Catégorie : Centre-Val de Loire

0

De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

Dans le cadre du PCR mis en place par Didier Josset et Viviane Auboug sur la ville de Blois, intitulé « Blois : ville et territoire ligérien depuis les premières installations humaines jusqu’à nos jours », nous avons réalisé une prospection inventaire du patrimoine bâti sur le quartier de Vienne, situé en rive gauche. Cette prospection a été menée à la parcelle et complétée de rares visites d’immeubles. Les objectifs principaux étaient d’identifier le bâti par période architecturale, afin de comprendre les étapes de formation du tissu urbain, et d’identifier le potentiel archéologique de ces ensembles de manière à proposer des clefs de gestion patrimoniale…

0

Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

L’analyse des structures charpentées peut concerner aussi bien l’étude du gros-œuvre que du second-œuvre de bâtiments conservés en élévation : murs en pan de bois, charpentes de toit, plafonds, cloisons, etc. Lors de leur relevé et de leur enregistrement une attention particulière est portée aux éléments techniques propres au domaine de la charpenterie (traces de transport, de façonnage et de mise en œuvre du bois, assemblages, marques, remplois, etc.), mais également aux répartitions et aux relations entretenues par ces ossatures de bois avec les autres éléments constitutifs de l’édifice…

0

Présentation de la base de données utilisée pour l’opération de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret)

Alors que l’utilisation des Systèmes d’Information Géographique (SIG) en archéologie préventive est désormais une pratique courante, il existe néanmoins quelques contextes d’intervention pour lesquels leur utilisation est loin d’être systématique. En archéologie du bâti, en effet, du fait d’une étude des vestiges en élévation, le mode de représentation nécessite une certaine gymnastique dans les logiciels de SIG. Ce premier écueil franchi, la constitution d’une base de données relationnelles et spatiales devient possible…

0

Fouille du théâtre antique de Drevant (Cher) : 6 ans de co-activité dans le cadre du chantier de restauration

Le théâtre antique de Drevant (Cher) est un monument historique appartenant à l’État. Depuis 2015, la Conservation régionale des MH a engagé un long chantier de restauration, comprenant le dégagement des parties manquantes du plan, la cristallisation des ruines et la valorisation du site. Ce projet a donné lieu à une prescription de fouilles archéologiques menées en amont du chantier ou en accompagnement des travaux. Il s’agit d’une mission globale visant à documenter l’édifice avant travaux, à fouiller les zones encore inédites, à analyser toutes les maçonneries antiques et celles de la réoccupation médiévale, ainsi que d’expertiser le potentiel du lapidaire entreposé sur le site…

0

Un sauvetage urgent à Blois « Rue des Juifs »

Une opération de sauvetage urgent a été décidée par le service régional de l’archéologie lors de travaux réalisés sur la façade arrière d’un ancien hôtel particulier situé dans le quartier historique de Blois. Les travaux prévoyaient la restauration de l’intégralité du bâtiment intérieur et extérieur en vue de l’aménagement d’appartements. Lors de notre intervention, les travaux intérieurs ainsi que le traitement de la façade sur rue étaient déjà terminés. Seule la façade arrière était encore accessible. La prescription prévoyait également un travail sur les deux niveaux de caves présents sous le bâtiment. L’opération était calibrée par le SRA avec deux semaines de terrain et une semaine de rapport…

0

Sous les pavés la Loire ! Archéologie préventive et occupations précoces de la plaine alluviale à Tours (37)

La plaine alluviale de la Loire, dans le secteur de la ville de Tours (37), présente une structuration complexe. La zone subit les influences croisées de la Loire et du Cher ; elle a également longtemps été soumise à la dynamique de cours d’eau désormais disparus (ruau Sainte-Anne) ou très fortement anthropisés au cours du dernier siècle (Dolve, ruau de l’Archevêque). L’obtention des datations absolues sur des dépôts alluviaux peu ou pas anthropisés, dans des niveaux souvent situés à des profondeurs importantes, met en lumière les variations environnementales auxquelles les peuplements pionniers sont soumis. Pour les périodes historiques, la découverte d’incisions très récentes, ainsi que la mise en évidence de variations importantes et rapides de la dynamique du système ligérien s’intègrent à la compréhension des modalités de l’expansion urbaine. La très grande majorité des données provient de diagnostics préventifs, menés sur des surfaces restreinte et sans découverte archéologique significative au premier abord. La forte implication du collectif de recherches de l’Inrap a permis le développement des thématiques géomorphologiques et leur intégration aux travaux des archéologues. Désormais, tout diagnostic organisé à Tours revêt un statut d’opération à fort potentiel scientifique, rendant caduque la notion de diagnostic « négatif ».

0

Le diagnostic archéologique : un outil de recherche et de prospective en Eure-et-Loir

Depuis 2005, le Service d’archéologie préventive d’Eure-et-Loir a pris en charge près de 40 % des diagnostics prescrits sur le département. De la préparation des opérations à la diffusion des résultats, l’équipe d’archéologues place le diagnostic au cœur d’une démarche scientifique globale. Le séminaire de Caen était donc l’occasion de partager ces 13 années d’expérience et de pratique du diagnostic en collectivité territoriale. Après avoir brièvement exposé le cadre de cette pratique, l’accent est mis sur trois principaux axes de travail issus de la recherche conduite lors des diagnostics : la connaissance des contextes chrono-stratigraphiques à l’échelle du département, la modélisation de l’occupation des territoires, l’utilisation des données isolées dans des réflexions multiscalaires.

