Catégorie : Normandie

0

Le diagnostic et rien d’autre. Retour d’expérience à partir de quelques villes de Normandie

Cet article propose un retour d’expérience sur la difficile mise en œuvre de « l’archéologie en ville » à travers quelques exemples normands (Bayeux, Caen, Argentan, Alençon, etc.) où le diagnostic apparaît souvent comme le principal acte (et parfois le seul) nous renseignant sur les occupations passées et sur la dynamique de fabrication de la ville. Sont présentés, ci-après, des regards croisés sur des pratiques en évolution permanente et qui mêlent, en fonction des contextes et des projets à l’origine des prescriptions, une multitude de formes d’intervention (méthodes non-invasives, diagnostic urbain « classique », suivi de travaux, diagnostic du bâti, carottages, etc.). Au-delà de la définition des apports et des limites du diagnostic en milieu urbain, l’idée est de promouvoir une approche constructive auprès des différents acteurs de l’aménagement urbain (architectes, ingénieurs, élus, aménageurs).

0

Apports récents du diagnostic à l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale : quelques exemples et réflexions pour la région Normandie

Depuis 2014 l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale occupe une place de premier plan dans le paysage de la recherche historique française, tout spécialement en Normandie où de nombreux vestiges de guerre ont été mis au jour à l’occasion de récents diagnostics archéologiques. Dans le même temps, la DRAC Normandie a entrepris l’inventaire des vestiges du Mur de l’Atlantique. Toutefois, les prescriptions de fouille demeurent encore trop rares, en dépit du potentiel patrimonial, historique et anthropologique qu’offrent ces vestiges du conflit. C’est donc à l’élaboration de nouveaux questionnements et méthodes interdisciplinaires qu’il faut aujourd’hui réfléchir afin de développer l’étude de ces matériaux de recherche encore peu familiers aux archéologues, et d’en révéler la signification au regard de la longue histoire des comportements humains.

0

Exploration, analyse et gestion d’environnements archéologiques virtuels

La numérisation des sites et des objets archéologiques permet de mieux comprendre leur fonctionnement et de proposer des reconstitutions de leur état passé. Cette technologie permet de restituer un « environnement archéologique 3D » constitué, en plus des architectures statiques, de simulations physiques et d’êtres vivants. Lorsque celui-ci est simulé à l’aide de techniques interactives et immersives de réalité virtuelle, on parle alors d’un « environnement archéologique virtuel » ; les archéologues peuvent l’explorer, l’analyser et le gérer, afin de démontrer certaines hypothèses.

0

Les nouvelles techniques de relevés appliquées à l’archéologie du bâti et à l’archéologie urbaine

Les technologies de relevé 3D font partie des nouveaux outils de l’archéologue, sur le terrain mais également en phase de post-fouille puis de restitution (communication, publication). Le recours à la photogrammétrie et/ou au scanner 3D s’avère utile, voire indispensable, dans des cas précis pour lesquels il est nécessaire d’adapter la méthodologie aux objectifs à atteindre. Le gain de temps dans l’acquisition des données est également très appréciable. Pour autant, ces nouvelles techniques ont leurs limites qu’il est primordial de connaître pour mener à bien une opération archéologique. Les résultats présentés ici proviennent de cas d’études récents et variés, menés en Bretagne et en Normandie : opérations archéologiques en milieu urbain, études de bâti, contextes complexes.

0

La nécropole antique d’Évreux

La nécropole antique d’Évreux (Eure) est connue depuis le XIXe s. par de nombreuses découvertes ponctuelles, réalisées lors de travaux de constructions et d’aménagements. Il existe de nombreuses mentions concernant la découverte dans ce secteur d’urnes funéraires, de sarcophages, de monnaies…, mais aucun descriptif précis des structures. Les découvertes ponctuelles permettaient de dater les sépultures du Ier au IVe s. ap. J.-C. Il s’agit d’un quartier d’Évreux actuellement très urbanisé et aucune fouille n’avait été effectuée sur cette nécropole dont les limites et la localisation précise n’étaient pas connues. Le diagnostic devait déterminer si cette parcelle était à l’emplacement de la nécropole, le degré de conservation des vestiges et le potentiel archéologique.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search