Archéologie préventive sur le bâti

Développée dans les années 1980, en lien avec le déploiement de l’archéologie préventive en France, l’analyse du bâti porte sur tous les types de constructions, quelles que soient leur période, nature ou fonction. Les vestiges construits sont des témoignages incontournables des occupations anciennes, au même titre que les autres types d’objets retrouvés en fouille. Ils constituent un élément essentiel à la compréhension des cadres de vie des communautés passées, à partir duquel s’articulent les activités quotidiennes. L’étude archéologique pratiquée sur ces vestiges est donc essentielle pour appréhender et contextualiser ces occupations dans leur globalité et sur la durée, d’un point de vue sociétal et environnemental. Envisager un édifice sous l’angle de sa stratification vise donc à restituer l’histoire des aménagements successifs de ce dernier, depuis le chantier originel en passant par les différentes phases de reprises, de transformations, d’abandon et, parfois même, de démantèlement. De par sa spécificité, cette méthode affine l’histoire de l’édifice, de ceux qui l’on construit, qui l’on fait vivre et évoluer dans sa forme et ses fonctions, aboutissant parfois même à sa disparition du paysage architectural. Les problématiques abordées portent désormais sur des champs très diversifiés qui concernent tout autant l’évolution des formes et des types de l’architecture publique ou privée, que les techniques de construction, les matériaux ou les décors. C’est aussi une source inédite sur l’histoire des techniques et des savoir-faire avec, notamment, l’apport d’une vision nouvelle de l’organisation des chantiers de construction, ou encore de la gestion des approvisionnements. Plus largement, ces observations permettent une lecture dynamique de l’espace en montrant son évolution de l’Antiquité à l’Époque contemporaine.

Organisation : Direction scientifique et technique de l’Inrap, en partenariat avec la direction du Patrimoine de la ville de l’Isle-sur-la-Sorgue. Coordination : Victorine Mataouchek (Inrap), Carine Carpentier (Inrap), Marc Bouiron (Inrap) et François Guyonnet (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue). Comité scientifique : Sitâ ANDRÉ (Drac Grand Est, Service Régional de l’Archéologie), Stéphane AUGRY (Inrap – UMR 6566 CReAAH), Séverine BLIN (CNRS – UMR 8546 AOrOc), Marc BOUIRON (Inrap, Direction scientifique et technique – UMR 7264 CEPAM), Joëlle BURNOUF (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn), Mathieu CARLIER (Inrap Auvergne Rhône-Alpes), Mathias DUPUIS (Direction de l’archéologie Chartres métropole), Ivan FERRARESSO (Inrap Grand Est), François GUYONNET (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue – UMR 5648 CIHAM), Victorine MATAOUCHEK (Inrap Centre-Île-de-France – UMR 7324 CITERES), Odile MAUFRAS (Inrap – UMR 5140 ASM) et Sébastien ZIEGLER (Département du Var, Service de l’archéologie). Lieu et dates : Amphithéâtre Belambra Clubs « Le Domaine de Mousquety » (Chemin de Mousquety – 84 800 L’Isle-sur-la-Sorgue) les 28-29 octobre 2021.


Introduction

  • Allocutions d’ouverture du séminaire “Archéologie préventive sur le bâti”

    Allocutions d’ouverture du séminaire “Archéologie préventive sur le bâti”

    Par Marc Bouiron, Christian Cribellier, Xavier Delestre et François Guyonnet


  • Un séminaire d’archéologie sur le bâti : pour quoi faire ?

    Un séminaire d’archéologie sur le bâti : pour quoi faire ?

    Pourquoi en 2021 proposer un séminaire scientifique et technique sur la pratique de l’archéologie du bâti ? En premier lieu parce que l’insertion de ces études dans le dispositif classique de l’archéologie préventive fait ponctuellement encore débat, alors que le nombre de prescriptions est finalement à la hausse. La mise en œuvre de cette méthode d’analyse rencontre d’autres freins qui illustrent le chemin à parcourir collectivement : la difficile évaluation des moyens, les problèmes de reconnaissance de compétence, les questions liées à la sécurité de ces opérations, etc…



Session 1 : Les modes d’intervention

  • À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille : l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur

    À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille :  l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur

    L’aménagement de l’ensemble immobilier et commercial de la ZAC Pasteur, qui nécessitait la construction d’un parking souterrain au cœur d’un îlot du centre ancien de Besançon et la réhabilitation de deux hôtels particuliers, a fait l’objet d’une prescription de fouille accompagnée d’une étude de bâti. Les deux opérations, réalisées sous la direction de deux responsables distincts, ont permis de retracer l’urbanisation d’un quartier de la ville depuis le début de la période gallo-romaine jusqu’au XVIIIe siècle. L’étude de bâti qui s’est déroulée en 2011 est l’aboutissement d’un long processus qui est intervenu dans un contexte très particulier…


