Catégorie : Département et région d’outre-mer

0

Étudier le bâti industriel contemporain des Antilles françaises. L’exemple de l’usine de glace de Petit-Bourg (Guadeloupe)

En septembre 2020, un projet de construction d’une villa sur les hauteurs de Petit-Bourg (Guadeloupe) a engendré la réalisation d’une sauvegarde par l’étude d’un ancien site industriel de production de glace attribué à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle et qui avait été oublié. Portant sur une surface de 650m², cette étude avait pour objectif principal de documenter des éléments métalliques encore en élévation (re)découverts lors d’une visite préalable à la mise en place d’un diagnostic par le SRA Guadeloupe. Après le défrichage de la parcelle sous surveillance archéologique, le site s’est révélé bien mieux préservé que de prime abord, offrant de nombreuses structures en élévation témoignant de l’activité industrielle du site…

0

Deux études de bâti à La Réunion : La Redoute et le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume à Saint-Denis

Deux études de bâti, sans sondages en sous-sol, ont été réalisées sur le territoire en 2020. Toutes deux portent sur des monuments inscrits au titre des MH. Menée en amont de travaux de restauration, la première concerne la Redoute de Saint-Denis, bâtiment construit à partir de 1756 et faisant partie d’un ensemble défensif de la ville (poudrière, corps de garde et batteries littorales). Ce fortin a été utilisé comme prison dès 1768 puis comme poste de garde et converti en magasin à poudre en 1869. Toutes ces transformations successives, connues par les documents d’archives, ont pu être précisées par l’étude du bâti, alliant levé 3D par photogrammétrie, analyse des mortiers et comparaison critique avec les plans anciens…

0

Des études d’archéologie du bâti dans les Antilles françaises

Cette communication présente un panel de plusieurs études archéologiques réalisées sur des sites bâtis des Antilles. Les expertises réalisées dans un cadre préventif, s’appuient suivant les cas sur une étude de l’intégralité du bâtiment ou sur des fenêtres de diagnostics. Elles portent sur des contextes très différents : urbain à Saint-Pierre en Martinique ; militaire à Saint-Barthélemy ; d’habitations coloniales en Guadeloupe et Martinique ; religieux à Mayotte. Les sites antillais s’inscrivent tous dans la période coloniale (XVII-XIXe siècles) alors que le site mahorais s’attache à une mosquée édifiée à partir au XIIe siècle.

0

3D pour l’archéologie : quelles interactions, pour quoi faire ?

Les techniques de production de données 3D, bien que de plus en plus utilisées par les archéologues, sont le plus souvent limitées à la production d’images 2D ou 3D. Au-delà des modes de visualisation de ces données, il convient de s’interroger sur leurs possibles interactions et usages. La réalité augmentée et la réalité virtuelle permettent d’envisager des interactions naturelles et/ou complexes avec les environnements numériques en 3D.

0

Exploration, analyse et gestion d’environnements archéologiques virtuels

La numérisation des sites et des objets archéologiques permet de mieux comprendre leur fonctionnement et de proposer des reconstitutions de leur état passé. Cette technologie permet de restituer un « environnement archéologique 3D » constitué, en plus des architectures statiques, de simulations physiques et d’êtres vivants. Lorsque celui-ci est simulé à l’aide de techniques interactives et immersives de réalité virtuelle, on parle alors d’un « environnement archéologique virtuel » ; les archéologues peuvent l’explorer, l’analyser et le gérer, afin de démontrer certaines hypothèses.

0

L’utilisation de la pelle mécanique en milieu équatorial et tropical. Une méthode de collecte des données et de développement de l’archéologie préventive dans les départements français des Amériques

Le milieu tropico-équatorial présente des spécificités environnementales qui nécessitent une adaptation des méthodes d’intervention en archéologie, l’archéologie préventive intervenant dans ce cas comme innovatrice et porteuse d’améliorations techniques et méthodologiques aboutissant à l’accroissement des données scientifiques. La mise en place par l’Inrap de décapages extensifs en milieu forestier depuis moins de 20 ans constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des sites et dans leur exploration, tant en phase de diagnostic que de fouille. Les méthodes sont nouvelles et permettent tout à la fois d’avancer rapidement dans la fouille des sites et d’y associer de fait, depuis peu, les problématiques paléo‑environnementales.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search