Catégorie : Antiquité

0

Apports et limites des diagnostics sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny et Vendeuil (Aisne)

À Brissay-Choigny, de 2009 à 2015, 42,7 ha ont été diagnostiqués essentiellement sur un espace de chenaux fossilisés, dans le cadre d’une surveillance de carrière de granulats. Trois fouilles Inrap ont été réalisées sur ces zones humides. Le croisement critique de ces données permet de mettre en avant les acquis mais aussi les limites des diagnostics dans ces contextes particuliers.

0

Méthode de diagnostic appliquée à un site historique peu fouillé : Tarquimpol (Moselle, Grand Est)

En septembre 2011, la Conservation départementale d’archéologie de Moselle a été sollicitée par la mairie de Tarquimpol avant l’aménagement d’un système d’assainissement. Situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Metz, Tarquimpol est un des sites majeurs de l’archéologie mosellane. Durant l’Antiquité, il se situe à un carrefour routier de l’axe Metz-Strasbourg. Représenté sur la Table de Peutinger (Decempagi), il est également mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin et dans les textes d’Ammien Marcellin et de Paul Diacre. Des fouilles menées de manière discontinue depuis le XIXe siècle ainsi que des prospections géophysiques et aériennes ont permis d’identifier plusieurs bâtiments d’architecture monumentale (théâtre, thermes publics, sanctuaire, rempart…). Cependant, malgré la somme de toutes ces recherches, le site reste largement méconnu car peu de constructions ont été dégagées en plan et peu de stratigraphies ont été observées. Les travaux, présentés ici, concernaient une faible surface à diagnostiquer de 2 840 m2. Les connaissances déjà acquises sur l’emprise et son environnement, la problématique scientifique et le souci de réduire au maximum le mitage du site, ont justifié la réalisation de cinq tranchées de sondage ciblées plutôt que l’habituel maillage en quinconce. Les zones de localisation des tranchées avaient été choisies en amont, en se basant sur les données archéologiques déjà connues. Malgré leur brièveté, ces travaux ont permis de révéler un ensemble de vestiges peu ou non connus à Tarquimpol. Le tracé du rempart de l’Antiquité tardive a pu être précisé dans ce secteur, ainsi que celui de ses deux fossés défensifs avant. Les premiers vestiges connus d’occupation domestique ont également pu être mis au jour.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

Nouvelles technologies numériques, nouveau regard porté sur les crémations

Les technologies d’imagerie médicale sont régulièrement testées par les archéo-anthropologues en charge de fouiller des structures liées à la crémation. Cet intérêt découle probablement d’un changement de perception des dépôts cinéraires (urne, amas d’os ou de résidus de combustion …), engagé dans les années 80, bien avant la démocratisation de l’imagerie médicale.

0

25 ans de diagnostics archéologiques dans la ville antique de Carhaix

Carhaix est une petite ville du centre Finistère qui compte 7 500 habitants. Bien que son rôle administratif soit aujourd’hui secondaire (simple chef-lieu de canton), ce dernier était en revanche bien plus significatif à l’époque romaine. En effet, les archéologues s’accordent pour y reconnaître le chef-lieu de la cité des Osismes qui occupait alors la pointe de la péninsule armoricaine, à l’extrémité occidentale de la province de Lyonnaise. Il s’agit de mesurer l’évolution des connaissances accumulées depuis 25 ans et d’évaluer l’apport des données issues des diagnostics dans la réalisation d’une synthèse sur la cité antique.

0

Le diagnostic comme outil de connaissance d’une agglomération antique : l’exemple de Saint-Chéron (Essonne)

Saint-Chéron est une commune rurale de l’Essonne. Durant le XIXe siècle, des vestiges gallo-romains sont fortuitement mis au jour lors de travaux réalisés aux abords du hameau de Saint-Évroult. Il s’agit de bâtiments maçonnés parfois munis de caves, d’un hypocauste, d’un bassin de redistribution associé à de petits aqueducs mais aussi de quelques puits ou de fours domestiques. En 2008, un diagnostic archéologique préventif confirme l’existence d’une agglomération secondaire gallo-romaine.

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

1

Villa de Diomède, Pompéi : des archives anciennes aux restitutions 3D

La Villa de Diomède est un des premiers bâtiments découverts sur le site de Pompéi (1771-1775) et un des plus représentés et décrits par les voyageurs du Grand Tour, au cours du XIXe siècle. Engagé en 2012, un programme pluridisciplinaire a eu pour objectif de modéliser la fabrique de cette grande villa.

0

Le centre d’interprétation virtuel de Carhaix : des vestiges archéologiques à la réalité augmentée

La fouille de la réserve archéologique de Carhaix (2000 à 2007) a permis de mettre au jour les restes d’un quartier résidentiel et commercial de Vorgium, ancien chef-lieu de la cité des Osismes. La restitution au sol des différents espaces était la seule option envisageable pour permettre de visualiser l’organisation du quartier et des deux domus identifiées. Il était cependant possible d’approfondir le travail de restitutions 3D entrepris dans le cadre des analyses architecturales de la fouille.

0

Le diagnostic dans un édifice religieux en Limousin : l’église de Glénic

En région Limousin, la priorité des fouilles en contexte funéraire est donnée au suivi de chantier lié aux travaux de restauration ou d’aménagement en relation avec un édifice religieux. Ces opérations, mises en place depuis le début des années 1990, représentent plus de 90 % de la recherche globale pour ces problématiques, en l’absence de découvertes issues de grands travaux d’aménagements du territoire. Ainsi, plus de 80 interventions archéologiques autour des églises ont été menées depuis 1991. Sur ce nombre, la moitié concerne des diagnostics. Notre choix s’est porté ici sur le site de l’église de Glénic, dans la Creuse, où nous sommes intervenus à plusieurs reprises et sous différentes formes.

0

La nécropole antique d’Évreux

La nécropole antique d’Évreux (Eure) est connue depuis le XIXe s. par de nombreuses découvertes ponctuelles, réalisées lors de travaux de constructions et d’aménagements. Il existe de nombreuses mentions concernant la découverte dans ce secteur d’urnes funéraires, de sarcophages, de monnaies…, mais aucun descriptif précis des structures. Les découvertes ponctuelles permettaient de dater les sépultures du Ier au IVe s. ap. J.-C. Il s’agit d’un quartier d’Évreux actuellement très urbanisé et aucune fouille n’avait été effectuée sur cette nécropole dont les limites et la localisation précise n’étaient pas connues. Le diagnostic devait déterminer si cette parcelle était à l’emplacement de la nécropole, le degré de conservation des vestiges et le potentiel archéologique.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search