Auteur : Inrap

0

Le diagnostic archéologique : instrument d’une politique du patrimoine ou de la recherche archéologique ?

La loi sur l’archéologie préventive de 2001 a instauré le « diagnostic archéologique » comme une pratique nécessaire (voire indispensable) dans le processus administratif déterminant la présence ou non de vestiges archéologiques et la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. Or, avant d’être présent dans le code du patrimoine, le diagnostic archéologique avait déjà quelques décennies derrière lui et participait d’une recherche scientifique alors plus faiblement dotée.

0

L’archéozoologie dans la chaîne opératoire de l’archéologie préventive en France : du diagnostic au rendu de rapport de fouille

S’inscrivant, à des degrés divers, dans l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie préventive, les sciences du vivant et, plus spécifiquement l’archéozoologie, contribuent pleinement à la compréhension des sites et des activités humaines passées. Néanmoins, malgré la démonstration sans cesse renouvelée des apports de cette discipline, la pratique quotidienne de l’archéozoologie en contexte préventif est aujourd’hui fréquemment sujette à une restriction des moyens financiers ainsi que des champs d’étude, menant à une modification substantielle du contenu des travaux.

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

Bien que l’Alsace soit connue pour son potentiel archéologique paléolithique depuis le XIXe siècle, ce n’est que récemment que la recherche en Préhistoire ancienne connaît un nouvel élan. À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, des sondages profonds ont été réalisés. Sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques observées sur ces sites ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale. Ces travaux sont fondés sur une approche pluridisciplinaire à haute résolution (géomorphologie, archéozoologie, malacologie, etc.) afin de restituer le cadre paléoenvironnemental des occupations et de mieux comprendre les interactions hommes/milieu.

0

Le diagnostic archéologique : un atout pour la connaissance des occupations anciennes de la commune de Matignicourt-Goncourt et ses environs (Marne)

Grace aux importantes surfaces sondées, les résultats des diagnostics alimentent les connaissances des occupations anciennes sur la commune de Matignicourt-Goncourt, dans la Marne. Ils ouvrent de nouvelles perspectives de recherche qui appellent à traiter les données à l’échelle du territoire et non plus à celle de l’emprise prescrite. Les données de diagnostics récoltées, compilées dans un système d’information géographique (SIG), font l’objet d’une analyse spatiale. Celle-ci permet la relecture des données plus anciennes et favorise ainsi la compréhension des dynamiques d’implantation à travers les âges. C’est ainsi qu’il est possible d’étudier des exemples du paysage funéraire protohistorique et l’implantation d’un système de voirie antique.

0

« L’occasion fait le larron » : pour une meilleure intégration du potentiel documentaire des diagnostics archéologiques « négatifs » réalisés en contexte de plaine alluviale

La phase de diagnostic est la première d’une intervention archéologique. Elle est primordiale pour les géoarchéologues car, en cas de non découverte de vestiges ou de structures archéologiques, elle constitue l’unique occasion d’accéder aux séquences stratigraphiques. Les secteurs de fond de vallée, par la puissance de leurs enregistrements sédimentaires et la bonne conservation des écofacts, sont des zones indispensables à la compréhension des évolutions morphosédimentaires et environnementales des bassins versants. Il convient de les considérer comme de véritables réservoirs d’informations sur les environnements du passé par le biais d’approches pluridisciplinaires (géoarchéologie, biomarqueurs…). Dans les secteurs de recherche à faible impact anthropique dit « hors sites », les travaux de reconstitution paléo-environnementales, géomorphologiques et chronostratigraphiques doivent être favorisés car ils constituent un atout fondamental pour comprendre les modalités et les contextes d’occupation des sites sur une plus large échelle, d’autant que la phase de diagnostic sera la seule à les explorer. Nous voudrions, par cet article, sensibiliser les acteurs de l’archéologie sur l’importance que revêtent les observations systématiques sur de telles zones lors de la phase de diagnostic et montrer le potentiel informatif important qui en découle par la présentation d’exemples, l’un au Grand-Duché de Luxembourg (vallée de la Moselle) et l’autre à Autrecourt-et-Pourron (Ardennes, France).