  • Diagnostic sur le bâti : deux cas de figure méthodologiques

    Diagnostic sur le bâti : deux cas de figure méthodologiques

    Dans le cadre d’un diagnostic prescrit sur le bâti, il peut être acté que ce dernier ne mènera pas à une fouille. Il s’agit de répondre à la prescription émise par le SRA avec des moyens de diagnostic, en sachant qu’une étude exhaustive ne sera pas réalisée. Des choix méthodologiques se présentent au responsable d’opération, tant sur le terrain qu’en post-fouille. Deux cas de figure : se cantonner au cadre strict du diagnostic en répondant à la prescription avec les moyens du diagnostic ; requérir des moyens supplémentaires (humains, techniques, financiers)…


  • Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic sur un îlot d’habitat en centre urbain avant démolition

    Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic sur un îlot d’habitat en centre urbain avant démolition

    En 2019 et 2020, l’Inrap a mené dans le centre-ville de Prades un diagnostic sur un ensemble de maisons devant être détruites. La prescription comprenait la réalisation de sondages dans des espaces jardins, sur les élévations et dans le sous-sol après démolition. Le travail sur le bâti a concerné un ilot de 7 bâtiments réalisés en matériaux locaux implantés sur une surface au sol de 1078m2, étagés sur 4 niveaux. Certaines maisons, non transformées depuis les années 1930, documentent la vie sociale et urbaine de commerçants. Il en va de même pour une grande demeure de la bourgeoisie locale, conservant des mobiliers variés. Ce patrimoine vernaculaire témoigne de l’évolution d’un quartier entre le bas moyen âge et nos jours, en Conflent.


  • L’archéologie sur le bâti dans le Nord-Pas-de-Calais au sein de l’Inrap

    L’archéologie sur le bâti dans le Nord-Pas-de-Calais au sein de l’Inrap

    Depuis 2016, des prescriptions mentionnant plus spécifiquement une approche sur le bâti sont apparues dans certains projets scientifiques et techniques d’intervention du Nord-Pas-de-Calais. Le travail effectué par des collègues depuis plusieurs années ont permis de proposer une expertise sur ces vestiges. L’évolution de la pratique de cette discipline au sein de l’Inrap, dans ces deux départements, peut-être illustrée par la fouille archéologique des enceintes modernes de Souham à Lille et à travers les diagnostics de l’enceinte médiévale de Cambrai et la Noble tour de Lille.


  • Un diagnostic sur un logis renaissance dans un bourg rural : la Maison Laurens à Foussais (Foussais-Payré, Vendée)

    Un diagnostic sur un logis renaissance dans un bourg rural : la Maison Laurens à Foussais (Foussais-Payré, Vendée)

    Le rachat par la municipalité de cette vaste demeure urbaine datée de 1552 et les projets de réaménagement et de restauration associés ont amené le SRA des Pays de la Loire à y prescrire un diagnostic à l’automne 2018. Plusieurs réunions préalables au chantier ont permis à l’Inrap et au SRA d’élaborer en commun un programme d’intervention et de définir ses objectifs. D’une façon générale, il a été décidé de rechercher la volumétrie initiale du bâtiment, notamment celle de ses parties disparues (galerie) ou radicalement transformées (aile est), et d’étudier la charpente, datée de 1554 par dendrochronologie…


  • Une opération d’archéologie préventive hors norme : le diagnostic archéologique du couvent des Prêcheurs d’Aix-en-Provence en 2018

    Une opération d’archéologie préventive hors norme : le diagnostic archéologique du couvent des Prêcheurs d’Aix-en-Provence en 2018

    Si l’archéologie du bâti est une discipline bien implantée à Aix-en-Provence depuis les années 1980, grâce notamment aux études fondatrices produites sur la cathédrale Saint-Sauveur, son développement au sein du service archéologique municipal est récent et lié à l’entrée de ce dernier dans le dispositif de l’archéologie préventive, qui a été assortie du recrutement, en 2007, d’une archéologue paléographe médiéviste, spécialisée dans le bâti, et d’un topographe. Après un rapide panorama de la discipline à Aix, essentiellement pratiquée depuis 2007 dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, nous proposons de nous arrêter sur un diagnostic conduit en 2018 sur l’ancien couvent des Prêcheurs, alors objet d’un projet de réhabilitation…


