Catégorie : Île-de-France

0

Nouvelles technologies numériques, nouveau regard porté sur les crémations

Les technologies d’imagerie médicale sont régulièrement testées par les archéo-anthropologues en charge de fouiller des structures liées à la crémation. Cet intérêt découle probablement d’un changement de perception des dépôts cinéraires (urne, amas d’os ou de résidus de combustion …), engagé dans les années 80, bien avant la démocratisation de l’imagerie médicale.

0

Le diagnostic comme outil de connaissance d’une agglomération antique : l’exemple de Saint-Chéron (Essonne)

Saint-Chéron est une commune rurale de l’Essonne. Durant le XIXe siècle, des vestiges gallo-romains sont fortuitement mis au jour lors de travaux réalisés aux abords du hameau de Saint-Évroult. Il s’agit de bâtiments maçonnés parfois munis de caves, d’un hypocauste, d’un bassin de redistribution associé à de petits aqueducs mais aussi de quelques puits ou de fours domestiques. En 2008, un diagnostic archéologique préventif confirme l’existence d’une agglomération secondaire gallo-romaine.

0

Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Diagnostics archéologiques et contextes funéraires : l’exemple atypique de la Bassée

Le suivi archéologique continu des carrières d’extraction de graviers de la basse vallée de la Seine et de l’interfluve Seine-Yonne a été effectué pendant plus de trente ans. Le décapage des emprises a été réalisé selon des normes de surveillance puis d’intervention systématique, à mesure de la mise au jour des sites. Des dizaines de contextes funéraires ont ainsi pu être appréhendés puis fouillés, toutes périodes confondues, proposant à la réflexion une grande diversité de schémas d’occupation de l’espace dévolu aux défunts.

0

Du diagnostic à la fouille des ensembles funéraires de Cergy, Serris et Bobigny

Comment évaluer la prédictibilité d’un diagnostic en contexte funéraire ? Les grands ensembles funéraires à avoir fait l’objet d’un diagnostic puis d’une fouille ne sont pas légion dans la région francilienne. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à travers trois cas : l’église Saint-Christophe à Cergy-Village (Val-d’Oise), le cimetière du haut Moyen Âge de Serris/Les Ruelles (Seine-et-Marne) et le cimetière de La Tène moyenne de Bobigny/Hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis).

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search