Catégorie : Provence-Alpes-Côte d’Azur

0

Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux d’un service de collectivité territoriale à l’archéologie du bâti : l’exemple de la Métropole Nice Côte d’Azur

L’existence d’équipes pérennes sur un territoire permet, sur le long terme, d’adapter les stratégies opérationnelles et patrimoniales en concertation avec les services de l’État et les aménageurs. L’accumulation d’expériences et de connaissances sur un même territoire constitue, pour les contextes urbains en particulier, un atout majeur pour progressivement réinterpréter les dynamiques archéologiques et historiques sur le temps long. De ce point de vue, les collectivités territoriales sont souvent des interlocuteurs privilégiés qui entretiennent à la fois des rapports réguliers aussi bien avec les aménageurs publics qu’avec les services déconcentrés de l’État (SRA, MH, ABF), facilitant ainsi la mise en place d’une synergie propice aux décisions collégiales…

0

La réinsertion virtuelle du cénotaphe du duc de Lesdiguières dans la chapelle du château seigneurial : méthodes et résultats

Le cénotaphe du duc de Lesdiguières, œuvre du début du XVIIe siècle due au sculpteur Jacob Richier, est actuellement conservé par le musée-museum départemental de Gap. Initialement installé dans la chapelle du château seigneurial situé sur la commune du Glaizil (Hautes-Alpes), il a été transféré à Gap lors de la Révolution et a été depuis lors déplacé trois fois jusqu’à son lieu de conservation actuel. Dans le cadre d’un projet muséographique, le musée a commandé à l’Inrap une étude visant, à partir de la réalisation de relevés photogrammétriques du monument d’une part et de la chapelle d’autre part, à replacer virtuellement le cénotaphe contre le mur de la chapelle où se lisent encore les ancrages du monument…

0

Fiche-type de « visite préalable de chantier ». Préparation des interventions sur le bâti en Inrap Midi-Méditerranée

En 2017, un groupe de travail composé d’archéologues spécialisés dans les interventions sur le bâti a été réuni afin de réfléchir aux méthodes d’intervention sur le bâti, à l’initiative des représentants syndicaux du CHSCTS de la DIR Méditerranée conscients que de très nombreuses questions de sécurité résultaient de défaillances d’organisation au démarrage. Dans la région Méditerranée, quelques accidents survenus dans le bâti ont marqué les esprits et créé des réticences fortes…

0

Un site, deux propriétaires : diagnostic et fouilles de bâti prescrits au palais archiépiscopal d’Embrun (Hautes-Alpes)

Mentionné depuis le début du XIIe siècle, le palais archiépiscopal d’Embrun est restructuré vers 1240. La tour Brune, seul vestige monumental de ce palais médiéval, est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1927, alors que l’ensemble du palais est inscrit depuis 2005 (ISMH). Deux propriétaires se partagent ce vaste édifice : le corps central appartient historiquement à la Ville d’Embrun, qui a cédé l’aile sud à un opérateur en restauration immobilière. Chacun porte deux projets de réhabilitation distincts : la création d’un CIAP (Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine religieux), pour la première ; l’aménagement d’appartements de prestige, pour le groupe François 1er Rénovation…

0

Une opération d’archéologie préventive hors norme : le diagnostic archéologique du couvent des Prêcheurs d’Aix-en-Provence en 2018

Si l’archéologie du bâti est une discipline bien implantée à Aix-en-Provence depuis les années 1980, grâce notamment aux études fondatrices produites sur la cathédrale Saint-Sauveur, son développement au sein du service archéologique municipal est récent et lié à l’entrée de ce dernier dans le dispositif de l’archéologie préventive, qui a été assortie du recrutement, en 2007, d’une archéologue paléographe médiéviste, spécialisée dans le bâti, et d’un topographe. Après un rapide panorama de la discipline à Aix, essentiellement pratiquée depuis 2007 dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, nous proposons de nous arrêter sur un diagnostic conduit en 2018 sur l’ancien couvent des Prêcheurs, alors objet d’un projet de réhabilitation…

0

Utilisation systématique de la mini-pelle en archéologie urbaine à Marseille

En archéologie urbaine, il n’existe pas, comme en archéologie rurale, cette couche superficielle, stérile ou peu intéressante, qui peut être décapée préalablement à la fouille, les structures étant disposées pratiquement sur un seul plan, à la surface du substrat. En ville, chaque portion de la séquence présente un intérêt et surtout, elles s’imbriquent verticalement les unes dans les autres. Bien malin qui pourra trouver des niveaux de clivage permettant, au moyen d’un décapage mécanique massif, de résoudre le problème du cubage sans nuire au continuum stratigraphique. À Marseille, la mini-pelle s’est révélée rapidement comme l’instrument ad hoc pour minimiser les pertes.

0

Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille

Nous ne remonterons pas plus avant que les premières années de l’après-guerre pour retracer l’histoire de l’utilisation des engins mécaniques dans la pratique de l’archéologie. Ceci pour la bonne raison qu’à cette époque, les engins mécaniques ne sont pratiquement pas utilisés dans la construction des ensembles immobiliers eux-mêmes. C’est le développement rapide de la technologie des années 1950 qui a permis l’apparition d’un nouvel engin : la pelle mécanique hydraulique. À Marseille, Henri Rolland détourne au profit de l’archéologie cet engin dédié à la reconstruction du Panier, quartier particulièrement riche en vestiges et par ailleurs foyer de résistance pendant la seconde guerre mondiale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search