Catégorie : Époque moderne

0

La réinsertion virtuelle du cénotaphe du duc de Lesdiguières dans la chapelle du château seigneurial : méthodes et résultats

Le cénotaphe du duc de Lesdiguières, œuvre du début du XVIIe siècle due au sculpteur Jacob Richier, est actuellement conservé par le musée-museum départemental de Gap. Initialement installé dans la chapelle du château seigneurial situé sur la commune du Glaizil (Hautes-Alpes), il a été transféré à Gap lors de la Révolution et a été depuis lors déplacé trois fois jusqu’à son lieu de conservation actuel. Dans le cadre d’un projet muséographique, le musée a commandé à l’Inrap une étude visant, à partir de la réalisation de relevés photogrammétriques du monument d’une part et de la chapelle d’autre part, à replacer virtuellement le cénotaphe contre le mur de la chapelle où se lisent encore les ancrages du monument…

0

De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

Dans le cadre du PCR mis en place par Didier Josset et Viviane Auboug sur la ville de Blois, intitulé « Blois : ville et territoire ligérien depuis les premières installations humaines jusqu’à nos jours », nous avons réalisé une prospection inventaire du patrimoine bâti sur le quartier de Vienne, situé en rive gauche. Cette prospection a été menée à la parcelle et complétée de rares visites d’immeubles. Les objectifs principaux étaient d’identifier le bâti par période architecturale, afin de comprendre les étapes de formation du tissu urbain, et d’identifier le potentiel archéologique de ces ensembles de manière à proposer des clefs de gestion patrimoniale…

0

Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

Les regards portés sur l’évolution de maisons, des périodes médiévales et modernes, par les sondages des murs en élévation, ont permis de restituer des états structurels anciens, des murs aux planchers, avec leurs ouvertures jusqu’aux toitures. La transformation chronologique des espaces pendant les mutations des XIXe et XXe siècle a pu être dévoilée par la prise en compte des aménagements de second œuvre (cloisons, placards) et des stratigraphies… de papiers peints.

0

Observations fonctionnelles du bâti vernaculaire des grandes fermes franciliennes. La ferme de Varâtre (Lieusaint, Seine-et-Marne)

Le diagnostic archéologique mené en 2017 sur la ferme de Varâtre à Lieusaint (Seine-et-Marne) a permis d’aborder des vestiges rarement étudiés en élévation et dont les vestiges sont souvent difficilement identifiables lors de fouilles du sous-sol. Cette communication se propose de mettre l’accent sur les indices architecturaux et archéologiques qui permettent l’identification des différentes composantes d’une ferme, tant en élévation que sous forme de vestiges.

0

VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…

0

Étude des TCA en archéologie sur le bâti : vers des référentiels typochronologiques ?

En archéologie sur le bâti, les mobiliers « datant » manquent souvent. Un nouveau potentiel de recherche est ouvert par l’étude des terres cuites architecturales (TCA). Généralement assez fréquentes sur les sites bâtis, leur étude peut souvent être simplement intégrée comme une étude « post-fouille », à l’instar de la céramologie, mais elle suppose parfois des approches plus spécifiques. Ainsi, une étude de couverture encore en place nécessite la réalisation d’échantillonnage et ne peut s’effectuer qu’au moment de la restauration, en association étroite avec les couvreurs…

0

Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

Contrairement aux décors, ornements, inscriptions et peintures, les graffiti muraux ne sont majoritairement pas réalisés par des professionnels de la construction et constituent souvent des signes triviaux. Du fait de leur fragilité, de leurs modestes dimensions mais également de leur présence souvent limitée à quelques enduits intermédiaires par défaut noyés parmi un empilement souvent conséquent de revêtements, les graffiti figurent parmi les structures les plus rarement détectées au cours de travaux d’aménagements lambdas. Ils sont souvent plus difficiles à saisir que les programmes décoratifs ou ornementaux (enduits peints, décors incisés ou dessinés)…

0

Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques

L’appréciation d’un monument historique se fait encore trop souvent par son esthétisme ou encore par son ancienneté, au détriment de son histoire. En ce qui concerne le bâti en pan de bois, l’idée que l’on peut le comprendre uniquement par l’approche dendrochronologique est encore trop régulièrement admise. Bien souvent, cette méthode est privilégiée avant même l’idée d’une étude archéologique, notamment par les architectes. C’est pourtant l’archéologie du bâti qui permet de mettre en évidence l’évolution architecturale d’un édifice et d’interpréter les datations absolues en prenant en compte l’approvisionnement en matière première ou encore la notion de remploi…

