Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges

Par Alexandre Chevalier, Sidonie Preiss, Quentin Goffette, Mona Court-Picon et Paolo Spagna

Sur un chantier de fouille, l’archéologue est très fréquemment confronté à des vestiges organiques, ou biorestes. Qu’ils soient visibles ou invisibles, rares ou abondants, ils sont souvent source de questionnements : Que prélever ? Où, comment et en quelle quantité ? Quelles sont les conditions de stockage idéales ? Quelle est la marche à suivre pour tamiser les sédiments ? Confrontés à des prélèvements très disparates, souvent à vue, ou sans réelle question de recherche ainsi qu’à des méthodologies d’extraction très différentes, l’équipe d’archéosciences de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a décidé de rédiger un ouvrage visant à répondre aux questions des archéologues et à standardiser les processus d’échantillonnage afin de pouvoir disposer d’un matériel d’étude pertinent et cohérent. Nous mentionnerons les problématiques qui ont concouru à la genèse de ce manuel par quelques exemples de terrain, parcourrons rapidement ce qu’il propose et ce qu’il n’aborde pas et ferons un bilan de son impact auprès des archéologues quelques années après sa première parution fin 2016.

On an excavation site, the archaeologist is very frequently confronted with organic or bioresistant remains. Whether they are visible or invisible, rare or abundant, they are often a source of questioning: What should be removed? Where, how and in what quantity? What are the ideal storage conditions? What is the procedure for sifting sediment? Confronted with very disparate samplings, often on sight, or without any real research question, as well as very different extraction methodologies, the archaeosciences team of the Royal Belgian Institute of Natural Sciences decided to write a book aimed at answering the archaeologists’ questions and at standardising the sampling processes in order to have relevant and coherent study material at its disposal. We will mention the issues which contributed to the genesis of this manual by means of a few examples from the field, quickly go through what it proposes and what it does not address and make an assessment of its impact on archaeologists a few years after its first publication at the end of 2016.




Pour citer cette vidéo

CHEVALIER, Alexandre, PREISS, Sidonie, GOFETTE, Quentin, COURT-PICON, Mona & SPAGNA, Paolo. (2019). Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges [Vidéo]. Dans C. Carpentier, R.-M. Arbogast & Ph. Kuchler (dir.), Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches : actes du 4e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 nov. 2019, Sélestat. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/5700>.


Auteurs

Alexandre Chevalier – Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) – Université Catholique de Louvain (UCL) – achevalier@naturalsciences.be
Sidonie Preiss – IRSNB – UCL – spreiss@naturalsciences.be
Quentin Goffette – IRSNB – UCL – qgoffette@naturalsciences.be
Mona Court-Picon – IRSNB – UCL – mona.courtpicon@naturalsciences.be
Paolo Spagna – IRSNB – UCL – pspagna@naturalsciences.be


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search