0

Réflexions documentaires et archivistiques sur les données d’opération archéologique et leur exploitation à l’échelle des territoires. Structuration des données numériques à l’Inrap, en région Centre-Val de Loire

Le diagnostic archéologique produit une documentation scientifique croissante depuis 30 ans, comme en témoignent le nombre et le contenu des rapports d’opération. Celle-ci est exploitée de plus en plus systématiquement par les archéologues, dans le cadre de projets de recherche ou de synthèses territoriales. Cet article met en avant une proposition d’organisation des données numériques d’opération de l’Inrap, en région Centre-Val de Loire, entre 2013 et 2017, dans une perspective de gestion, d’archivage et de mise à disposition.

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

Ces dernières années, la multiplication des interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre-Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces opérations, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église du village, permettent de documenter les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent, par ailleurs, d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

1

Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne‐en‐Val (Loiret). Des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ?

Le site de l’âge du Bronze de Vienne-en-Val, positionné en limite sud du lit majeur de la Loire, comprend deux occupations, qui se succèderaient : la première, caractérisée par des enclos circulaires, relève sans doute du domaine funéraire, et la seconde indique la présence d’un habitat. Cette dernière compte un dépôt aménagé comprenant sept vases, qui, isolé dans un environnement de fosses détritiques, constitue une singularité. Il a été analysé en vue d’identifier les résidus organiques des récipients. Ces recherches apportent un nouvel éclairage sur la diversité des substances biologiques en usage, pour l’imperméabilisation des vases, l’alimentation et la fabrication de vin rouge, mais aussi sur leur rôle symbolique.

0

Morts plurielles : comment aborder la découverte des dépôts multiples en archéozoologie ?

Plusieurs dépôts animaux multiples ou associés ont dernièrement été découverts en contexte d’archéologie préventive en Eure-et-Loir (diagnostics et fouilles). L’objet de cette communication vise à présenter quelles sont les précautions méthodologiques requises pour la fouille, le prélèvement des ossements et des échantillons sédimentaires. Elle précisera ensuite combien les informations susceptibles d’être apportées par l’identification des lésions (osseuses ou dentaires), et la mise en contexte des découvertes (conditions topographiques, géologiques, historique, etc.) peuvent aider la caractérisation de ces dépôts.

0

Le diagnostic archéologique : un outil fondamental pour l’histoire d’un terroir. ZAC Ozans – Etrechet (Indre), 2009-2017

Le projet d’aménagement d’une ZAC de plusieurs centaines d’hectares dans l’agglomération de Châteauroux dans l’Indre a entrainé des investigations archéologiques de grande envergure. À ce jour 350 hectares ont été diagnostiqués, 5 fouilles réalisées, une quarantaine de sites ou indices de sites archéologiques repérés dont une dizaine fait l’objet d’une prescription de fouille. Au cours des huit premières années d’opérations, plusieurs démarches scientifiques ont été menées ou sont encore en cours. Articles, conférences, posters, ainsi qu’un mémoire de Master2, ont été réalisés. Au travers de ces nombreux travaux, l’analyse spatiale et diachronique des chercheurs s’appuient autant sur les données des fouilles que sur les résultats des diagnostics.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’exemple d’Orléans

e diagnostic archéologique, en ce qu’il vise à la détection et à la caractérisation des sites, est en soi un acte scientifique. À Orléans, les premières opérations modernes d’archéologie préventive ont été menées à la fin des années 1970. Au fil des ans, et disons-le, le plus souvent parce qu’une grande part des diagnostics n’est pas suivie de fouille, le diagnostic archéologique a de plus en plus été considéré par les équipes orléanaises comme une opération qui devait bénéficier d’un montage qualitatif, et porteuse d’informations essentielles qu’il s’agissait d’exploiter pour trois raisons principales.

0

L’apport de l’analyse spatiale pour l’exploitation des données de diagnostic

Les surfaces concernées par les diagnostics archéologiques en tranchées mécaniques sont considérables et livrent des informations diachroniques sur l’occupation du sol. Mais l’exploitation des données qui en sont issues est souvent limitée au cadre des fouilles prescrites par la suite. L’étude des données archéologiques issues de diagnostics sur des grandes surfaces par des méthodes d’analyses spatiales est un moyen de dépasser le cadre réglementaire qui impose un découpage spatial du territoire étudié et du temps de la recherche dédié. Ce poster présente les résultats d’une étude menée à partir des données du diagnostic de la ZAC d’Ozans à Étrechet dans l’Indre (36). Il s’agit d’évaluer l’apport de l’analyse spatiale dans la lecture des résultats du diagnostic et la compréhension de l’occupation du sol du secteur couvert.

Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre 0

Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre

Par Matthieu Munos. Avec la collaboration de Philippe Gardère, Jérôme Livet, Isabelle Pichon, Sylvain Badey, Francesca di Napoli, Jean-Philippe Chimier, Nicolas Holzem, Nicolas Fouillet et Victorine Mataouchek. Le livre blanc de l’archéologie préventive rappelle...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search