Catégorie : Auvergne-Rhône-Alpes

0

OGAIA : Outil de Gestion, d’Analyse et d’illustration en Archéozoologie

OGAIA est une combinaison d’outils développés à l’aide des logiciels Excel© et Qgis©. L’objectif de ces outils est de faciliter l’enregistrement, la gestion, l’analyse et l’exploitation des données archéozoologiques recueillies dans le cadre d’une opération de terrain. L’ensemble est conçu pour optimiser le temps consacré à la saisie et à la production des inventaires légaux, mais aussi permettre l’exploration rapide des données et la production de documents illustrant l’étude archéozoologique : statistiques descriptives simples, figures de répartitions anatomiques, etc.

0

Bois gorgés d’eau ou carbonisés découverts en contexte humide auvergnat : potentiel d’étude et d’archéologie expérimentale (Chevagnes, Saint-Flour, Pontcharaud…)

Il s’agira de présenter un retour d’expérience sur la gestion scientifique et pratique des bois gorgés d’eau ou carbonisés, à partir de 3 fouilles auvergnates. Différents aspects seront abordés : contextes de découverte, organisation pratique de la fouille et des prélèvements, analyses réalisées (dendrologie, xylologie, etc.), tentatives de reconstitutions réalisées à partir des données de fouilles, résolution des problèmes techniques et réponses apportées aux problématiques scientifiques.

0

L’imagerie 3D en archéologie : de l’enregistrement de terrain à l’aide aux relevés

Depuis 2012, plusieurs expériences ont été mené par l’Inrap, sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive et programmée. Ce sont trois d’entre elles qui sont présentées ici : carrières souterraines de sarcophages (Auvergne), village médiéval marocain et four de Potier (Sadirac).

0

Le diagnostic des sites préhistoriques en Rhône-Alpes – Auvergne : une spécificité à prendre en compte

En dépit de son étendue géographique importante, l’interrégion Rhône-Alpes – Auvergne n’a fait l’objet que d’un nombre limité de fouilles se rapportant au Paléolithique. Ce constat n’est pas dû à un déficit d’occupations anciennes, bien attestées par ailleurs par d’autres sources que l’archéologie préventive, mais bien à un problème d’identification lors du diagnostic. L’objectif de cette réflexion est par conséquent de mettre en avant la spécificité des sites paléolithiques afin qu’elle soit prise en compte lors de cette première phase de terrain.

0

L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.

0

La nécropole néolithique de Thonon-les-Bains

Des sondages archéologiques ont été réalisés en 2002 sur une portion du tracé du contournement de Thonon. Les 178 sondages ont été disposés en quinconce sur toute la longueur du tracé. La trame a été élargie dans les secteurs à faible recouvrement et en l’absence d’indices d’occupations et resserrée dans les zones sensibles et positives. Au total, la surface sondée couvrait environ 145 200 m2. C’est dans ce cadre que des cistes monolithiques de très grande dimension ont été mises au jour. Elles correspondent à un type de sépulture connu dans la région du lac Léman, celui observé dans les nécropoles du Néolithique moyen type Chamblandes du Cortaillod moyen.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search