0

Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

L’analyse des structures charpentées peut concerner aussi bien l’étude du gros-œuvre que du second-œuvre de bâtiments conservés en élévation : murs en pan de bois, charpentes de toit, plafonds, cloisons, etc. Lors de leur relevé et de leur enregistrement une attention particulière est portée aux éléments techniques propres au domaine de la charpenterie (traces de transport, de façonnage et de mise en œuvre du bois, assemblages, marques, remplois, etc.), mais également aux répartitions et aux relations entretenues par ces ossatures de bois avec les autres éléments constitutifs de l’édifice…

0

L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

L’archéologie lyonnaise s’inscrit dans une longue tradition d’analyse du bâti religieux et civil à l’échelle régionale. La création du secteur sauvegardé du Vieux Lyon en 1964 a suscité très tôt une prise de conscience de la valeur du patrimoine urbain. Dès les années 1980, les édifices publics et civils ont pu bénéficier d’un suivi archéologique en accompagnement des travaux de restauration. En parallèle, le Pré-inventaire architectural du Vieux Lyon engagé depuis 2006 par la ville autorise une analyse de l’architecture civile à une plus large échelle. Ces études ont fourni des jalons précieux à la compréhension du bâti lyonnais, des techniques de construction, et d’une manière plus large des logiques d’aménagement de la ville…

0

L’archéologie du bâti : une extrême diversité opérationnelle et scientifique

Si les termes des prescriptions de l’État se retrouvent sensiblement identiques dans les cahiers des charges émis par les SRA, puis dans les projets scientifiques d’intervention (PSI) élaborés par l’Inrap, le responsable scientifique est confronté à des cadres réglementaires et des problématiques très différenciés. Nous présentons ici quatre études de cas, reflétant quelques aspects de la diversité des conditions d’interventions et des stratégies à mettre en œuvre. Si, en principe, les diagnostics visent à poser des questions et les fouilles à les résoudre ; en pratique, les choses se présentent différemment…

0

Un diagnostic sur un logis renaissance dans un bourg rural : la Maison Laurens à Foussais (Foussais-Payré, Vendée)

Le rachat par la municipalité de cette vaste demeure urbaine datée de 1552 et les projets de réaménagement et de restauration associés ont amené le SRA des Pays de la Loire à y prescrire un diagnostic à l’automne 2018. Plusieurs réunions préalables au chantier ont permis à l’Inrap et au SRA d’élaborer en commun un programme d’intervention et de définir ses objectifs. D’une façon générale, il a été décidé de rechercher la volumétrie initiale du bâtiment, notamment celle de ses parties disparues (galerie) ou radicalement transformées (aile est), et d’étudier la charpente, datée de 1554 par dendrochronologie…

0

L’archéologie sur le bâti dans le Nord-Pas-de-Calais au sein de l’Inrap

Depuis 2016, des prescriptions mentionnant plus spécifiquement une approche sur le bâti sont apparues dans certains projets scientifiques et techniques d’intervention du Nord-Pas-de-Calais. Le travail effectué par des collègues depuis plusieurs années ont permis de proposer une expertise sur ces vestiges. L’évolution de la pratique de cette discipline au sein de l’Inrap, dans ces deux départements, peut-être illustrée par la fouille archéologique des enceintes modernes de Souham à Lille et à travers les diagnostics de l’enceinte médiévale de Cambrai et la Noble tour de Lille.

0

Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic sur un îlot d’habitat en centre urbain avant démolition

En 2019 et 2020, l’Inrap a mené dans le centre-ville de Prades un diagnostic sur un ensemble de maisons devant être détruites. La prescription comprenait la réalisation de sondages dans des espaces jardins, sur les élévations et dans le sous-sol après démolition. Le travail sur le bâti a concerné un ilot de 7 bâtiments réalisés en matériaux locaux implantés sur une surface au sol de 1078m2, étagés sur 4 niveaux. Certaines maisons, non transformées depuis les années 1930, documentent la vie sociale et urbaine de commerçants. Il en va de même pour une grande demeure de la bourgeoisie locale, conservant des mobiliers variés. Ce patrimoine vernaculaire témoigne de l’évolution d’un quartier entre le bas moyen âge et nos jours, en Conflent.

0

À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille : l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur

L’aménagement de l’ensemble immobilier et commercial de la ZAC Pasteur, qui nécessitait la construction d’un parking souterrain au cœur d’un îlot du centre ancien de Besançon et la réhabilitation de deux hôtels particuliers, a fait l’objet d’une prescription de fouille accompagnée d’une étude de bâti. Les deux opérations, réalisées sous la direction de deux responsables distincts, ont permis de retracer l’urbanisation d’un quartier de la ville depuis le début de la période gallo-romaine jusqu’au XVIIIe siècle. L’étude de bâti qui s’est déroulée en 2011 est l’aboutissement d’un long processus qui est intervenu dans un contexte très particulier…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search