Catégorie : Grand Est

0

Diagnostics des aires sauvages néolithiques et protohistoriques dans la moyenne vallée de la Vesle (Marne, Grand Est)

Reims et sa périphérie font, depuis de nombreuses années, l’objet d’un suivi archéologique particulier, avec plus de 1800 ha diagnostiqués et 160 ha fouillés (chiffres 2013, SRA Grand Est). Un type de vestige particulier, régulièrement mis au jour lors des opérations de diagnostics, mais aussi incidemment sur des fouilles, focalise ici notre attention : les pièges de chasse (fosses en I-U-V-Y et W). Il n’est pas question de discuter de la fonction, mais bien de l’intérêt de la prise en compte de ces fosses, dès le stade du diagnostic (qui constitue bien souvent la seule opération menée sur ces vestiges).

0

Potentiel bioarchéologique de l’analyse des micro‐fossiles non‐polliniques : résultats préliminaires issus de deux opérations d’archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

Au cours des 15 dernières années, la fouille des sépultures médiévales en région Champagne‐Ardenne a été confrontée à un fait récurrent. En effet, plusieurs squelettes ne reposaient pas sur le fond de fosse mais sur 5 à 10 cm de sédiment. Le sous‐sol crayeux de la région rend aisé la lecture des limites de structure et aucune ambiguïté sur le niveau de fond de fosse ne peut être invoquée. Par ailleurs, ce fait n’est pas constaté pour les sépultures d’autres périodes. Un protocole de prélèvement de ce sédiment a donc été mis au point. Ainsi d’une part, un prélèvement de ces sédiments en mottes a été effectué en vue d’analyses micromorphologiques par Cécilia Camas. D’autre part des prélèvements en « vrac » ont été effectués en vue d’analyses des phytolithes par Pascal Verdin.

0

Variations de la nappe phréatique d’Alsace et patrimoine bioarchéologique : le point de vue des géoarchéologues

L’Alsace occupe un fossé d’effondrement d’âge éocène rempli d’alluvions déposées par le Rhin et ses affluents au cours du Quaternaire. Les alluvions renferment la plus grande nappe phréatique d’Europe, 35 milliards de m³ d’eau, stockés dans la seule partie française. Subaffleurante dans une grande partie de la région, cette nappe est responsable de vastes zones humides, les rieds. Menacée, elle fait l’objet d’un suivi constant et régulier depuis plusieurs décennies. En effet, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, elle a connu des bouleversements de grande ampleur, en relation notamment avec la rectification du Rhin. Les chantiers archéologiques permettent aussi de compléter la connaissance des variations piézométriques au cours de l’Holocène et de recueillir des données environnementales à grande échelle.

0

Les restes organiques minéralisés : un nouveau champ d’investigation en contexte funéraire. Exemple de la nécropole mérovingienne de Merxheim « Obere Reben » (Haut-Rhin)

Les traces de matériaux organiques découverts en contexte archéologique sont généralement difficiles à déceler, mais elles sont riches d’informations essentielles et inédites. Les sépultures constituent un milieu particulièrement favorable à leur conservation. L’abondant mobilier métallique qu’elles contiennent généralement (armement, parure, éléments vestimentaires, objets du quotidien, mobilier, outillage) favorise par le biais du processus de corrosion la migration des sels métalliques au cœur du matériau organique : on le dit alors « minéralisé ».

0

L’échantillonnage carpologique dans le cadre de l’archéologie préventive : du terrain au laboratoire

Dans le cadre des opérations d’archéologie préventive, l’échantillonnage sur le terrain est une étape primordiale pour les études bioarchéologiques. En raison de budgets post-fouille souvent très limités, une décroissance du nombre des prélèvements est actuellement observée ainsi qu’une multiplication des études pas ou peu représentatives par rapport aux occupations et structures mises au jour. Il semble donc important de définir les objectifs des études bioarchéologiques et les moyens destinés à la mise en œuvre, et ce dès la prescription et l’élaboration des projets scientifiques de l’intervention.

