Archéologie préventive sur le bâti

Développée dans les années 1980, en lien avec le déploiement de l’archéologie préventive en France, l’analyse du bâti porte sur tous les types de constructions, quelles que soient leur période, nature ou fonction. Les vestiges construits sont des témoignages incontournables des occupations anciennes, au même titre que les autres types d’objets retrouvés en fouille. Ils constituent un élément essentiel à la compréhension des cadres de vie des communautés passées, à partir duquel s’articulent les activités quotidiennes. L’étude archéologique pratiquée sur ces vestiges est donc essentielle pour appréhender et contextualiser ces occupations dans leur globalité et sur la durée, d’un point de vue sociétal et environnemental. Envisager un édifice sous l’angle de sa stratification vise donc à restituer l’histoire des aménagements successifs de ce dernier, depuis le chantier originel en passant par les différentes phases de reprises, de transformations, d’abandon et, parfois même, de démantèlement. De par sa spécificité, cette méthode affine l’histoire de l’édifice, de ceux qui l’on construit, qui l’on fait vivre et évoluer dans sa forme et ses fonctions, aboutissant parfois même à sa disparition du paysage architectural. Les problématiques abordées portent désormais sur des champs très diversifiés qui concernent tout autant l’évolution des formes et des types de l’architecture publique ou privée, que les techniques de construction, les matériaux ou les décors. C’est aussi une source inédite sur l’histoire des techniques et des savoir-faire avec, notamment, l’apport d’une vision nouvelle de l’organisation des chantiers de construction, ou encore de la gestion des approvisionnements. Plus largement, ces observations permettent une lecture dynamique de l’espace en montrant son évolution de l’Antiquité à l’Époque contemporaine.

Organisation : Direction scientifique et technique de l’Inrap, en partenariat avec la direction du Patrimoine de la ville de l’Isle-sur-la-Sorgue. Coordination : Victorine Mataouchek (Inrap), Carine Carpentier (Inrap), Marc Bouiron (Inrap) et François Guyonnet (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue). Comité scientifique : Sitâ ANDRÉ (Drac Grand Est, Service Régional de l’Archéologie), Stéphane AUGRY (Inrap – UMR 6566 CReAAH), Séverine BLIN (CNRS – UMR 8546 AOrOc), Marc BOUIRON (Inrap, Direction scientifique et technique – UMR 7264 CEPAM), Joëlle BURNOUF (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn), Mathieu CARLIER (Inrap Auvergne Rhône-Alpes), Mathias DUPUIS (Direction de l’archéologie Chartres métropole), Ivan FERRARESSO (Inrap Grand Est), François GUYONNET (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue – UMR 5648 CIHAM), Victorine MATAOUCHEK (Inrap Centre-Île-de-France – UMR 7324 CITERES), Odile MAUFRAS (Inrap – UMR 5140 ASM), Sébastien ZIEGLER (Département du Var, Service de l’archéologie). Lieu et dates : Amphithéâtre Belambra Clubs « Le Domaine de Mousquety » – Chemin de Mousquety – 84 800 L’Isle-sur-la-Sorgue. 28-29 octobre 2021


Introduction

Session 1 : Les modes d’intervention

Session 2 : Spécificité du montage et de la conduite des opérations

Session 3 : Méthodes d’investigations

Session 4 : Étudier l’architecture autrement

Session 5 : Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux

Conclusion

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search