Catégorie : Pays de la Loire

0

Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

Les indices d’un cairn découverts en 1997 dans l’enceinte du fameux Château d’Angers ont été évalués en 2002 par l’Inrap, avant d’être difficilement fouillés l’année suivante, en parallèle de la mise en valeur des vestiges médiévaux de la forteresse. Bien que passablement arasée, enterrée et mitée par l’occupation plurimillénaire du site désormais touristique, l’exceptionnelle structure funéraire qui a bien été reconnue s’est aussi, inopinément, révélée d’un intérêt tout autant architectonique que technologique. Suivant la typo-chronologie habituelle, fondée sur le plan et le mobilier funéraire, cette tombe à couloir et chambres circulaires a fonctionné du Néolithique moyen au IIIe millénaire…

0

Une opération archéologique entre hostilité et co-activité : le Château des ducs de Bretagne (Nantes, Loire-Atlantique)

Après de longues années de délaissement aboutissant à un état de délabrement inquiétant, la ville de Nantes, propriétaire du monument, et le ministère de la culture ont lancé, à partir des années 1980, un important chantier de restauration et réaménagement du château des Ducs de Bretagne à Nantes, aboutissant à sa transformation en Musée d’histoire de Nantes. Les arbitrages rendus entre les différents services de la Drac des Pays de la Loire ont clairement penché en faveur de la muséographie au détriment de l’archéologie. Toutefois, et notamment grâce à l’insistance de l’architecte en chef des MH, plusieurs opérations de « surveillance de travaux » ou de sondages et étude de bâti prescrites par le SRA ont pu avoir lieu…

0

De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

Tout comme les opérations urbaines, les opérations d’archéologie du bâti sont marquées par la diversité des dossiers et la pluralité des intervenants. À cet égard, les services régionaux de l’archéologie ont un rôle pivot dans la collecte, la gestion et l’aboutissement des dossiers, à l’interface entre les différents acteurs et leurs enjeux. De cette première phase de collecte découle les réponses apportées par les services régionaux de l’archéologie. En effet, que le projet soit présenté très en amont par les Conservations Régionales des MH ou que le service soit consulté sur l’autorisation d’urbanisme grâce notamment aux zones de présomption de prescription, la gestion du dossier n’en sera pas la même…

0

Un diagnostic sur un logis renaissance dans un bourg rural : la Maison Laurens à Foussais (Foussais-Payré, Vendée)

Le rachat par la municipalité de cette vaste demeure urbaine datée de 1552 et les projets de réaménagement et de restauration associés ont amené le SRA des Pays de la Loire à y prescrire un diagnostic à l’automne 2018. Plusieurs réunions préalables au chantier ont permis à l’Inrap et au SRA d’élaborer en commun un programme d’intervention et de définir ses objectifs. D’une façon générale, il a été décidé de rechercher la volumétrie initiale du bâtiment, notamment celle de ses parties disparues (galerie) ou radicalement transformées (aile est), et d’étudier la charpente, datée de 1554 par dendrochronologie…

0

Archéogéographie et diagnostic archéologique : l’expérience de l’A83 dans le Sud-Vendée, « un retour vers le futur »

L’article revient sur les modalités de mise en œuvre des diagnostics réalisés dans les années 1990 en amont de la construction de l’A83 et sur l’intégration de ces données au sein d’une enquête archéogéographique conduite dix ans plus tard dans le cadre d’une thèse. L’objectif est d’expliquer ce que les données archéologiques préventives ont apporté à l’analyse archéogéographique et, inversement, ce que cette dernière apporte, rétrospectivement et depuis 2009 (date de la soutenance), aux évaluations et fouilles préventives réalisées dans la plaine sud-vendéenne. Cette articulation pose plusieurs problèmes qui, tous, ont un impact sur l’exploitation et la compréhension des données archéologiques ou archéogéographiques. Ces décalages et difficultés permettent de voir les limites de cette collaboration intellectuelle quand l’analyse archéogéographique n’est pas menée en amont des fouilles et, par extension, de plaider pour de nouvelles procédures. En effet, au-delà de ce cas particulier, le but de cet article est de pointer les différents problèmes qui limitent l’intégration d’une étude archéogéographique aux diagnostics et la valorisation des leurs résultats, mais aussi de proposer des solutions pour y remédier.

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

0

Un nouveau protocole de démarrage des diagnostics : une « fiche-type » géologique élaborée en amont

Pour les responsables d’opération et les spécialistes du paléoenvironnement (en particulier les géologues et géomorphologues), les diagnostics en cours de préparation à l’Inrap ne sont généralement pas connus suffisamment à l’avance. Une seule journée de préparation est parfois attribuée aux responsables d’opération, afin de récolter les données techniques préparatoires et de mettre en place l’opération de diagnostic. C’est souvent trop peu pour se préoccuper du milieu géologique dans lequel ils vont intervenir, la priorité étant accordée aux problèmes techniques et à la sécurité… Nous avons choisi de soumettre au collectif des géoarchéologues de l’Inrap un nouveau protocole de suivi à élaborer en amont des opérations de diagnostic.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search