  • L’archéologie du bâti : une extrême diversité opérationnelle et scientifique

    L’archéologie du bâti : une extrême diversité opérationnelle et scientifique

    Si les termes des prescriptions de l’État se retrouvent sensiblement identiques dans les cahiers des charges émis par les SRA, puis dans les projets scientifiques d’intervention (PSI) élaborés par l’Inrap, le responsable scientifique est confronté à des cadres réglementaires et des problématiques très différenciés. Nous présentons ici quatre études de cas, reflétant quelques aspects de la diversité des conditions d’interventions et des stratégies à mettre en œuvre. Si, en principe, les diagnostics visent à poser des questions et les fouilles à les résoudre ; en pratique, les choses se présentent différemment…


  • Des études d’archéologie du bâti dans les Antilles françaises

    Des études d’archéologie du bâti dans les Antilles françaises

    Cette communication présente un panel de plusieurs études archéologiques réalisées sur des sites bâtis des Antilles. Les expertises réalisées dans un cadre préventif, s’appuient suivant les cas sur une étude de l’intégralité du bâtiment ou sur des fenêtres de diagnostics. Elles portent sur des contextes très différents : urbain à Saint-Pierre en Martinique ; militaire à Saint-Barthélemy ; d’habitations coloniales en Guadeloupe et Martinique ; religieux à Mayotte. Les sites antillais s’inscrivent tous dans la période coloniale (XVII-XIXe siècles) alors que le site mahorais s’attache à une mosquée édifiée à partir au XIIe siècle.


  • Un site, deux propriétaires : diagnostic et fouilles de bâti prescrits au palais archiépiscopal d’Embrun (Hautes-Alpes)

    Un site, deux propriétaires : diagnostic et fouilles de bâti prescrits au palais archiépiscopal d’Embrun (Hautes-Alpes)

    Mentionné depuis le début du XIIe siècle, le palais archiépiscopal d’Embrun est restructuré vers 1240. La tour Brune, seul vestige monumental de ce palais médiéval, est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1927, alors que l’ensemble du palais est inscrit depuis 2005 (ISMH). Deux propriétaires se partagent ce vaste édifice : le corps central appartient historiquement à la Ville d’Embrun, qui a cédé l’aile sud à un opérateur en restauration immobilière. Chacun porte deux projets de réhabilitation distincts : la création d’un CIAP (Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine religieux), pour la première ; l’aménagement d’appartements de prestige, pour le groupe François 1er Rénovation…


  • Un sauvetage urgent à Blois « Rue des Juifs »

    Un sauvetage urgent à Blois « Rue des Juifs »

    Une opération de sauvetage urgent a été décidée par le service régional de l’archéologie lors de travaux réalisés sur la façade arrière d’un ancien hôtel particulier situé dans le quartier historique de Blois. Les travaux prévoyaient la restauration de l’intégralité du bâtiment intérieur et extérieur en vue de l’aménagement d’appartements. Lors de notre intervention, les travaux intérieurs ainsi que le traitement de la façade sur rue étaient déjà terminés. Seule la façade arrière était encore accessible. La prescription prévoyait également un travail sur les deux niveaux de caves présents sous le bâtiment. L’opération était calibrée par le SRA avec deux semaines de terrain et une semaine de rapport…


  • Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 1 “Les modes d’intervention”

    Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 1  “Les modes d’intervention”

    Discussion au terme de la session 1 sur les modes d’intervention.



Session 2 : Spécificité du montage et de la conduite des opérations

  • De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

    De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

    Tout comme les opérations urbaines, les opérations d’archéologie du bâti sont marquées par la diversité des dossiers et la pluralité des intervenants. À cet égard, les services régionaux de l’archéologie ont un rôle pivot dans la collecte, la gestion et l’aboutissement des dossiers, à l’interface entre les différents acteurs et leurs enjeux. De cette première phase de collecte découle les réponses apportées par les services régionaux de l’archéologie. En effet, que le projet soit présenté très en amont par les Conservations Régionales des MH ou que le service soit consulté sur l’autorisation d’urbanisme grâce notamment aux zones de présomption de prescription, la gestion du dossier n’en sera pas la même…


  • Pratiquer l’archéologie sur du bâti en sécurité

    Pratiquer l’archéologie sur du bâti en sécurité

    Une opération d’archéologie sur du bâti n’est pas une opération classique tant dans sa préparation, son montage que dans son déroulé. Ces interventions spécifiques, aux caractères parfois de sauvetage, doivent s’inclure dans le projet de l’aménageur. Elles s’inscrivent donc bien souvent dans la durée et peuvent de façon ponctuelle se dérouler au milieu d’autres acteurs, d’autres corps de métier avec lesquels il faudra composer pour travailler en sécurité. Si les risques de chutes de hauteur et de co-activité sont généralement connus pour ce type d’opération, d’autres le sont beaucoup moins et devraient retenir notre attention…


