Catégorie : Moyen Âge

0

Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz, prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain. L’habitat civil, de la maison à l’édifice bourgeois semi publique, en passant par l’immeuble de rapport, s’avère être, sous le prisme de l’archéologie, le catalyseur des évolutions d’une ville comme Metz. Au gré des interventions, l’architecture des messins au XIIIe-XVIe siècle tend à être mieux discriminée, apportant un regard jusque-là méconnu sur des savoir-faire constructifs, traduisant un espace culturel qui reste à circonscrire, tant dans la mise en œuvre structurelle des édifices que dans sa conception esthétique…

0

Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

Le château du Coudray-Salbart, classé au titre des Monuments Historiques, est considéré comme l’un des châteaux remarquables du début du XIIIe siècle en France. La qualité de son architecture défensive et le contexte historique de sa création révèlent une construction royale Plantagenêt d’une très grande ampleur. Sa qualité de conservation, le fait qu’il ait été pratiquement abandonné depuis le XVe siècle, et jamais remanié ni modifié depuis le Moyen Age, en font un témoin archéologique d’un intérêt exceptionnel.

0

Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant…

0

Un exemple d’étude mêlant archéologie du bâti, fouille sédimentaire et sources écrites : la galerie sud du couvent des Jacobins de Rennes, XIVe-XVIIe s. (Ille-et-Vilaine)

De 2011 à 2013, le couvent des Jacobins de Rennes (Ille-et-Vilaine) a fait l’objet d’un chantier de fouille archéologique préventive d’une ampleur exceptionnelle, permettant d’étudier le couvent d’un ordre mendiant en intégralité. L’approche comportait à la fois une étude des archives, la fouille des vestiges sédimentaires, dont plusieurs centaines de sépultures, et une étude du bâti intégrale. Appliquée à l’ensemble du site, elle a permis de comprendre l’organisation et l’évolution de l’établissement monastique dans sa globalité, depuis sa fondation au XIVe siècle jusqu’à ses ultimes transformations dans le courant du XVIIe siècle…

0

Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

Les regards portés sur l’évolution de maisons, des périodes médiévales et modernes, par les sondages des murs en élévation, ont permis de restituer des états structurels anciens, des murs aux planchers, avec leurs ouvertures jusqu’aux toitures. La transformation chronologique des espaces pendant les mutations des XIXe et XXe siècle a pu être dévoilée par la prise en compte des aménagements de second œuvre (cloisons, placards) et des stratigraphies… de papiers peints.

0

VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…

0

Étude des TCA en archéologie sur le bâti : vers des référentiels typochronologiques ?

En archéologie sur le bâti, les mobiliers « datant » manquent souvent. Un nouveau potentiel de recherche est ouvert par l’étude des terres cuites architecturales (TCA). Généralement assez fréquentes sur les sites bâtis, leur étude peut souvent être simplement intégrée comme une étude « post-fouille », à l’instar de la céramologie, mais elle suppose parfois des approches plus spécifiques. Ainsi, une étude de couverture encore en place nécessite la réalisation d’échantillonnage et ne peut s’effectuer qu’au moment de la restauration, en association étroite avec les couvreurs…

0

Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

Contrairement aux décors, ornements, inscriptions et peintures, les graffiti muraux ne sont majoritairement pas réalisés par des professionnels de la construction et constituent souvent des signes triviaux. Du fait de leur fragilité, de leurs modestes dimensions mais également de leur présence souvent limitée à quelques enduits intermédiaires par défaut noyés parmi un empilement souvent conséquent de revêtements, les graffiti figurent parmi les structures les plus rarement détectées au cours de travaux d’aménagements lambdas. Ils sont souvent plus difficiles à saisir que les programmes décoratifs ou ornementaux (enduits peints, décors incisés ou dessinés)…

0

Relecture archéologique de la collégiale Notre-Dame-du-Fort à Étampes (Essonne) : bilan et perspectives du diagnostic du sous-sol et des élévations

Débuté en octobre 2020, ce diagnostic archéologique incluait plusieurs volets distincts. La première phase comprenait une couverture photogrammétrique du flanc extérieur nord de l’ancienne collégiale Notre-Dame du Fort composé de plusieurs états relevant pour l’essentiel des XIIe, XIIIe siècles. La seconde étape intégrait la réalisation d’une détection radar du sous-sol afin de mieux appréhender l’organisation spatiale des parties disparues des différents états de l’édifice aujourd’hui imbriqués…

