Auteur : Carine Carpentier

0

Un exemple d’étude mêlant archéologie du bâti, fouille sédimentaire et sources écrites : la galerie sud du couvent des Jacobins de Rennes, XIVe-XVIIe s. (Ille-et-Vilaine)

De 2011 à 2013, le couvent des Jacobins de Rennes (Ille-et-Vilaine) a fait l’objet d’un chantier de fouille archéologique préventive d’une ampleur exceptionnelle, permettant d’étudier le couvent d’un ordre mendiant en intégralité. L’approche comportait à la fois une étude des archives, la fouille des vestiges sédimentaires, dont plusieurs centaines de sépultures, et une étude du bâti intégrale. Appliquée à l’ensemble du site, elle a permis de comprendre l’organisation et l’évolution de l’établissement monastique dans sa globalité, depuis sa fondation au XIVe siècle jusqu’à ses ultimes transformations dans le courant du XVIIe siècle…

0

De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

Dans le cadre du PCR mis en place par Didier Josset et Viviane Auboug sur la ville de Blois, intitulé « Blois : ville et territoire ligérien depuis les premières installations humaines jusqu’à nos jours », nous avons réalisé une prospection inventaire du patrimoine bâti sur le quartier de Vienne, situé en rive gauche. Cette prospection a été menée à la parcelle et complétée de rares visites d’immeubles. Les objectifs principaux étaient d’identifier le bâti par période architecturale, afin de comprendre les étapes de formation du tissu urbain, et d’identifier le potentiel archéologique de ces ensembles de manière à proposer des clefs de gestion patrimoniale…

0

Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

Les regards portés sur l’évolution de maisons, des périodes médiévales et modernes, par les sondages des murs en élévation, ont permis de restituer des états structurels anciens, des murs aux planchers, avec leurs ouvertures jusqu’aux toitures. La transformation chronologique des espaces pendant les mutations des XIXe et XXe siècle a pu être dévoilée par la prise en compte des aménagements de second œuvre (cloisons, placards) et des stratigraphies… de papiers peints.

0

L’archéologie subaquatique au chevet de l’archéologie du bâti

Depuis 2012, l’Inrap s’est doté d’un pôle de recherche archéologique subaquatique pour répondre aux prescriptions du ministère de la Culture. Si ces dernières ont concerné essentiellement les zones maritimes, depuis quelques années, les prescriptions concernant les eaux intérieures sont de plus en plus nombreuses. Elles s’intéressent à la fois aux lacs, aux fleuves et rivières. Ainsi, l’Inrap a réalisé ses dernières années des opérations de diagnostics dans différentes rivières de l’hexagone dont les interventions concernaient des aménagements d’édifices bâtis liés à une économie de l’eau…

0

Observations fonctionnelles du bâti vernaculaire des grandes fermes franciliennes. La ferme de Varâtre (Lieusaint, Seine-et-Marne)

Le diagnostic archéologique mené en 2017 sur la ferme de Varâtre à Lieusaint (Seine-et-Marne) a permis d’aborder des vestiges rarement étudiés en élévation et dont les vestiges sont souvent difficilement identifiables lors de fouilles du sous-sol. Cette communication se propose de mettre l’accent sur les indices architecturaux et archéologiques qui permettent l’identification des différentes composantes d’une ferme, tant en élévation que sous forme de vestiges.

0

L’architecture microscopique des sols construits, un lien oublié entre l’élévation et l’enfoui

Au sein du volume bâti, le sol est le support des activités humaines, la surface sur laquelle ont lieu les déplacements. Par ses modes de construction et d’entretien, le sol renvoie aux représentations sociales, aux techniques, aux ressources matérielles, aux systèmes d’activités. En France, la découverte de sols d’intérieur n’est pas rare pour les périodes gallo-romaine et moderne. Elle l’est beaucoup plus pour l’Âge du Fer et le début du Moyen Âge. Mais dans tous les cas, lorsqu’il ne s’agit pas de dallages ou de mosaïques, les protocoles d’analyse apparaissent peu opérationnels face à des stratifications dont l’épaisseur peut être inférieure au millimètre et l’extension spatiale très limitée…