0

Apports et limites des diagnostics sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny et Vendeuil (Aisne)

À Brissay-Choigny, de 2009 à 2015, 42,7 ha ont été diagnostiqués essentiellement sur un espace de chenaux fossilisés, dans le cadre d’une surveillance de carrière de granulats. Trois fouilles Inrap ont été réalisées sur ces zones humides. Le croisement critique de ces données permet de mettre en avant les acquis mais aussi les limites des diagnostics dans ces contextes particuliers.

0

Archéogéographie et diagnostic archéologique : l’expérience de l’A83 dans le Sud-Vendée, « un retour vers le futur »

L’article revient sur les modalités de mise en œuvre des diagnostics réalisés dans les années 1990 en amont de la construction de l’A83 et sur l’intégration de ces données au sein d’une enquête archéogéographique conduite dix ans plus tard dans le cadre d’une thèse. L’objectif est d’expliquer ce que les données archéologiques préventives ont apporté à l’analyse archéogéographique et, inversement, ce que cette dernière apporte, rétrospectivement et depuis 2009 (date de la soutenance), aux évaluations et fouilles préventives réalisées dans la plaine sud-vendéenne. Cette articulation pose plusieurs problèmes qui, tous, ont un impact sur l’exploitation et la compréhension des données archéologiques ou archéogéographiques. Ces décalages et difficultés permettent de voir les limites de cette collaboration intellectuelle quand l’analyse archéogéographique n’est pas menée en amont des fouilles et, par extension, de plaider pour de nouvelles procédures. En effet, au-delà de ce cas particulier, le but de cet article est de pointer les différents problèmes qui limitent l’intégration d’une étude archéogéographique aux diagnostics et la valorisation des leurs résultats, mais aussi de proposer des solutions pour y remédier.

0

Archéologie sur le bâti : 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap (appel à communications)

Le 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap sera organisé par la direction scientifique et technique (DST) de l’Inrap, en partenariat avec la ville de l’Isle-sur-la-Sorgue, les jeudi 28 et vendredi 29 octobre 2021. Il sera consacré à la pratique de l’archéologie sur le bâti dans le cadre des opérations d’archéologie préventive.

0

Sous les pavés la Loire ! Archéologie préventive et occupations précoces de la plaine alluviale à Tours (37)

La plaine alluviale de la Loire, dans le secteur de la ville de Tours (37), présente une structuration complexe. La zone subit les influences croisées de la Loire et du Cher ; elle a également longtemps été soumise à la dynamique de cours d’eau désormais disparus (ruau Sainte-Anne) ou très fortement anthropisés au cours du dernier siècle (Dolve, ruau de l’Archevêque). L’obtention des datations absolues sur des dépôts alluviaux peu ou pas anthropisés, dans des niveaux souvent situés à des profondeurs importantes, met en lumière les variations environnementales auxquelles les peuplements pionniers sont soumis. Pour les périodes historiques, la découverte d’incisions très récentes, ainsi que la mise en évidence de variations importantes et rapides de la dynamique du système ligérien s’intègrent à la compréhension des modalités de l’expansion urbaine. La très grande majorité des données provient de diagnostics préventifs, menés sur des surfaces restreinte et sans découverte archéologique significative au premier abord. La forte implication du collectif de recherches de l’Inrap a permis le développement des thématiques géomorphologiques et leur intégration aux travaux des archéologues. Désormais, tout diagnostic organisé à Tours revêt un statut d’opération à fort potentiel scientifique, rendant caduque la notion de diagnostic « négatif ».

