Catégorie : Grand Est

0

L’intégration des études d’archives en archéologie préventive : les exemples de la congrégation Notre-Dame à Lunéville et des Capucins d’Embrun

Par Nathalie Nicolas-Girardot (communication et article)

0

Archéologie et géomorphologie d’un paléosol hydromorphe dans la plaine ello-rhénane : l’exemple des occupations protohistoriques et antiques d’Horbourg-Wihr (F-68)

Par Géraldine Alberti, Clément Féliu, Salomé Granai, Nathalie Schneider et Patrice Wuscher.

0

Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz, prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain.

0

Les études de bâti dans le cadre de chantiers au long cours : quelques exemples alsaciens du diagnostic à la fouille

L’essor de l’archéologie du bâti dans le cadre préventif est, en Alsace comme dans d’autres régions, relativement récent. L’évolution des prescriptions, en bâti et en milieu urbain, a été accélérée ces dernières années à la fois par la multiplication des interventions en cœur de ville, par un renouvellement important des équipes chargées des prescriptions et des suivis des projets et par une meilleure sensibilisation aux approches archéologiques auprès des différents intervenants. Ces interventions nous amènent à diversifier les types de sites sur lesquels les équipes interviennent et à multiplier les chantiers longs, engagés en marge de grands projets de restauration…

0

De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

Tout comme les opérations urbaines, les opérations d’archéologie du bâti sont marquées par la diversité des dossiers et la pluralité des intervenants. À cet égard, les services régionaux de l’archéologie ont un rôle pivot dans la collecte, la gestion et l’aboutissement des dossiers, à l’interface entre les différents acteurs et leurs enjeux. De cette première phase de collecte découle les réponses apportées par les services régionaux de l’archéologie. En effet, que le projet soit présenté très en amont par les Conservations Régionales des MH ou que le service soit consulté sur l’autorisation d’urbanisme grâce notamment aux zones de présomption de prescription, la gestion du dossier n’en sera pas la même…

2

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique.

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale.

0

Le diagnostic archéologique : un atout pour la connaissance des occupations anciennes de la commune de Matignicourt-Goncourt et ses environs (Marne)

Grace aux importantes surfaces sondées, les résultats des diagnostics alimentent les connaissances des occupations anciennes sur la commune de Matignicourt-Goncourt, dans la Marne. Ils ouvrent de nouvelles perspectives de recherche qui appellent à traiter les données à l’échelle du territoire et non plus à celle de l’emprise prescrite. Les données de diagnostics récoltées, compilées dans un système d’information géographique (SIG), font l’objet d’une analyse spatiale. Celle-ci permet la relecture des données plus anciennes et favorise ainsi la compréhension des dynamiques d’implantation à travers les âges. C’est ainsi qu’il est possible d’étudier des exemples du paysage funéraire protohistorique et l’implantation d’un système de voirie antique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search