Catégorie : Occitanie

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales) 0

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales)

Par Jérôme Kotarba, Laurent Bruxelles et Céline Pallier Dans le département des Pyrénées-Orientales, des opérations de diagnostic menées sur de grandes surfaces apportent une vision contrastée aux schémas essentiellement construits à partir de prospections...

0

Identification de sites paléolithiques et mésolithiques en Midi-Pyrénées : méthodes et implications

Avec une superficie comparable à celle du Danemark, la région Midi-Pyrénées est la plus vaste de France (45 348 km²). Assez logiquement, cet espace immense englobe des contextes géologiques très diversifiés. À l’échelle de sa géographie, le contexte archéologique de la région Midi-Pyrénées est particulièrement riche et diversifié. Pourtant, ce n’est que depuis très peu de temps, soit dans les années 1990, que des résultats probants concernant les phases anciennes de la Préhistoire sont issus d’opérations d’archéologie préventive.

0

Diagnostic archéologique et géomorphologie en Midi-Pyrénées : réflexions méthodologiques concernant la recherche de vestiges paléolithiques

Il semble assez difficile de séparer le diagnostic des sites paléolithiques du diagnostic archéologique en général, l’objectif étant le repérage de tous les vestiges, quelle que soit l’époque concernée. Néanmoins le Paléolithique requiert une réflexion sur le long terme. Ainsi, entre le moment où le site a été abandonné et celui où nous recherchons les vestiges, il s’est passé plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers d’années. De fait, il est parfois nécessaire de s’affranchir de la topographie présente, des dynamiques sédimentaires actuellement en cours pour imaginer le contexte initial.

0

L’approche géomorphologique systématique à l’échelle d’un territoire : le cas de Nîmes

L’approche géomorphologique systématique telle qu’elle se pratique aujourd’hui à Nîmes (Gard), dès la phase de diagnostic, est née de la prise en compte progressive des données paléoenvironnementales comme élément essentiel de la lecture des paysages et des interactions qui s’établissent avec les activités humaines. Dès 1989, la présence d’un pédologue dans l’équipe de fouille de la ZAC des Halles avait permis une approche totalement nouvelle de l’étude des sols. Le développement périurbain, principalement au sud de la ville, avait entraîné dans le même temps des prescriptions archéologiques sur des terrains encore peu investis par l’archéologie.

0

L’approche géomorphologique sur les terrasses de la Garonne

Depuis quelques années, plusieurs grandes opérations de diagnostic archéologique ont concerné le domaine des terrasses de la Garonne aux alentours de Toulouse. Le suivi géomorphologique a permis de relever une grande quantité d’informations d’ordre morphologique, sédimentologique et pédologique. Les principaux résultats ont servi à répondre à la question de l’origine de la couverture limoneuse des terrasses. La confrontation avec les données issues de l’archéologie a contribué à définir l’existence de contextes plus favorables à la préservation des vestiges. L’état de conservation des sites archéologiques fournit des indications sur les dynamiques sédimentaires postérieures, en particulier concernant l’impact récent de l’homme sur le milieu.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

0

La ZAC du Mas de Vignoles IV à Nîmes

Le lieu-dit Mas de Vignoles est situé au sud de l’agglomération nîmoise, dans un secteur de plaine alluviale dont le potentiel archéologique est attesté depuis une dizaine d’années grâce à de multiples diagnostics et de fouilles. Ces opérations ont permis de détecter plusieurs occupations néolithiques matérialisées principalement par des structures en creux (fosses et fossés, quelques foyers). Elles se rapportent majoritairement à des habitats. Quelques sépultures individuelles isolées et un ensemble de neuf tombes sont également recensés dans les environs immédiats du Mas de Vignoles IV.

0

Le cimetière du Mouraut au Vernet

Le site se trouve sur la rive droite de l’Ariège dans un contexte de basse plaine. Le diagnostic a permis l’identification de 31 sépultures. L’ouverture d’une longue tranchée et de fenêtres a permis d’envisager la densité du cimetière avec un individu pour deux mètres carrés sur une surface sensible de 4 075 m2. Les bouleversements intégraux ou partiels de certaines tombes ramenaient un nombre de tombes à fouiller de 1 500 individus, dans l’hypothèse de plusieurs couches sépulcrales, et l’estimation la plus basse était de 600 individus. L’opération de fouille a révélé 316 tombes organisées « en rangées » successives sur une terrasse fluviatile émergente dans une zone marécageuse. Il semble qu’un chemin ait divisé la zone funéraire en deux parties. La partie occidentale est occupée du Ve s. jusqu’au VIIIe ou IXe s., la zone orientale n’étant lieu d’inhumation que durant la période carolingienne.

0

Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice ». Les prescriptions du SRA concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search