  • L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

    L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

    L’archéologie lyonnaise s’inscrit dans une longue tradition d’analyse du bâti religieux et civil à l’échelle régionale. La création du secteur sauvegardé du Vieux Lyon en 1964 a suscité très tôt une prise de conscience de la valeur du patrimoine urbain. Dès les années 1980, les édifices publics et civils ont pu bénéficier d’un suivi archéologique en accompagnement des travaux de restauration. En parallèle, le Pré-inventaire architectural du Vieux Lyon engagé depuis 2006 par la ville autorise une analyse de l’architecture civile à une plus large échelle. Ces études ont fourni des jalons précieux à la compréhension du bâti lyonnais, des techniques de construction, et d’une manière plus large des logiques d’aménagement de la ville…


  • Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental

    Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental

    Depuis 2020, le château de Villers-Cotterêts dans son ensemble, soit près de 2,5 ha, fait l’objet de travaux par le Centre des Monuments Nationaux afin de créer une Cité Internationale de la Langue Française qui devrait ouvrir en 2022. Les opérations d’archéologie préventive se répartissent en fouilles en aire ouverte, suivis de travaux dans les intérieurs et étude de bâti au fur et à mesure de l’avancée des restaurations. Cette communication sera d’abord l’occasion de présenter la méthodologie adoptée afin de pouvoir travailler à une compréhension globale de l’ensemble des données issues du sous-sol jusqu’aux charpentes…


  • Fouille du théâtre antique de Drevant (Cher) : 6 ans de co-activité dans le cadre du chantier de restauration

    Fouille du théâtre antique de Drevant (Cher) : 6 ans de co-activité dans le cadre du chantier de restauration

    Le théâtre antique de Drevant (Cher) est un monument historique appartenant à l’État. Depuis 2015, la Conservation régionale des MH a engagé un long chantier de restauration, comprenant le dégagement des parties manquantes du plan, la cristallisation des ruines et la valorisation du site. Ce projet a donné lieu à une prescription de fouilles archéologiques menées en amont du chantier ou en accompagnement des travaux. Il s’agit d’une mission globale visant à documenter l’édifice avant travaux, à fouiller les zones encore inédites, à analyser toutes les maçonneries antiques et celles de la réoccupation médiévale, ainsi que d’expertiser le potentiel du lapidaire entreposé sur le site…


  • Une opération archéologique entre hostilité et co-activité : le Château des ducs de Bretagne (Nantes, Loire-Atlantique)

    Une opération archéologique entre hostilité et co-activité : le Château des ducs de Bretagne (Nantes, Loire-Atlantique)

    Après de longues années de délaissement aboutissant à un état de délabrement inquiétant, la ville de Nantes, propriétaire du monument, et le ministère de la culture ont lancé, à partir des années 1980, un important chantier de restauration et réaménagement du château des Ducs de Bretagne à Nantes, aboutissant à sa transformation en Musée d’histoire de Nantes. Les arbitrages rendus entre les différents services de la Drac des Pays de la Loire ont clairement penché en faveur de la muséographie au détriment de l’archéologie. Toutefois, et notamment grâce à l’insistance de l’architecte en chef des MH, plusieurs opérations de « surveillance de travaux » ou de sondages et étude de bâti prescrites par le SRA ont pu avoir lieu…


  • Les études de bâti dans le cadre de chantiers au long cours : quelques exemples alsaciens du diagnostic à la fouille

    Les études de bâti dans le cadre de chantiers au long cours : quelques exemples alsaciens du diagnostic à la fouille

    L’essor de l’archéologie du bâti dans le cadre préventif est, en Alsace comme dans d’autres régions, relativement récent. L’évolution des prescriptions, en bâti et en milieu urbain, a été accélérée ces dernières années à la fois par la multiplication des interventions en cœur de ville, par un renouvellement important des équipes chargées des prescriptions et des suivis des projets et par une meilleure sensibilisation aux approches archéologiques auprès des différents intervenants. Ces interventions nous amènent à diversifier les types de sites sur lesquels les équipes interviennent et à multiplier les chantiers longs, engagés en marge de grands projets de restauration…


  • Fiche-type de « visite préalable de chantier ». Préparation des interventions sur le bâti en Inrap Midi-Méditerranée

    Fiche-type de « visite préalable de chantier ». Préparation des interventions sur le bâti en Inrap Midi-Méditerranée

    En 2017, un groupe de travail composé d’archéologues spécialisés dans les interventions sur le bâti a été réuni afin de réfléchir aux méthodes d’intervention sur le bâti, à l’initiative des représentants syndicaux du CHSCTS de la DIR Méditerranée conscients que de très nombreuses questions de sécurité résultaient de défaillances d’organisation au démarrage. Dans la région Méditerranée, quelques accidents survenus dans le bâti ont marqué les esprits et créé des réticences fortes…


  • Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 2 “Spécificité du montage et de la conduite des opérations”

    Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 2 “Spécificité du montage et de la conduite des opérations”

    Discussion au terme de la session 2 sur la spécificité du montage et de la conduite des opérations.



