Catégorie : Moyen Âge

0

Apports et limites des diagnostics sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny et Vendeuil (Aisne)

À Brissay-Choigny, de 2009 à 2015, 42,7 ha ont été diagnostiqués essentiellement sur un espace de chenaux fossilisés, dans le cadre d’une surveillance de carrière de granulats. Trois fouilles Inrap ont été réalisées sur ces zones humides. Le croisement critique de ces données permet de mettre en avant les acquis mais aussi les limites des diagnostics dans ces contextes particuliers.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Les restes organiques minéralisés : un nouveau champ d’investigation en contexte funéraire. Exemple de la nécropole mérovingienne de Merxheim « Obere Reben » (Haut-Rhin)

Les traces de matériaux organiques découverts en contexte archéologique sont généralement difficiles à déceler, mais elles sont riches d’informations essentielles et inédites. Les sépultures constituent un milieu particulièrement favorable à leur conservation. L’abondant mobilier métallique qu’elles contiennent généralement (armement, parure, éléments vestimentaires, objets du quotidien, mobilier, outillage) favorise par le biais du processus de corrosion la migration des sels métalliques au cœur du matériau organique : on le dit alors « minéralisé ».

1

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

La compréhension de l’architecture funéraire a fait d’immenses progrès grâce au développement de la thanato-archéologie. L’étude de la taphonomie de la tombe permet d’appréhender une petite partie du processus funéraire tel que son aménagement interne. Cependant, un certain nombre de faits nous sont totalement invisibles sans un recours à d’autres sciences. Ainsi, quinze années de travaux menés en Champagne-Ardenne ont permis de révéler que, de façon récurrente, les squelettes retrouvés dans les tombes médiévales (principalement du haut Moyen-Âge, mais également du bas Moyen-Âge) ne reposent pas sur le fond de la fosse mais sur une dizaine de centimètres de sédiment. Ces squelettes présentent généralement des indices de décomposition dans un contenant rigide parfois associé à une enveloppe souple. Cependant, la présence de ces contenants ne peut à elle seule expliquer cette surélévation du corps et se pose la question du niveau de dépôt de ce dernier dans le dispositif funéraire.

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

Ces dernières années, la multiplication des interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre-Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces opérations, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église du village, permettent de documenter les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent, par ailleurs, d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

0

L’imagerie 3D en archéologie : de l’enregistrement de terrain à l’aide aux relevés

Depuis 2012, plusieurs expériences ont été mené par l’Inrap, sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive et programmée. Ce sont trois d’entre elles qui sont présentées ici : carrières souterraines de sarcophages (Auvergne), village médiéval marocain et four de Potier (Sadirac).

0

3D pour l’archéologie : quelles interactions, pour quoi faire ?

Les techniques de production de données 3D, bien que de plus en plus utilisées par les archéologues, sont le plus souvent limitées à la production d’images 2D ou 3D. Au-delà des modes de visualisation de ces données, il convient de s’interroger sur leurs possibles interactions et usages. La réalité augmentée et la réalité virtuelle permettent d’envisager des interactions naturelles et/ou complexes avec les environnements numériques en 3D.

0

Les nouvelles techniques de relevés appliquées à l’archéologie du bâti et à l’archéologie urbaine

Les technologies de relevé 3D font partie des nouveaux outils de l’archéologue, sur le terrain mais également en phase de post-fouille puis de restitution (communication, publication). Le recours à la photogrammétrie et/ou au scanner 3D s’avère utile, voire indispensable, dans des cas précis pour lesquels il est nécessaire d’adapter la méthodologie aux objectifs à atteindre. Le gain de temps dans l’acquisition des données est également très appréciable. Pour autant, ces nouvelles techniques ont leurs limites qu’il est primordial de connaître pour mener à bien une opération archéologique. Les résultats présentés ici proviennent de cas d’études récents et variés, menés en Bretagne et en Normandie : opérations archéologiques en milieu urbain, études de bâti, contextes complexes.

0

Vers la systématisation de l’enregistrement 3D en archéologie du bâti : usage et intégration de la photogrammétrie dans les opérations de bâti en Alsace

Le développement de l’usage de la photogrammétrie en archéologie amène à la systématisation de ce type d’enregistrement sur les opérations de diagnostics et de fouilles préventives.

0

3D et visite virtuelle au cœur d’une chapelle médiévale détruite

Éric Gelliot – Inrap Grand Est – eric.gelliot@inrap.frNathalie Nicolas – Inrap Grand Est – HISCANT-MA : Histoire et Cultures de l’Antiquité et du Moyen Âge (EA 1132 – Université de Lorraine) – nathalie.nicolas@inrap.fr Présentation...

0

L’apport de la photogrammétrie à l’étude des collections lapidaires médiévales. Les exemples du couvent du Bondon à Vannes et de la chapelle de Suscinio à Sarzeau (Morbihan)

Le recours à la photogrammétrie se révèle particulièrement utile dans le traitement du lapidaire, souvent délaissé car difficilement manipulable. Pour le couvent du Bondon à Vannes et la chapelle de Suscinio à Sarzeau (Morbihan), elle a permis l’établissement rapide de catalogues détaillés des blocs d’architecture…

0

L’utilisation de la mini-pelle sur l’habitat rural médiéval de Hofstatt (Bas-Rhin)

Les méthodes de fouilles appliquées sur le chantier de Hofstatt, à Marlenheim, ne sont sans doute pas particulières. Elles sont le fruit d’une réflexion menée sur le terrain depuis une dizaine d’années, principalement à partir de sites du haut Moyen Âge, pour adapter au mieux les techniques de fouilles aux types de structure et aux objectifs scientifiques définis pour chaque chantier. L’approche adoptée a surtout été déterminée par la complexité particulière du site, reposant d’un côté sur la grande densité et l’extrême enchevêtrement des creusements sur une partie de la surface et, de l’autre, sur la présence de structures peu communes, souvent de taille importante, dont l’identification n’a pas été d’emblée toujours évidente.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search