Catégorie : Hauts-de-France

0

Apports et limites des diagnostics sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny et Vendeuil (Aisne)

À Brissay-Choigny, de 2009 à 2015, 42,7 ha ont été diagnostiqués essentiellement sur un espace de chenaux fossilisés, dans le cadre d’une surveillance de carrière de granulats. Trois fouilles Inrap ont été réalisées sur ces zones humides. Le croisement critique de ces données permet de mettre en avant les acquis mais aussi les limites des diagnostics dans ces contextes particuliers.

0

Diagnostics et approche de l’occupation du territoire et des types d’habitat à la Protohistoire ancienne : l’exemple du 1er âge du Fer dans le Nord et le Pas-de-Calais via le PCR HABATA

Le diagnostic archéologique est un thème de colloque et de discussion récurrent. Si les aspects méthodologiques ont longtemps été au cœur des débats, il était opportun de traiter le sujet de manière différente. Le séminaire de Caen a permis de mettre en lumière les idées acquises et les problèmes rencontrés aujourd’hui par tous les acteurs de ces opérations archéologiques. Cet article tente de montrer comment les données issues de diagnostics s’intègrent dans un programme collectif de recherche (PCR). Afin de parvenir à une certaine exhaustivité, la période chronologique et l’aire géographique de ce programme ont été ici réduites. Après une présentation synthétique de ce dernier et du corpus d’étude défini, l’importance des données issues des opérations de diagnostic est soulignée à travers diverses thématiques : l’architecture des bâtiments, l’organisation des occupations, la culture matérielle et l’apport des données de diagnostics à sa connaissance.

1

Les statuettes gravettiennes d’Amiens-Renancourt 1 : numérisation, exploitation et apport de leur modélisation 3D par photogrammétrie

David Hérisson – CNRS – UMR 7041 ArScAn, équipe AnTET – david.herisson@cnrs.fr / Clément Paris – Inrap – UMR 7041 ArScAn, équipe d’Éthnologie préhistorique – clement.paris@inrap.fr / Émeline Deneuve – DRAC Nouvelle-Aquitaine – Service...

0

L’exemple d’une campagne de sondages géologiques préalables au diagnostic archéologique

Le diagnostic est l’étape fondamentale et délicate de toute la démarche de l’archéologie préventive. L’archéologue intervient armé des connaissances rassemblées au préalable sur le lieu : cartes, sondages géotechniques, visites de terrain… Mais l’efficacité du diagnostic dépend surtout de l’expérience assimilée dans un contexte stratigraphique similaire. Dans certains cas, les études préalables peuvent être renforcées par une reconnaissance de la stratigraphie (exemple de Dourges). Cette démarche atteint toute son efficacité dans le cas de vastes surfaces où le contexte sédimentaire est méconnu.

0

La détection des sites mésolithiques dans le nord de la France

Il est question ici de faire un point sur la détection des sites mésolithiques dans le nord de la France à partir de l’expérience régionale et des pratiques en vigueur au nord de la Seine. L’approche peut être extrapolée à l’ensemble du Bassin parisien et à une partie de ses marges. En effet, ces régions ont en commun de receler essentiellement des sites de plein air. Les abris sous roches et les amas coquilliers y sont quasiment absents. Ces deux derniers types de gisements nécessitent une méthodologie spécifique qui ne sera donc pas abordée.

0

Quelques exemples de diagnostics dans le bassin hydrographique de la Somme

À Amiens et dans ses environs, sept diagnostics ont concerné des aménagements immobiliers sur des surfaces restreintes en contexte périurbain (fin 2005 à fin 2006). Ils se placent sur une aire géographique restreinte dans la plaine alluviale et ont été traités par la même équipe. La motivation des prescriptions de diagnostic indiquait un risque de présence de sites du Paléolithique final ou du Mésolithique. Sensibilisé à ces questions, l’adjoint scientifique et technique nous a proposé de réaliser ces diagnostics en compagnie de Sylvie Coutard, géomorphologue.

0

La détection de sites du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de la France : une approche particulière

Depuis une quinzaine d’années, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont été touchée par de nombreux travaux d’aménagement du territoire qui ont permis la découverte de sites enfouis sous des épaisseurs variables de sédiments présentant une excellente conservation des niveaux d’occupations préhistoriques. Cependant, ceux-ci restent à des profondeurs aisément accessibles dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive. La réalisation de sondages destinés à la découverte de gisements paléolithiques conservés en profondeur constitue une des particularités de l’archéologie préventive du nord de la France. Cette démarche est le résultat d’une approche volontariste, qui requiert des connaissances en archéologie préhistorique et en géomorphologie.

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Les sépultures des Mottelettes, à Poulainville

La commune de Poulainville se situe dans le département de la Somme, au nord de la ville d’Amiens. Les parcelles concernées par le diagnostic puis la fouille se localisent au nord de la rivière Somme, à 3 km de la vallée. Topographiquement, ces parcelles sont situées sur un plateau calcaire, entre 60 et 70 m NGF, plus précisément sur la frange du plateau et sur les versants en pente douce (au maximum 2 %). Ce plateau est recouvert de colluvions limono-crayeuses. Des photographies aériennes réalisées par Roger Agache sur cette partie du plateau ont montré la présence d’enclos et de réseaux fossoyés. Le domaine funéraire est représenté par des petits groupes de sépultures liées à des établissements ruraux du IIIe s. av. n. è. au IIe s. de n. è.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search