0

VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…

0

Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

Les indices d’un cairn découverts en 1997 dans l’enceinte du fameux Château d’Angers ont été évalués en 2002 par l’Inrap, avant d’être difficilement fouillés l’année suivante, en parallèle de la mise en valeur des vestiges médiévaux de la forteresse. Bien que passablement arasée, enterrée et mitée par l’occupation plurimillénaire du site désormais touristique, l’exceptionnelle structure funéraire qui a bien été reconnue s’est aussi, inopinément, révélée d’un intérêt tout autant architectonique que technologique. Suivant la typo-chronologie habituelle, fondée sur le plan et le mobilier funéraire, cette tombe à couloir et chambres circulaires a fonctionné du Néolithique moyen au IIIe millénaire…

0

Les apports de l’étude du lapidaire architectural et architectonique

Par différents cas de figure, cette communication aura pour objectif de montrer comment les études de lapidaire participent pleinement des études architecturales plus larges ou contribuent à des relectures ponctuelles en coordination avec archéologues de terrain ou géologues. On verra ainsi l’analyse de blocs isolés ou provenant de remblais, les ensembles formant un lot homogène, mis au jour dans différents contextes, dont celui des remplois médiévaux.

0

Étude des TCA en archéologie sur le bâti : vers des référentiels typochronologiques ?

En archéologie sur le bâti, les mobiliers « datant » manquent souvent. Un nouveau potentiel de recherche est ouvert par l’étude des terres cuites architecturales (TCA). Généralement assez fréquentes sur les sites bâtis, leur étude peut souvent être simplement intégrée comme une étude « post-fouille », à l’instar de la céramologie, mais elle suppose parfois des approches plus spécifiques. Ainsi, une étude de couverture encore en place nécessite la réalisation d’échantillonnage et ne peut s’effectuer qu’au moment de la restauration, en association étroite avec les couvreurs…

0

Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

Contrairement aux décors, ornements, inscriptions et peintures, les graffiti muraux ne sont majoritairement pas réalisés par des professionnels de la construction et constituent souvent des signes triviaux. Du fait de leur fragilité, de leurs modestes dimensions mais également de leur présence souvent limitée à quelques enduits intermédiaires par défaut noyés parmi un empilement souvent conséquent de revêtements, les graffiti figurent parmi les structures les plus rarement détectées au cours de travaux d’aménagements lambdas. Ils sont souvent plus difficiles à saisir que les programmes décoratifs ou ornementaux (enduits peints, décors incisés ou dessinés)…

1

Le radar mural : un nouvel outil pour l’archéologue du bâti

Les nouveaux outils tels que la photogrammétrie ou les relevés scanner 3D ont révolutionné la façon d’appréhender l’étude archéologique d’un édifice. Ces outils sont désormais couramment utilisés mais, lorsque les parois d’un édifice sont recouvertes par un enduit, les observations visuelles sont rendues considérablement plus complexes. L’implantation des fenêtres d’observation à piqueter peut s’avérer être un exercice délicat et potentiellement non représentative de la partie de l’édifice à étudier…

0

Relecture archéologique de la collégiale Notre-Dame-du-Fort à Étampes (Essonne) : bilan et perspectives du diagnostic du sous-sol et des élévations

Débuté en octobre 2020, ce diagnostic archéologique incluait plusieurs volets distincts. La première phase comprenait une couverture photogrammétrique du flanc extérieur nord de l’ancienne collégiale Notre-Dame du Fort composé de plusieurs états relevant pour l’essentiel des XIIe, XIIIe siècles. La seconde étape intégrait la réalisation d’une détection radar du sous-sol afin de mieux appréhender l’organisation spatiale des parties disparues des différents états de l’édifice aujourd’hui imbriqués…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search