Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches

L’évolution récente de la bioarchéologie est marquée par un important renouvellement, tant au niveau des outils et des techniques, que des méthodes. Ainsi, il est possible de pousser de plus en plus loin le travail d’investigation. Toutefois, l’archéologie préventive, qui génère aujourd’hui le plus grand corpus de données bioarchéologiques, impose la prise en compte d’exigences particulières, en vue de mener à bien ces études spécialisées : temps et moyens limités sur le terrain et en post-fouille, études souvent absentes ou sous-estimées dans le cadre des prescriptions et des projets scientifiques d’intervention… La prise en compte de ce principe de réalité suscite, depuis plusieurs années, au sein de la communauté des bioarchéologues, différents travaux en vue de proposer un « minimum méthodologique commun » permettant de garantir la qualité scientifique minimale de ces études. Ces « minimums » doivent être appliqués sur l’ensemble de la chaîne opératoire d’une opération archéologique, et même, au-delà : collecte des données, prélèvement, traitement et analyse des vestiges, restitution des résultats de l’étude sous la forme de documents scientifiques réutilisables (rapport d’opération, publication), échantillonnage a posteriori en vue d’analyses spécialisées… Ces réflexions s’accompagnent de la mise en place de référentiels, de collections de comparaisons, de protocoles et d’outils (enregistrement, analyse) communs, le plus souvent dématérialisés.
 
Organisation : Direction scientifique et technique de l’Inrap, en partenariat avec la direction du GDR 3644 BioArchéoDat et Archéologie Alsace. Coordination : Carine Carpentier (Inrap), Rose-Marie Arbogast (CNRS, GDR 3644) et Philippe Kuchler (Archéologie Alsace). Comité scientifique : Rose-Marie ARBOGAST (CNRS – GDR 3644 – UMR 7044), Emmanuelle BONNAIRE (Archéologie Alsace – UMR 7209), Marc BOUIRON (Inrap, Direction scientifique et technique – UMR 7264), Manon CABANIS (Inrap, DIR Auvergne Rhône-Alpes – UMR 6042), Carine CARPENTIER (Inrap, Direction scientifique et technique), Stéphane FRÈRE (Inrap, DIR Centre-Île-de-France – UMR 7209), Yannick MIRAS (CNRS – UMR 7194), Núria ROVIRA (Université Paul Valéry-Montpellier 3 – UMR 5140), Frédéric SÉARA (Drac Grand Est – UMR 7044), Christophe TARDY (Inrap, DIR Midi-Méditerranée). Lieu et dates : Bibliothèque Humaniste, 1 place Docteur Maurice Kubler, 67 600 Sélestat. 28-29 novembre 2019


Introduction

Archéologie préventive : quelle place pour la bioarchéologie ?

Collections, référentiels et bases de données : vers une mutualisation des outils ?

Nouvelles techniques en bioarchéologie : quels gains, quelles limites ?

Comment sensibiliser et former les acteurs de l’archéologie ?

Quels protocoles de prélèvement et d’enregistrement pour le matériel biologique ?

De nouveaux contextes et domaines d’investigation pour l’archéologie préventive ?

Clôture du séminaire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search