Session 3 : Méthodes d’investigations

  • De la fouille à l’enregistrement

    De la fouille à l’enregistrement

    Les nombreuses discussions sur l’archéologie sur le bâti ne doivent pas nous faire oublier l’essentiel. S’agissant d’archéologie, l’acte de fouille est l’élément de base qui fournit la matière nécessaire à la compréhension de l’évolution du bâtiment étudié. Le décroutage de l’épiderme et le piquetage sont une étape indispensable pour appréhender l’objet étudié. La recherche de la stratigraphie est l’étape suivante. Les limites stratigraphiques, les différents mortiers, les matériaux utilisés, les différents décors et techniques de construction mis en œuvre sont autant d’indices qui doivent être observés, relevés et analysés…


  • Présentation de la base de données utilisée pour l’opération de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret)

    Présentation de la base de données utilisée pour l’opération de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret)

    Alors que l’utilisation des Systèmes d’Information Géographique (SIG) en archéologie préventive est désormais une pratique courante, il existe néanmoins quelques contextes d’intervention pour lesquels leur utilisation est loin d’être systématique. En archéologie du bâti, en effet, du fait d’une étude des vestiges en élévation, le mode de représentation nécessite une certaine gymnastique dans les logiciels de SIG. Ce premier écueil franchi, la constitution d’une base de données relationnelles et spatiales devient possible…


  • Méthodologie et remise en question autour de la datation en bâti

    Méthodologie et remise en question autour de la datation en bâti

    La communication a pour objectif de faire, au travers de sites variés et récemment étudiés, un état des lieux des pratiques liées à la datation afin de rectifier l’image d’Epinal plutôt tournée vers l’histoire de l’art en matière de datation monumentale, et ce à l’attention notamment des interlocuteurs patrimoniaux. Faire comprendre les enjeux et la méthodologie semble primordial pour permettre une meilleure intégration et prise en compte des études monumentales archéologiques au sein des chantiers des restaurations ou d’inventaire…


  • Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

    Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

    L’analyse des structures charpentées peut concerner aussi bien l’étude du gros-œuvre que du second-œuvre de bâtiments conservés en élévation : murs en pan de bois, charpentes de toit, plafonds, cloisons, etc. Lors de leur relevé et de leur enregistrement une attention particulière est portée aux éléments techniques propres au domaine de la charpenterie (traces de transport, de façonnage et de mise en œuvre du bois, assemblages, marques, remplois, etc.), mais également aux répartitions et aux relations entretenues par ces ossatures de bois avec les autres éléments constitutifs de l’édifice…


  • Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques

    Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques

    L’appréciation d’un monument historique se fait encore trop souvent par son esthétisme ou encore par son ancienneté, au détriment de son histoire. En ce qui concerne le bâti en pan de bois, l’idée que l’on peut le comprendre uniquement par l’approche dendrochronologique est encore trop régulièrement admise. Bien souvent, cette méthode est privilégiée avant même l’idée d’une étude archéologique, notamment par les architectes. C’est pourtant l’archéologie du bâti qui permet de mettre en évidence l’évolution architecturale d’un édifice et d’interpréter les datations absolues en prenant en compte l’approvisionnement en matière première ou encore la notion de remploi…


  • Deux études de bâti à La Réunion : La Redoute et le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume à Saint-Denis

    Deux études de bâti à La Réunion : La Redoute et le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume à Saint-Denis

    Deux études de bâti, sans sondages en sous-sol, ont été réalisées sur le territoire en 2020. Toutes deux portent sur des monuments inscrits au titre des MH. Menée en amont de travaux de restauration, la première concerne la Redoute de Saint-Denis, bâtiment construit à partir de 1756 et faisant partie d’un ensemble défensif de la ville (poudrière, corps de garde et batteries littorales). Ce fortin a été utilisé comme prison dès 1768 puis comme poste de garde et converti en magasin à poudre en 1869. Toutes ces transformations successives, connues par les documents d’archives, ont pu être précisées par l’étude du bâti, alliant levé 3D par photogrammétrie, analyse des mortiers et comparaison critique avec les plans anciens…


  • Relecture archéologique de la collégiale Notre-Dame-du-Fort à Étampes (Essonne) : bilan et perspectives du diagnostic du sous-sol et des élévations