0

Méthode de diagnostic appliquée à un site historique peu fouillé : Tarquimpol (Moselle, Grand Est)

En septembre 2011, la Conservation départementale d’archéologie de Moselle a été sollicitée par la mairie de Tarquimpol avant l’aménagement d’un système d’assainissement. Situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Metz, Tarquimpol est un des sites majeurs de l’archéologie mosellane. Durant l’Antiquité, il se situe à un carrefour routier de l’axe Metz-Strasbourg. Représenté sur la Table de Peutinger (Decempagi), il est également mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin et dans les textes d’Ammien Marcellin et de Paul Diacre. Des fouilles menées de manière discontinue depuis le XIXe siècle ainsi que des prospections géophysiques et aériennes ont permis d’identifier plusieurs bâtiments d’architecture monumentale (théâtre, thermes publics, sanctuaire, rempart…). Cependant, malgré la somme de toutes ces recherches, le site reste largement méconnu car peu de constructions ont été dégagées en plan et peu de stratigraphies ont été observées. Les travaux, présentés ici, concernaient une faible surface à diagnostiquer de 2 840 m2. Les connaissances déjà acquises sur l’emprise et son environnement, la problématique scientifique et le souci de réduire au maximum le mitage du site, ont justifié la réalisation de cinq tranchées de sondage ciblées plutôt que l’habituel maillage en quinconce. Les zones de localisation des tranchées avaient été choisies en amont, en se basant sur les données archéologiques déjà connues. Malgré leur brièveté, ces travaux ont permis de révéler un ensemble de vestiges peu ou non connus à Tarquimpol. Le tracé du rempart de l’Antiquité tardive a pu être précisé dans ce secteur, ainsi que celui de ses deux fossés défensifs avant. Les premiers vestiges connus d’occupation domestique ont également pu être mis au jour.

0

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

La paléogénétique, c’est-à-dire l’analyse génétique de l’ADN préservé dans les vestiges biologiques du passé, principalement os et dents, a ouvert de nouvelles perspectives en archéologie. Cette alliée de poids apporte des informations qui ne sont pas accessibles par d’autres approches et contribue à une meilleure compréhension des sites archéologiques et des sociétés du passé, concernant entre autres migrations et métissages, domestication des animaux et des plantes, effets de l’action humaine sur les populations animales et végétales sauvages. Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

0

Restituer les corridors fluviaux d’après les relevés stratigraphiques des diagnostics archéologiques : exemple de la vallée de la Seine dans le Nogentais

Depuis 1995, les champs du Nogentais sur les communes de Pont-sur-Seine, la Villeneuve-au-Châtelot et Périgny-la-Rose (département de l’Aube) ont fait l’objet de nombreux diagnostics et fouilles préalables à l’exploitation des graves calcaires de la Seine. Ces opérations cumulent une surface diagnostiquée d’un peu plus de 331 hectares et plus de 4 000 tranchées documentées de façon diverse quant aux dépôts sédimentaires mis en évidence. Deux grandes tendances sont observables pour les graves calcaires, présentes directement sous l’horizon de labours ou sous une épaisse couche de matériel fin. Celles-ci illustrent la morphologie contrastée du toit des graves au sein de la vallée et la présence de paléochenaux. Cet article propose un bilan des données sédimentaires acquises entre 1995 et 2015 en vue de restituer une cartographie des corridors fluviaux au sein de cet espace. Elle permettra, à terme, de discuter de leur impact sur les modalités d’occupation du sol (l’occupation préférentielle des dômes graveleux comme l’aménagement des berges) et de conservation des vestiges (processus d’érosion et de dépôt).

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Diagnostics et approche de l’occupation du territoire et des types d’habitat à la Protohistoire ancienne : l’exemple du 1er âge du Fer dans le Nord et le Pas-de-Calais via le PCR HABATA

Le diagnostic archéologique est un thème de colloque et de discussion récurrent. Si les aspects méthodologiques ont longtemps été au cœur des débats, il était opportun de traiter le sujet de manière différente. Le séminaire de Caen a permis de mettre en lumière les idées acquises et les problèmes rencontrés aujourd’hui par tous les acteurs de ces opérations archéologiques. Cet article tente de montrer comment les données issues de diagnostics s’intègrent dans un programme collectif de recherche (PCR). Afin de parvenir à une certaine exhaustivité, la période chronologique et l’aire géographique de ce programme ont été ici réduites. Après une présentation synthétique de ce dernier et du corpus d’étude défini, l’importance des données issues des opérations de diagnostic est soulignée à travers diverses thématiques : l’architecture des bâtiments, l’organisation des occupations, la culture matérielle et l’apport des données de diagnostics à sa connaissance.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search