Catégorie : Belgique

0

Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges

Sur un chantier de fouille, l’archéologue est très fréquemment confronté à des vestiges organiques, ou biorestes. Qu’ils soient visibles ou invisibles, rares ou abondants, ils sont souvent source de questionnements : Que prélever ? Où, comment et en quelle quantité ? Quelles sont les conditions de stockage idéales ? Quelle est la marche à suivre pour tamiser les sédiments ? Confrontés à des prélèvements très disparates, souvent à vue, ou sans réelle question de recherche ainsi qu’à des méthodologies d’extraction très différentes, l’équipe d’archéosciences de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a décidé de rédiger un ouvrage visant à répondre aux questions des archéologues et à standardiser les processus d’échantillonnage afin de pouvoir disposer d’un matériel d’étude pertinent et cohérent.

0

Le rôle des diagnostics dans les recherches à visée synthétique : exemples pré- et protohistoriques

Depuis de nombreuses années, la part des opérations de diagnostic ne cesse d’augmenter au sein de l’archéologie préventive. Ainsi, dans divers pays d’Europe du Nord-Ouest, des cadres légaux plus ou moins robustes ont été mis en place ces vingt à trente dernières années donnant une place essentielle aux diagnostics sous diverses formes, le plus souvent par le biais de tranchées mécanisées disposées à intervalles divers. Dès lors que, dans ces pays, l’archéologie préventive correspond aujourd’hui à la majorité des opérations de terrain, et que les diagnostics en constituent la part essentielle, il en résulte une exceptionnelle masse de données potentielles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search