    Relecture archéologique de la collégiale Notre-Dame-du-Fort à Étampes (Essonne) : bilan et perspectives du diagnostic du sous-sol et des élévations

    Débuté en octobre 2020, ce diagnostic archéologique incluait plusieurs volets distincts. La première phase comprenait une couverture photogrammétrique du flanc extérieur nord de l’ancienne collégiale Notre-Dame du Fort composé de plusieurs états relevant pour l’essentiel des XIIe, XIIIe siècles. La seconde étape intégrait la réalisation d’une détection radar du sous-sol afin de mieux appréhender l’organisation spatiale des parties disparues des différents états de l’édifice aujourd’hui imbriqués…


  • Le radar mural : un nouvel outil pour l’archéologue du bâti

    Le radar mural : un nouvel outil pour l’archéologue du bâti

    Les nouveaux outils tels que la photogrammétrie ou les relevés scanner 3D ont révolutionné la façon d’appréhender l’étude archéologique d’un édifice. Ces outils sont désormais couramment utilisés mais, lorsque les parois d’un édifice sont recouvertes par un enduit, les observations visuelles sont rendues considérablement plus complexes. L’implantation des fenêtres d’observation à piqueter peut s’avérer être un exercice délicat et potentiellement non représentative de la partie de l’édifice à étudier…


  • Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 3 “Méthodes d’investigation”

    Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 3 “Méthodes d’investigation”

    Discussion au terme de la session 3 sur les méthodes d’investigation.



Session 4 : Étudier l’architecture autrement

  • Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

    Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

    Contrairement aux décors, ornements, inscriptions et peintures, les graffiti muraux ne sont majoritairement pas réalisés par des professionnels de la construction et constituent souvent des signes triviaux. Du fait de leur fragilité, de leurs modestes dimensions mais également de leur présence souvent limitée à quelques enduits intermédiaires par défaut noyés parmi un empilement souvent conséquent de revêtements, les graffiti figurent parmi les structures les plus rarement détectées au cours de travaux d’aménagements lambdas. Ils sont souvent plus difficiles à saisir que les programmes décoratifs ou ornementaux (enduits peints, décors incisés ou dessinés)…


  • Étude des TCA en archéologie sur le bâti : vers des référentiels typochronologiques ?

    Étude des TCA en archéologie sur le bâti : vers des référentiels typochronologiques ?

    En archéologie sur le bâti, les mobiliers « datant » manquent souvent. Un nouveau potentiel de recherche est ouvert par l’étude des terres cuites architecturales (TCA). Généralement assez fréquentes sur les sites bâtis, leur étude peut souvent être simplement intégrée comme une étude « post-fouille », à l’instar de la céramologie, mais elle suppose parfois des approches plus spécifiques. Ainsi, une étude de couverture encore en place nécessite la réalisation d’échantillonnage et ne peut s’effectuer qu’au moment de la restauration, en association étroite avec les couvreurs…


  • Les apports de l’étude du lapidaire architectural et architectonique

    Les apports de l’étude du lapidaire architectural et architectonique

    Par différents cas de figure, cette communication aura pour objectif de montrer comment les études de lapidaire participent pleinement des études architecturales plus larges ou contribuent à des relectures ponctuelles en coordination avec archéologues de terrain ou géologues. On verra ainsi l’analyse de blocs isolés ou provenant de remblais, les ensembles formant un lot homogène, mis au jour dans différents contextes, dont celui des remplois médiévaux.


  • Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

    Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

    Les indices d’un cairn découverts en 1997 dans l’enceinte du fameux Château d’Angers ont été évalués en 2002 par l’Inrap, avant d’être difficilement fouillés l’année suivante, en parallèle de la mise en valeur des vestiges médiévaux de la forteresse. Bien que passablement arasée, enterrée et mitée par l’occupation plurimillénaire du site désormais touristique, l’exceptionnelle structure funéraire qui a bien été reconnue s’est aussi, inopinément, révélée d’un intérêt tout autant architectonique que technologique. Suivant la typo-chronologie habituelle, fondée sur le plan et le mobilier funéraire, cette tombe à couloir et chambres circulaires a fonctionné du Néolithique moyen au IIIe millénaire…


  • VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

    VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

    VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…


  • L’architecture microscopique des sols construits, un lien oublié entre l’élévation et l’enfoui

    L’architecture microscopique des sols construits, un lien oublié entre l’élévation et l’enfoui

