Catégorie : Bourgogne-Franche-Comté

0

Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant…

0

De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

Tout comme les opérations urbaines, les opérations d’archéologie du bâti sont marquées par la diversité des dossiers et la pluralité des intervenants. À cet égard, les services régionaux de l’archéologie ont un rôle pivot dans la collecte, la gestion et l’aboutissement des dossiers, à l’interface entre les différents acteurs et leurs enjeux. De cette première phase de collecte découle les réponses apportées par les services régionaux de l’archéologie. En effet, que le projet soit présenté très en amont par les Conservations Régionales des MH ou que le service soit consulté sur l’autorisation d’urbanisme grâce notamment aux zones de présomption de prescription, la gestion du dossier n’en sera pas la même…

0

À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille : l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur

L’aménagement de l’ensemble immobilier et commercial de la ZAC Pasteur, qui nécessitait la construction d’un parking souterrain au cœur d’un îlot du centre ancien de Besançon et la réhabilitation de deux hôtels particuliers, a fait l’objet d’une prescription de fouille accompagnée d’une étude de bâti. Les deux opérations, réalisées sous la direction de deux responsables distincts, ont permis de retracer l’urbanisation d’un quartier de la ville depuis le début de la période gallo-romaine jusqu’au XVIIIe siècle. L’étude de bâti qui s’est déroulée en 2011 est l’aboutissement d’un long processus qui est intervenu dans un contexte très particulier…

0

Stratégie d’utilisation de la mini-pelle en Grand Est sud

Bien qu’il semble à peu près admis que la mécanisation des opérations de fouille constitue une évolution souhaitable, voire inévitable, elle doit s’inscrire dans un processus raisonné et raisonnable, après avoir pris en compte l’ensemble des paramètres techniques, scientifiques et humains. Ce préalable nous paraît indispensable et devrait permettre de briser quelques préjugés considérant que la mécanisation ne peut être excessive ou, par opposition, trop limitée. La situation médiane constitue probablement, du moins pour le moment, la meilleure des alternatives. Ces extrêmes sont probablement aussi une des conséquences de pratiques locales très hétérogènes et parfois à tel point ancrées dans les mentalités qu’un retour sur expérience en toute objectivité peut paraître difficile.

0

Le diagnostic archéologique des séquences fluviatiles pléistocènes de la basse vallée de l’Yonne

La basse vallée de l’Yonne constitue un secteur géographique d’une cinquantaine de kilomètres de long, compris entre deux confluences, Yonne-Armançon en amont et Seine-Yonne à Montereau en aval, où la rivière entaille les formations du Crétacé supérieur du Sénonais. Le propos de cette contribution est de présenter l’évolution des procédés de diagnostics archéologiques mis en œuvre pour la détection des sites paléolithiques en contexte fluviatile depuis 1994 dans cette aire géographique. Il n’est pas ici question d’ériger en modèle ce type d’intervention, mais plutôt d’illustrer comment une prise en compte rigoureuse du contexte (ici géomorphologique) associée à une grande souplesse dans la mise en œuvre technique permettent d’obtenir un diagnostic complet (archéologique et géomorphologique).

0

Les apports de la géoarchéologie au diagnostic : l’exemple de la LGV Rhin-Rhône

Fin 2004, l’opération d’archéologie préventive liée à la construction de la LGV Rhin-Rhône (reliant Dijon à Belfort), a constitué un enjeu scientifique majeur pour la connaissance des modalités de peuplement et des sociétés préhistoriques et historiques de ce vaste secteur géographique mal documenté. Ce projet a offert l’opportunité de réaliser un « transect archéologique » sur une longueur conséquente à travers des entités naturelles complémentaires susceptibles de fournir une documentation inédite sur l’histoire de l’occupation du sol entre l’implantation des premiers producteurs néolithiques et les villages actuels. L’objectif de l’approche géomorphologique, à l’occasion des sondages de diagnostic, était de retracer l’histoire pédo-sédimentaire des géosystèmes traversés.

0

Le diagnostic archéologique paléolithique en domaine fluviatile : place des approches paléoenvironnementales

Le diagnostic archéologique pour le Paléolithique doit fournir les éléments permettant d’apprécier la présence ou non d’une occupation humaine. À ce stade du processus, l’intervention paléoenvironnementale occupe une place importante car elle doit : repérer les séquences sédimentaires potentiellement fossilifères ; prévoir les études environnementales nécessaires à la compréhension d’un site avant une éventuelle fouille.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search