0

Nouvelles avancées régionales en pédoanthracologie appliquée à l’archéologie agraire

La pédoanthracologie appliquée à l’archéologie des paysages est encore peu développée en Alsace. Notre exposé se fonde essentiellement sur des études menées dans trois domaines spatiaux et thématiques différents : (1) les Hautes-Chaumes vosgiennes avec les massifs du Hohneck et du Rossberg ; (2) les murgers d’Osenbach, Westhalten et Orschwihr (Haut-Rhin) ; (3) les rideaux de culture médiévaux de Goldbach, Saales, complétés par Obergeilbach (respectivement dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle). Ce corpus permet de dégager des pistes de travail et des règles de base pour maximiser l’efficacité de la recherche.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

Constituer une ostéothèque : l’exemple du service archéologique du Grand Reims

Les collections ostéologiques sont un outil indispensable à toute étude archéozoologique. La création du service archéologique du Grand Reims en 2009 et plus particulièrement l’ouverture d’un poste d’archéozoologue a nécessité le développement d’un tel outil de travail. L’ostéothèque du Service s’est appuyée dans un premier temps sur une collection personnelle, alimentée par de nouveaux squelettes complets et/ou des pièces osseuses isolées issus des diverses fouilles réalisées par le service.

0

La conservation et la gestion des biomatériaux au sein du CCE d’Alsace

Suite au lancement par le ministère de la Culture du concept de Centre de Conservation et d’Étude (CCE) en 2007, Archéologie Alsace et les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin se sont portés volontaires pour la création d’un équipement adapté à la préservation et à l’accessibilité des collections archéologiques alsaciennes. Le projet a été monté en partenariat avec la DRAC Grand Est, site de Strasbourg. Les objectifs du CCE ont été formalisés en vue d’améliorer la conservation et la gestion du mobilier archéologique par la création d’un équipement mutualisé à l’échelle de l’Alsace, d’associer les acteurs de l’archéologie et d’exploiter les collections dans un intérêt scientifique et culturel, en facilitant l’accès des collections aux chercheurs et aux musées locaux pour compléter leurs collections permanentes ou lors d’expositions temporaires.

0

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

L’Alsace est connue pour son potentiel archéologique paléolithique depuis le XIXe siècle. Ce n’est que récemment que la recherche en Préhistoire ancienne connaît un nouvel élan dans la région, notamment grâce aux fouilles menées par l’Inrap et Archéologie Alsace, en amont du Contournement Ouest de Strasbourg, aux fouilles programmées de deux sites majeurs, Mutzig et Wolschwiller, et à plusieurs programmes de recherches pluridisciplinaires.

0

Le diagnostic archéologique : un atout pour la connaissance des occupations anciennes de la commune de Matignicourt-Goncourt (51)

La commune Matignicourt-Goncourt située dans le département de la Marne (51) s’intègre dans la micro région du Perthois qui s’étend entre Vitry-le-François et Saint-Dizier. Ce territoire, marqué par le cours de la Marne, forme une large plaine alluviale, secteur de prédilection des carrières d’exploitation de granulats. Initiée dès les années 1980, l’activité archéologique en amont des travaux d’extraction a suivi l’évolution en matière de protection du patrimoine archéologique consolidée par la loi 2001, modifiée en 2003. Aussi, en tenant compte de divers paramètres (connaissance préalable, superficie, potentiel) les services de l’État ont été amenés à prescrire des diagnostics archéologiques.

0

Tarquimpol (Grand Est, Moselle) : méthode de diagnostic appliquée à un site historique peu fouillé

En septembre 2011, la Conservation départementale d’archéologie de Moselle a été sollicitée par la mairie de Tarquimpol avant l’aménagement d’un système d’assainissement. Situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Metz, Tarquimpol est un des sites majeurs de l’archéologie mosellane. Durant l’Antiquité, il se situe à un carrefour routier de l’axe Metz-Strasbourg. Il est représenté sur la Table de Peutinger (Decempagi) et il est également mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin et dans les textes d’Ammien Marcellin et de Paul Diacre.