    Au sein du volume bâti, le sol est le support des activités humaines, la surface sur laquelle ont lieu les déplacements. Par ses modes de construction et d’entretien, le sol renvoie aux représentations sociales, aux techniques, aux ressources matérielles, aux systèmes d’activités. En France, la découverte de sols d’intérieur n’est pas rare pour les périodes gallo-romaine et moderne. Elle l’est beaucoup plus pour l’Âge du Fer et le début du Moyen Âge. Mais dans tous les cas, lorsqu’il ne s’agit pas de dallages ou de mosaïques, les protocoles d’analyse apparaissent peu opérationnels face à des stratifications dont l’épaisseur peut être inférieure au millimètre et l’extension spatiale très limitée…


  • Observations fonctionnelles du bâti vernaculaire des grandes fermes franciliennes. La ferme de Varâtre (Lieusaint, Seine-et-Marne)

    Observations fonctionnelles du bâti vernaculaire des grandes fermes franciliennes. La ferme de Varâtre (Lieusaint, Seine-et-Marne)

    Le diagnostic archéologique mené en 2017 sur la ferme de Varâtre à Lieusaint (Seine-et-Marne) a permis d’aborder des vestiges rarement étudiés en élévation et dont les vestiges sont souvent difficilement identifiables lors de fouilles du sous-sol. Cette communication se propose de mettre l’accent sur les indices architecturaux et archéologiques qui permettent l’identification des différentes composantes d’une ferme, tant en élévation que sous forme de vestiges.


  • L’archéologie subaquatique au chevet de l’archéologie du bâti

    L’archéologie subaquatique au chevet de l’archéologie du bâti

    Depuis 2012, l’Inrap s’est doté d’un pôle de recherche archéologique subaquatique pour répondre aux prescriptions du ministère de la Culture. Si ces dernières ont concerné essentiellement les zones maritimes, depuis quelques années, les prescriptions concernant les eaux intérieures sont de plus en plus nombreuses. Elles s’intéressent à la fois aux lacs, aux fleuves et rivières. Ainsi, l’Inrap a réalisé ses dernières années des opérations de diagnostics dans différentes rivières de l’hexagone dont les interventions concernaient des aménagements d’édifices bâtis liés à une économie de l’eau…


  • Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

    Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

    Les regards portés sur l’évolution de maisons, des périodes médiévales et modernes, par les sondages des murs en élévation, ont permis de restituer des états structurels anciens, des murs aux planchers, avec leurs ouvertures jusqu’aux toitures. La transformation chronologique des espaces pendant les mutations des XIXe et XXe siècle a pu être dévoilée par la prise en compte des aménagements de second œuvre (cloisons, placards) et des stratigraphies… de papiers peints.


  • De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

    De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

    Dans le cadre du PCR mis en place par Didier Josset et Viviane Auboug sur la ville de Blois, intitulé « Blois : ville et territoire ligérien depuis les premières installations humaines jusqu’à nos jours », nous avons réalisé une prospection inventaire du patrimoine bâti sur le quartier de Vienne, situé en rive gauche. Cette prospection a été menée à la parcelle et complétée de rares visites d’immeubles. Les objectifs principaux étaient d’identifier le bâti par période architecturale, afin de comprendre les étapes de formation du tissu urbain, et d’identifier le potentiel archéologique de ces ensembles de manière à proposer des clefs de gestion patrimoniale…


  • Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 4 “Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux”

    Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 4 “Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux”

    Discussion au terme de la session 4 sur les apports archéologiques, historiques et patrimoniaux.



Session 5 : Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux

  • Un exemple d’étude mêlant archéologie du bâti, fouille sédimentaire et sources écrites : la galerie sud du couvent des Jacobins de Rennes, XIVe-XVIIe s. (Ille-et-Vilaine)

    Un exemple d’étude mêlant archéologie du bâti, fouille sédimentaire et sources écrites : la galerie sud du couvent des Jacobins de Rennes, XIVe-XVIIe s. (Ille-et-Vilaine)

    De 2011 à 2013, le couvent des Jacobins de Rennes (Ille-et-Vilaine) a fait l’objet d’un chantier de fouille archéologique préventive d’une ampleur exceptionnelle, permettant d’étudier le couvent d’un ordre mendiant en intégralité. L’approche comportait à la fois une étude des archives, la fouille des vestiges sédimentaires, dont plusieurs centaines de sépultures, et une étude du bâti intégrale. Appliquée à l’ensemble du site, elle a permis de comprendre l’organisation et l’évolution de l’établissement monastique dans sa globalité, depuis sa fondation au XIVe siècle jusqu’à ses ultimes transformations dans le courant du XVIIe siècle…


  • Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

    Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

    Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant…


  • Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

    Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

    Le château du Coudray-Salbart, classé au titre des Monuments Historiques, est considéré comme l’un des châteaux remarquables du début du XIIIe siècle en France. La qualité de son architecture défensive et le contexte historique de sa création révèlent une construction royale Plantagenêt d’une très grande ampleur. Sa qualité de conservation, le fait qu’il ait été pratiquement abandonné depuis le XVe siècle, et jamais remanié ni modifié depuis le Moyen Age, en font un témoin archéologique d’un intérêt exceptionnel.


