Catégorie : Âge du Bronze

0

Sous les pavés la Loire ! Archéologie préventive et occupations précoces de la plaine alluviale à Tours (37)

La plaine alluviale de la Loire, dans le secteur de la ville de Tours (37), présente une structuration complexe. La zone subit les influences croisées de la Loire et du Cher ; elle a également longtemps été soumise à la dynamique de cours d’eau désormais disparus (ruau Sainte-Anne) ou très fortement anthropisés au cours du dernier siècle (Dolve, ruau de l’Archevêque). L’obtention des datations absolues sur des dépôts alluviaux peu ou pas anthropisés, dans des niveaux souvent situés à des profondeurs importantes, met en lumière les variations environnementales auxquelles les peuplements pionniers sont soumis. Pour les périodes historiques, la découverte d’incisions très récentes, ainsi que la mise en évidence de variations importantes et rapides de la dynamique du système ligérien s’intègrent à la compréhension des modalités de l’expansion urbaine. La très grande majorité des données provient de diagnostics préventifs, menés sur des surfaces restreinte et sans découverte archéologique significative au premier abord. La forte implication du collectif de recherches de l’Inrap a permis le développement des thématiques géomorphologiques et leur intégration aux travaux des archéologues. Désormais, tout diagnostic organisé à Tours revêt un statut d’opération à fort potentiel scientifique, rendant caduque la notion de diagnostic « négatif ».

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Diagnostics des aires sauvages néolithiques et protohistoriques dans la moyenne vallée de la Vesle (Marne, Grand Est)

Régulièrement, dans le secteur de Reims et plus largement en Champagne, les opérations de diagnostics voient la mise au jour de fosses à profil en I-U-V-Y et W. Le postulat de départ, issu de travaux de synthèse récents, est que ces fosses sont des pièges de chasse, marquant une présence humaine ancienne (entre le début du Néolithique et la fin de l’âge du Bronze), dans des aires peu ou pas anthropisées, éloignées des habitats. A priori isolées si l’on reste sur des échelles réduites, ces fosses participent en réalité à des complexes qui souvent s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares, l’échelle du diagnostic archéologique étant de ce fait la plus apte à la compréhension de tels dispositifs.

1

Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne‐en‐Val (Loiret). Des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ?

Le site de l’âge du Bronze de Vienne-en-Val, positionné en limite sud du lit majeur de la Loire, comprend deux occupations, qui se succèderaient : la première, caractérisée par des enclos circulaires, relève sans doute du domaine funéraire, et la seconde indique la présence d’un habitat. Cette dernière compte un dépôt aménagé comprenant sept vases, qui, isolé dans un environnement de fosses détritiques, constitue une singularité. Il a été analysé en vue d’identifier les résidus organiques des récipients. Ces recherches apportent un nouvel éclairage sur la diversité des substances biologiques en usage, pour l’imperméabilisation des vases, l’alimentation et la fabrication de vin rouge, mais aussi sur leur rôle symbolique.

0

Nouvelles technologies numériques, nouveau regard porté sur les crémations

Les technologies d’imagerie médicale sont régulièrement testées par les archéo-anthropologues en charge de fouiller des structures liées à la crémation. Cet intérêt découle probablement d’un changement de perception des dépôts cinéraires (urne, amas d’os ou de résidus de combustion …), engagé dans les années 80, bien avant la démocratisation de l’imagerie médicale.

0

Restauration numérique et restauration physique : le cas d’un vase de la fosse F1903 du diagnostic de Coulombs

Antoine Louis – Service d’archéologie préventive du CD28 – Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA) – USR 3155 (AMU-CNRS, UPPA, Lyon 2) – Antoine.LOUIS@eurelien.fr / Marie-Angélique Rodot – Service d’archéologie préventive du CD28...

0

Le Parc logistique de l’Aube, fouille de 2006 : contexte méthodologique et genèse

L’opération d’archéologie préventive de Buchères a beaucoup fait parler d’elle car elle n’a pas été menée selon nos méthodes de travail habituelles. Il s’agit, en effet, de la première expérimentation de mécanisation associée à un tamisage in situ et à une échelle semi-industrielle.

0

De la truelle à la pelle mécanique, pour une utilisation raisonnée de l’outil. Approche méthodologique et scientifique des sites protohistoriques en milieu rural

Le recours à la mécanisation en milieu archéologique s’appuie sur différents critères qui souvent relèvent des habitudes individuelles de travail ou encore des aspects de pénibilité de la fouille dite manuelle des vestiges. Elle peut parfois faire l’objet de prises de positions idéologiques et partisanes entre « pro » et « anti », suivant l’angle de vue privilégié. La réalité est plus complexe et les problèmes de méthodologie de fouille des sites archéologiques doivent avant toute chose répondre à une question fondamentale : comment mieux fouiller les gisements ?

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Diagnostics archéologiques et contextes funéraires : l’exemple atypique de la Bassée

Le suivi archéologique continu des carrières d’extraction de graviers de la basse vallée de la Seine et de l’interfluve Seine-Yonne a été effectué pendant plus de trente ans. Le décapage des emprises a été réalisé selon des normes de surveillance puis d’intervention systématique, à mesure de la mise au jour des sites. Des dizaines de contextes funéraires ont ainsi pu être appréhendés puis fouillés, toutes périodes confondues, proposant à la réflexion une grande diversité de schémas d’occupation de l’espace dévolu aux défunts.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search