Catégorie : Auvergne-Rhône-Alpes

0

Évolution, occupation et exploitation d’une zone humide, approche paléoenvironnementale des marais du Grand-Plan et de la Besseye (Isère) entre l’âge du Fer et la fin de l’Antiquité

Par Vermot Lia, Berger Jean-François, Royet Robert, Royet Elvyre, Richard Hervé, Argant Jacqueline et Schaal Caroline.

0

Archives communales de Romans et archéologie préventive à Romans (Drôme) : autour de la maison du Mouton et de l’hôtel de Loulle

L’examen des documents d’archives et l’analyse archéologique portant sur deux édifices voisins mais distincts de la ville de Romans, ont permis d’accroitre et de corriger les connaissances sur ces maisons médiévales et, plus largement, sur les dynamiques de développement du secteur urbain dans lequel elles s’inscrivent.

0

L’archive et le vestige. Les enseignements d’un travail collaboratif autour du centre de détention de Riom (Puy-de-Dôme)

Un projet de réhabilitation du Centre de Détention de Riom, désaffecté depuis 2016, a donné lieu à la prescription d’un diagnostic. L’exploitation et la mise en perspective des découvertes ont bénéficié d’une étude d’archives et d’une étude documentaire approfondies, centrées sur l’état médiéval du site, ses vestiges bâtis et lapidaires.

0

Étude, retour d’expérience et enseignements tirés de l’identification d’un faux moderne : le terrier Falcon de la cure de Billezois de 1365

La fouille des annexes de la maison-forte de Falconnière située en Sologne Bourbonnaise a généré une étude d’archives. Parmi les documents consultés, un terrier de cure contemporain de l’occupation médiévale, écrit par un notaire royal portant le même nom et résidant sur le lieu même du site fouillé, a fortement retenu l’attention.

0

Du parchemin à la truelle. Des études d’archives et documentaires aux opérations d’archéologie préventive dans les couvents mendiants d’Auvergne

Les investigations menées dans le cadre d’un doctorat portant sur l’implantation et l’architecture des couvents des ordres mendiants dans les anciens diocèses de Clermont, Le Puy et Saint-Flour (XIIIe-XVIe siècles) ont donné lieu à la constitution de vingt-sept monographies d’architecture normalisées fondées sur une approche croisée des sources écrites, planimétriques, iconographiques, archéologiques et sur un réexamen de la bibliographie existante.

0

Les vestiges médiévaux de la maison de Châtillon dans l’îlot de la Vieille Porte à Belley (Ain) : dialogue entre sources archéologiques et sources d’archives

La fouille de l’Îlot Vieille Porte à Belley (Ain) a permis d’étudier les vestiges médiévaux et moderne de la maison de Châtillon et de ses abords et de contribuer à l’histoire de la cité épiscopale de Belley entre 1289 et 1624. L’attribution de cette maison urbaine se fonde sur des sources jusqu’alors inusitées.

0

Appréhender archives et sources documentaires lors d’un diagnostic : exemple du château de la Croix, à Saint-Alban-Leysse (Savoie)

La recherche documentaire et en archives menée dans le cadre contraint d’un diagnostic sur le domaine et château de La Croix (cluse de Chambéry), illustre la nécessité et l’intérêt de confronter données de terrain et documents d’archives, ici particulièrement complémentaires.

0

VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…

0

L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

L’archéologie lyonnaise s’inscrit dans une longue tradition d’analyse du bâti religieux et civil à l’échelle régionale. La création du secteur sauvegardé du Vieux Lyon en 1964 a suscité très tôt une prise de conscience de la valeur du patrimoine urbain. Dès les années 1980, les édifices publics et civils ont pu bénéficier d’un suivi archéologique en accompagnement des travaux de restauration. En parallèle, le Pré-inventaire architectural du Vieux Lyon engagé depuis 2006 par la ville autorise une analyse de l’architecture civile à une plus large échelle. Ces études ont fourni des jalons précieux à la compréhension du bâti lyonnais, des techniques de construction, et d’une manière plus large des logiques d’aménagement de la ville…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search