Les statuettes gravettiennes d’Amiens-Renancourt 1 : numérisation, exploitation et apport de leur modélisation 3D par photogrammétrie

David Hérisson – CNRS – UMR 7041 ArScAn, équipe AnTETdavid.herisson@cnrs.fr / Clément Paris – Inrap – UMR 7041 ArScAn, équipe d’Éthnologie préhistorique – clement.paris@inrap.fr / Émeline Deneuve – DRAC Nouvelle-Aquitaine – Service Régional de l’Archéologie – UMR 7194 HNHP

Le quartier de Renancourt, situé à l’ouest de la ville d’Amiens, est connu dans la littérature archéologique depuis le début du XXe siècle par les travaux de V. Commont. Jusqu’à une date récente, ce gisement de plein air est resté l’un des rares témoignages du Paléolithique supérieur ancien pour l’ensemble de la région lœssique du nord de la France. En 2011, une nouvelle concentration de vestiges, découverte à proximité immédiate des premières fouilles de V. Commont a été mise au jour lors d’un diagnostic archéologique lié à un projet d’aménagement. Ce gisement, désormais appelé Amiens-Renancourt 1, fait l’objet depuis 2014 de campagnes de fouilles programmées annuelles. L’occupation archéologique, située à 4 m de profondeur, est datée de 23 000 BP, soit aux alentours de 27 000 ans cal. BP. Aux vestiges classiques et fréquents pour les gisements paléolithiques (industrie lithique, restes osseux, etc…) s’ajoute la découverte exceptionnelle de plusieurs statuettes féminines et d’éléments de parure en craie. La rareté et le nombre important (une quinzaine de statuettes à ce jour) de ces objets nous a incité à créer en 2016 un Projet Collectif de Recherche dédié, soutenu par le Service Régional de l’Archéologie des Hauts-de-France. Un des axes de ce projet a pour ambition la numérisation de l’ensemble des statuettes à des fins d’étude scientifique, de préservation, de muséographie et de valorisation. Le poster présente les choix méthodologiques effectués pour mener à bien la numérisation, les difficultés techniques rencontrées dues notamment aux très petites dimensions des certaines statuettes et les résultats déjà obtenus et attendus. C’est, in fine, le cahier des charges du volet modélisation tri-dimensionnelle du projet qui est présenté, incrémenté du retour d’expérience acquis lors des premières modélisations et impressions de Vénus, et des exploitations et des explorations actuelles et envisagées des modèles.

Pour citer ce poster :
HÉRISSON, David, CLÉMENT, Paris & DENEUVE, Émeline. (2018). Les statuettes gravettiennes d’Amiens-Renancourt 1 : numérisation, exploitation et apport de leur modélisation 3D par photogrammétrie. Dans S. Eusèbe, T. Nicolas, V. Gouranton, R. Gaugne (dir.), Archéologie : imagerie numérique et 3D : actes du 3e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 26-27 juin 2018, Rennes. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/418>.


1 réponse

  1. 4 décembre 2019

    Dans ce cadre, David Hérisson (CNRS-UMR7041, équipe AnTET) a procédé à la numérisation 3D de cette vénus avec la collaboration de Maxence Toubin. L’ensemble des vénus du gisement de Renancourt ont été numérisées en 3D et vous pouvez retrouver la méthode de numérisation 3D utilisée dans un poster téléchargeable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search