Catégorie : Nouvelle-Aquitaine

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

L’imagerie 3D en archéologie : de l’enregistrement de terrain à l’aide aux relevés

Depuis 2012, plusieurs expériences ont été mené par l’Inrap, sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive et programmée. Ce sont trois d’entre elles qui sont présentées ici : carrières souterraines de sarcophages (Auvergne), village médiéval marocain et four de Potier (Sadirac).

0

3D Poitiers évolution : de l’archéologie à l’image virtuelle

Les découvertes archéologiques réalisées lors des grands travaux de restructuration du centre-ville de Poitiers (Vienne), entre 2010 et 2012, ont débouché sur un projet de visite historique virtuelle diachronique, utilisant la technologie de la réalité augmentée.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques en Aquitaine

Pour les périodes anciennes de la Préhistoire, le diagnostic est primordial et ne peut se satisfaire du simple constat de la présence ou de l’absence de vestiges (lithiques quasi exclusivement). Cette phase relève d’exercices difficiles, voire parfois spécialisés sur le terrain qui doivent in fine aboutir à des interprétations objectives concernant la nature du site et son statut. En découle la suite des opérations, favorable ou défavorable à la sauvegarde par la fouille et l’étude. Ce sont essentiellement les opérations de diagnostics en milieu rural, et en particulier les tracés linéaires, des aménagements de ZAC et de ZI, qui pourvoient l’essentiel de la détection et de la caractérisation de sites paléolithiques. L’Aquitaine, et plus globalement le sud-ouest de la France, ne déroge pas à cette règle.

0

Taphonomie et diagnostic des sites paléolithiques

L’idée que tous les sites archéologiques ont subi, à des degrés divers, des transformations après leur abandon par l’Homme s’est très largement imposée dans les dernières décennies. La nature et l’intensité des transformations sont très variables, en fonction à la fois du type de contexte environnemental et de la rapidité d’enfouissement qui soustrait progressivement le niveau archéologique à l’action des processus géomorphologiques superficiels. Ces transformations peuvent aller d’une simple disparition de la matière organique en milieu oxydant à une érosion et à une redistribution complète. Dans la grande majorité des cas, le site se trouve dans un état de dégradation intermédiaire entre ces deux pôles.

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

0

Le diagnostic dans un édifice religieux en Limousin : l’église de Glénic

En région Limousin, la priorité des fouilles en contexte funéraire est donnée au suivi de chantier lié aux travaux de restauration ou d’aménagement en relation avec un édifice religieux. Ces opérations, mises en place depuis le début des années 1990, représentent plus de 90 % de la recherche globale pour ces problématiques, en l’absence de découvertes issues de grands travaux d’aménagements du territoire. Ainsi, plus de 80 interventions archéologiques autour des églises ont été menées depuis 1991. Sur ce nombre, la moitié concerne des diagnostics. Notre choix s’est porté ici sur le site de l’église de Glénic, dans la Creuse, où nous sommes intervenus à plusieurs reprises et sous différentes formes.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search