Catégorie : Époque moderne

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

Ces dernières années, la multiplication des interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre-Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces opérations, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église du village, permettent de documenter les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent, par ailleurs, d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

Morts plurielles : comment aborder la découverte des dépôts multiples en archéozoologie ?

Plusieurs dépôts animaux multiples ou associés ont dernièrement été découverts en contexte d’archéologie préventive en Eure-et-Loir (diagnostics et fouilles). L’objet de cette communication vise à présenter quelles sont les précautions méthodologiques requises pour la fouille, le prélèvement des ossements et des échantillons sédimentaires. Elle précisera ensuite combien les informations susceptibles d’être apportées par l’identification des lésions (osseuses ou dentaires), et la mise en contexte des découvertes (conditions topographiques, géologiques, historique, etc.) peuvent aider la caractérisation de ces dépôts.

0

L’imagerie 3D en archéologie : de l’enregistrement de terrain à l’aide aux relevés

Depuis 2012, plusieurs expériences ont été mené par l’Inrap, sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive et programmée. Ce sont trois d’entre elles qui sont présentées ici : carrières souterraines de sarcophages (Auvergne), village médiéval marocain et four de Potier (Sadirac).

0

3D pour l’archéologie : quelles interactions, pour quoi faire ?

Les techniques de production de données 3D, bien que de plus en plus utilisées par les archéologues, sont le plus souvent limitées à la production d’images 2D ou 3D. Au-delà des modes de visualisation de ces données, il convient de s’interroger sur leurs possibles interactions et usages. La réalité augmentée et la réalité virtuelle permettent d’envisager des interactions naturelles et/ou complexes avec les environnements numériques en 3D.

0

Relevé photo-numérique ortho-redressé d’un bastion

Présentation d’un relevé photographique numérique ortho-redressé sur une structure archéologique haute de 12 m. Cette méthode a pour finalité de réaliser des relevés de structure archéologique, assistés par des technologies numériques. Elle se fonde sur une couverture photographique systématique de l’objet archéologique étudié…

0

Diagnostiquer la catastrophe ? Les cas d’Issoudun et de Bourges

Depuis la fouille archéologique du cimetière Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir), les archéologues de la région Centre sont particulièrement sensibilisés à l’étude des sépultures dites de catastrophe. Mais c’est l’opération d’archéologie préventive ayant eu lieu à Issoudun (Indre), au cimetière moderne (XVIIe-XVIIIe s.) où 201 corps ont été retrouvés dans 14 fosses, qui est à l’origine d’une attention particulière pour ce type de site, en région Centre en général et dans le Berry en particulier.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search