Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre

Par Matthieu Munos. Avec la collaboration de Philippe Gardère, Jérôme Livet, Isabelle Pichon, Sylvain Badey, Francesca di Napoli, Jean-Philippe Chimier, Nicolas Holzem, Nicolas Fouillet et Victorine Mataouchek.

Le livre blanc de l’archéologie préventive rappelle bien en 2013 (Clément 2013 : 10) que « [l’Inrap] a pour mission de réaliser des opérations de diagnostic et de fouille archéologique préventive, d’assurer l’exploitation scientifique des opérations et la diffusion de leurs résultats. ». Ce même rapport montre en page 21 que les CIRA, faute de moyens, se plaignent de l’absence d’évaluation scientifique de la plupart des rapports de diagnostic non dénués d’informations archéologiques, face à une minorité de diagnostics riches en vestiges dont le prolongement logique est la prescription de fouille. En région Centre-Val de Loire, les opérations de diagnostic sont régulièrement considérées comme documentation archéologique au même titre que les autres sources d’acquisitions des données (fouilles, prospections, études documentaires, prospections géophysiques, …). Ces premiers résultats archéologiques sont abordés dans le cadre d’études territoriales réalisées à des échelles variées : de l’habitat groupé à la commune ou à l’ensemble de communes. À partir de plusieurs cas choisis, ce travail collectif montrera comment ces informations scientifiques sont utilisées pour évaluer l’ensemble du territoire considéré, souvent dans la longue durée.

The 2013 « livre blanc » on preventive archaeology (Clément 2013: 10) clearly states that « [Inrap’s] mission is to carry out diagnostic operations and preventive archaeological excavations, to ensure the scientific exploitation of operations and the dissemination of their results. « . The same report shows on page 21 that the CIRAs, due to a lack of resources, complain about the lack of scientific evaluation of most diagnostic reports that are not devoid of archaeological information, compared with a minority of diagnoses that are rich in remains, the logical extension of which is the prescription of an excavation. In the Centre-Val de Loire region, diagnostic operations are regularly considered as archaeological documentation in the same way as other sources of data acquisition (excavations, surveys, documentary studies, geophysical surveys, etc.). These initial archaeological results are discussed in the context of territorial studies carried out at various scales: from the grouped settlement to the commune or group of communes. Based on several selected cases, this collective work will show how this scientific information is used to evaluate the whole of the territory considered, often over the long term.




Pour citer cette vidéo

MUNOS, Matthieu et coll. (2017). Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre. Dans D. Flotté & C. Marcigny (dir.), Le diagnostic comme outil de recherche : actes du 2e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 sept. 2017, Caen. Vidéo disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/4455>.


Auteurs

Matthieu Munos – Inrap – matthieu.munos@inrap.fr
Philippe Gardère, Jérôme Livet, Isabelle Pichon, Sylvain Badey, Francesca di Napoli, Jean-Philippe Chimier, Nicolas Holzem, Nicolas Fouillet et Victorine Mataouchek – Inrap


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search