  • La réinsertion virtuelle du cénotaphe du duc de Lesdiguières dans la chapelle du château seigneurial : méthodes et résultats

    La réinsertion virtuelle du cénotaphe du duc de Lesdiguières dans la chapelle du château seigneurial : méthodes et résultats

    Le cénotaphe du duc de Lesdiguières, œuvre du début du XVIIe siècle due au sculpteur Jacob Richier, est actuellement conservé par le musée-museum départemental de Gap. Initialement installé dans la chapelle du château seigneurial situé sur la commune du Glaizil (Hautes-Alpes), il a été transféré à Gap lors de la Révolution et a été depuis lors déplacé trois fois jusqu’à son lieu de conservation actuel. Dans le cadre d’un projet muséographique, le musée a commandé à l’Inrap une étude visant, à partir de la réalisation de relevés photogrammétriques du monument d’une part et de la chapelle d’autre part, à replacer virtuellement le cénotaphe contre le mur de la chapelle où se lisent encore les ancrages du monument…


  • Étudier le bâti industriel contemporain des Antilles françaises. L’exemple de l’usine de glace de Petit-Bourg (Guadeloupe)

    Étudier le bâti industriel contemporain des Antilles françaises. L’exemple de l’usine de glace de Petit-Bourg (Guadeloupe)

    En septembre 2020, un projet de construction d’une villa sur les hauteurs de Petit-Bourg (Guadeloupe) a engendré la réalisation d’une sauvegarde par l’étude d’un ancien site industriel de production de glace attribué à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle et qui avait été oublié. Portant sur une surface de 650m², cette étude avait pour objectif principal de documenter des éléments métalliques encore en élévation (re)découverts lors d’une visite préalable à la mise en place d’un diagnostic par le SRA Guadeloupe. Après le défrichage de la parcelle sous surveillance archéologique, le site s’est révélé bien mieux préservé que de prime abord, offrant de nombreuses structures en élévation témoignant de l’activité industrielle du site…


  • Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux d’un service de collectivité territoriale à l’archéologie du bâti : l’exemple de la Métropole Nice Côte d’Azur

    Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux d’un service de collectivité territoriale à l’archéologie du bâti : l’exemple de la Métropole Nice Côte d’Azur

    L’existence d’équipes pérennes sur un territoire permet, sur le long terme, d’adapter les stratégies opérationnelles et patrimoniales en concertation avec les services de l’État et les aménageurs. L’accumulation d’expériences et de connaissances sur un même territoire constitue, pour les contextes urbains en particulier, un atout majeur pour progressivement réinterpréter les dynamiques archéologiques et historiques sur le temps long. De ce point de vue, les collectivités territoriales sont souvent des interlocuteurs privilégiés qui entretiennent à la fois des rapports réguliers aussi bien avec les aménageurs publics qu’avec les services déconcentrés de l’État (SRA, MH, ABF), facilitant ainsi la mise en place d’une synergie propice aux décisions collégiales…


  • Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

    Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

    Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz, prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain. L’habitat civil, de la maison à l’édifice bourgeois semi publique, en passant par l’immeuble de rapport, s’avère être, sous le prisme de l’archéologie, le catalyseur des évolutions d’une ville comme Metz. Au gré des interventions, l’architecture des messins au XIIIe-XVIe siècle tend à être mieux discriminée, apportant un regard jusque-là méconnu sur des savoir-faire constructifs, traduisant un espace culturel qui reste à circonscrire, tant dans la mise en œuvre structurelle des édifices que dans sa conception esthétique…


  • La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments

    La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments

    Aujourd’hui, force est de constater que les opérations d’archéologie préventive sur le bâti ont donné naissance à une pratique nouvelle et globale, dont la pluridisciplinarité accompagne et enrichit la lecture sédimentaire des sites patrimoniaux. Si la richesse des connaissances issues des « archives du sous-sol » ne sont plus à démontrer, les apports des opérations archéologiques préventives sur le bâti demeurent encore méconnus pour diverses raisons que ce séminaire nous donne à débattre. Toutefois, la concomitance d’une exploration sédimentaire avec une étude de bâti permet de mettre en avant des données complémentaires, souvent tributaires l’une de l’autre…


  • Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 5 “Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux”

    Archéologie préventive sur le bâti : discussion session 5 “Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux”

    Discussion au terme de la session 5 sur les apports archéologiques, historiques et patrimoniaux.



Conclusion

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search