0

Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

L’analyse des structures charpentées peut concerner aussi bien l’étude du gros-œuvre que du second-œuvre de bâtiments conservés en élévation : murs en pan de bois, charpentes de toit, plafonds, cloisons, etc. Lors de leur relevé et de leur enregistrement une attention particulière est portée aux éléments techniques propres au domaine de la charpenterie (traces de transport, de façonnage et de mise en œuvre du bois, assemblages, marques, remplois, etc.), mais également aux répartitions et aux relations entretenues par ces ossatures de bois avec les autres éléments constitutifs de l’édifice…

0

Une opération archéologique entre hostilité et co-activité : le Château des ducs de Bretagne (Nantes, Loire-Atlantique)

Après de longues années de délaissement aboutissant à un état de délabrement inquiétant, la ville de Nantes, propriétaire du monument, et le ministère de la culture ont lancé, à partir des années 1980, un important chantier de restauration et réaménagement du château des Ducs de Bretagne à Nantes, aboutissant à sa transformation en Musée d’histoire de Nantes. Les arbitrages rendus entre les différents services de la Drac des Pays de la Loire ont clairement penché en faveur de la muséographie au détriment de l’archéologie. Toutefois, et notamment grâce à l’insistance de l’architecte en chef des MH, plusieurs opérations de « surveillance de travaux » ou de sondages et étude de bâti prescrites par le SRA ont pu avoir lieu…

0

Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental

Depuis 2020, le château de Villers-Cotterêts dans son ensemble, soit près de 2,5 ha, fait l’objet de travaux par le Centre des Monuments Nationaux afin de créer une Cité Internationale de la Langue Française qui devrait ouvrir en 2022. Les opérations d’archéologie préventive se répartissent en fouilles en aire ouverte, suivis de travaux dans les intérieurs et étude de bâti au fur et à mesure de l’avancée des restaurations. Cette communication sera d’abord l’occasion de présenter la méthodologie adoptée afin de pouvoir travailler à une compréhension globale de l’ensemble des données issues du sous-sol jusqu’aux charpentes…

0

L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

L’archéologie lyonnaise s’inscrit dans une longue tradition d’analyse du bâti religieux et civil à l’échelle régionale. La création du secteur sauvegardé du Vieux Lyon en 1964 a suscité très tôt une prise de conscience de la valeur du patrimoine urbain. Dès les années 1980, les édifices publics et civils ont pu bénéficier d’un suivi archéologique en accompagnement des travaux de restauration. En parallèle, le Pré-inventaire architectural du Vieux Lyon engagé depuis 2006 par la ville autorise une analyse de l’architecture civile à une plus large échelle. Ces études ont fourni des jalons précieux à la compréhension du bâti lyonnais, des techniques de construction, et d’une manière plus large des logiques d’aménagement de la ville…

0

Un sauvetage urgent à Blois « Rue des Juifs »

Une opération de sauvetage urgent a été décidée par le service régional de l’archéologie lors de travaux réalisés sur la façade arrière d’un ancien hôtel particulier situé dans le quartier historique de Blois. Les travaux prévoyaient la restauration de l’intégralité du bâtiment intérieur et extérieur en vue de l’aménagement d’appartements. Lors de notre intervention, les travaux intérieurs ainsi que le traitement de la façade sur rue étaient déjà terminés. Seule la façade arrière était encore accessible. La prescription prévoyait également un travail sur les deux niveaux de caves présents sous le bâtiment. L’opération était calibrée par le SRA avec deux semaines de terrain et une semaine de rapport…

0

Un site, deux propriétaires : diagnostic et fouilles de bâti prescrits au palais archiépiscopal d’Embrun (Hautes-Alpes)

Mentionné depuis le début du XIIe siècle, le palais archiépiscopal d’Embrun est restructuré vers 1240. La tour Brune, seul vestige monumental de ce palais médiéval, est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1927, alors que l’ensemble du palais est inscrit depuis 2005 (ISMH). Deux propriétaires se partagent ce vaste édifice : le corps central appartient historiquement à la Ville d’Embrun, qui a cédé l’aile sud à un opérateur en restauration immobilière. Chacun porte deux projets de réhabilitation distincts : la création d’un CIAP (Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine religieux), pour la première ; l’aménagement d’appartements de prestige, pour le groupe François 1er Rénovation…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search