Catégorie : Provence-Alpes-Côte d’Azur

0

Utilisation systématique de la mini-pelle en archéologie urbaine à Marseille

En archéologie urbaine, il n’existe pas, comme en archéologie rurale, cette couche superficielle, stérile ou peu intéressante, qui peut être décapée préalablement à la fouille, les structures étant disposées pratiquement sur un seul plan, à la surface du substrat. En ville, chaque portion de la séquence présente un intérêt et surtout, elles s’imbriquent verticalement les unes dans les autres. Bien malin qui pourra trouver des niveaux de clivage permettant, au moyen d’un décapage mécanique massif, de résoudre le problème du cubage sans nuire au continuum stratigraphique. À Marseille, la mini-pelle s’est révélée rapidement comme l’instrument ad hoc pour minimiser les pertes.

0

Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille

Nous ne remonterons pas plus avant que les premières années de l’après-guerre pour retracer l’histoire de l’utilisation des engins mécaniques dans la pratique de l’archéologie. Ceci pour la bonne raison qu’à cette époque, les engins mécaniques ne sont pratiquement pas utilisés dans la construction des ensembles immobiliers eux-mêmes. C’est le développement rapide de la technologie des années 1950 qui a permis l’apparition d’un nouvel engin : la pelle mécanique hydraulique. À Marseille, Henri Rolland détourne au profit de l’archéologie cet engin dédié à la reconstruction du Panier, quartier particulièrement riche en vestiges et par ailleurs foyer de résistance pendant la seconde guerre mondiale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search