La fouille virtuelle, entre le scanner et l’imagerie 3D, doit-on tout révéler ?

Christophe Moulherat – Musée du quai Branly – Jacques Chirac, UMR 8546 AOrOc – christophe.moulherat@quaibranly.fr / Nathalie Ginoux – Sorbonne Université – UMR 8167 Orient et Méditerranée – nathalie.ginoux@sorbonne-universite.fr

Le développement des technologies d’imagerie, à des fins d’étude et de conservation des biens culturels, offre la possibilité d’accéder à l’anatomie complète d’objets complexes et contribue à une meilleure connaissance de leur fonction parfois magique ou sacrée. Cet examen virtuel, non intrusif et reproductible, fait évoluer différents métier : archéologues, anthropologues, historiens de l’art ou restaurateurs. Il dévoile des informations insoupçonnées sur les œuvres, tout en respectant leur intégrité matérielle. Mais ce plongeon au cœur des pièces ne revient-il pas à révéler des secrets justement voués à être bien gardés ? N’est-ce pas trahir les populations qui en sont à l’origine ? À partir d’exemples provenant de tous les continents, est abordé la question des limites dans l’utilisation de ces technologies.


Pour citer cette vidéo :
MOULHERAT, Christophe & GINOUX, Nathalie. (2018). La fouille virtuelle : entre le scanner et l’imagerie 3D, doit-on tout révéler ? Dans S. Eusèbe, T. Nicolas, V. Gouranton, R. Gaugne (dir.), Archéologie : imagerie numérique et 3D : actes du 3e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 26-27 juin 2018, Rennes. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/973>.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search