), Nouvelles approches sur l’Antiquité à travers l’archéologie préventive. DOI : 10.34692/9p08-4k56.


Communicants
  • Raphaël Clotuche, Inrap, UMR 7041 – ArScAn – équipe Gama
  • Florian Jédrusiak, SDAVO, UMR 7041 du CNRS – ArScAn – équipe Gama


Citer ce billet
Inrap (2024, 23 avril). Environnements et productions dans les agglomérations secondaires. Les exemples de Famars, Beaune-la-Rolande et Biesheim-Oedenburg. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9eu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search