Catégorie : Le diagnostic comme outil de recherche

Pionnier il y a une trentaine d’années, le diagnostic est couramment pratiqué sur l’ensemble du territoire depuis vingt ans. Il suscite depuis 1993, et surtout depuis la mise en place de la loi de 2003, la publication d’une série de tables rondes ou de séminaires organisés par le Ministère de la Culture et par l’Inrap. Les actes de ces rencontres témoignent du développement de la pensée archéologique et des acquis méthodologiques associés à cette pratique spécifique. Ils montrent également que l’on demeure au seuil de la réflexion sur la capacité à utiliser les données qui en sont issues comme de véritables objets archéologiques à la portée scientifique convergente et bien souvent complémentaire des résultats obtenus lors des fouilles. Alors que la valeur scientifique de la donnée issue d’un diagnostic paraît généralement admise, le potentiel de cette technique d’échantillonnage des sols sur le plan de la recherche, dans ses dimensions fondamentale et appliquée, semble pourtant éludé ou ignoré, à l’exception des contextes urbains et pléistocènes. En outre, le rapport de diagnostic archéologique consiste encore le plus souvent en un document de pur « métrage » éludant la portée scientifique intrinsèque des informations collectées. Le séminaire de Caen se fixait pour objectif de contribuer à passer ce seuil. Les questions de méthode (taux, maille, largeur de creusement …) n’y étaient pas abordées. Les présentations portaient sur diverses tentatives et expérimentations ayant en commun d’utiliser le diagnostic dans le but de construire des modèles heuristiques à hautes résolutions. Ces derniers visent à rendre compte de l’évolution de l’emprise humaine sur le milieu naturel, sa lente transformation et son aménagement au profit d’espaces ruraux anthropisés ou de milieux urbains.
 
Organisation : Inrap, avec le soutien du département du Calvados et de la Mairie de Caen. Coordination : David Flotté et Cyril Marcigny (Inrap). Comité scientifique : Dany Barraud (Ministère de la Culture), Jean-François Berger (CNRS), Nicola Coulthard (Conseil général du Calvados), Karim Gernigon (Ministère de la Culture), Patrick Pion (Inrap), Franck Sumera (Ministère de la Culture), Marc Vander Linden (UCL), Antide Viand (Mission archéologique départementale de l’Eure).
Lieu et dates : Musée de Normandie, Auditorium du Château, 14000 Caen. 28-29 septembre 2017.

0

De la détection à l’expertise : l’apport des opérations de diagnostics dans la plaine de Troyes

Le secteur de la plaine de Troyes, petit territoire du Grand Est parisien dont la dynamique économique est représentative de celle de nombreuses petites villes de France, fait désormais partie des principales zones d’activité d’archéologie préventive du nord de la France. Cet état de fait est notamment le fruit d’un suivi actif, conscient et régulier, des surfaces soumises à aménagement depuis plus de 25 ans de recherches archéologiques. Le programme collectif de recherche (PCR) « Plaine de Troyes », qui établit un bilan complet sur la trajectoire de ce territoire, a pour objectif d’appréhender la dynamique spatiale des occupations humaines des premiers agriculteurs du Néolithique ancien jusqu’au territoire polarisé par la ville de Troyes au temps des comtes de Champagne. Conçu sur une base résolument géographique, ce programme explore les données sous l’angle spatial (cartographie, statistiques) mais aussi de la longue durée, pour une meilleure compréhension de la logique d’évolution territoriale.

0

Le diagnostic archéologique : un outil de recherche et de prospective en Eure-et-Loir

Depuis 2005, le Service d’archéologie préventive d’Eure-et-Loir a pris en charge près de 40 % des diagnostics prescrits sur le département. De la préparation des opérations à la diffusion des résultats, l’équipe d’archéologues place le diagnostic au cœur d’une démarche scientifique globale. Le séminaire de Caen était donc l’occasion de partager ces 13 années d’expérience et de pratique du diagnostic en collectivité territoriale. Après avoir brièvement exposé le cadre de cette pratique, l’accent est mis sur trois principaux axes de travail issus de la recherche conduite lors des diagnostics : la connaissance des contextes chrono-stratigraphiques à l’échelle du département, la modélisation de l’occupation des territoires, l’utilisation des données isolées dans des réflexions multiscalaires.

0

Réflexions documentaires et archivistiques sur les données d’opération archéologique et leur exploitation à l’échelle des territoires. Structuration des données numériques à l’Inrap, en région Centre-Val de Loire

Par Émilie Trébuchet, Philippe Salé et Isabelle Gidelle. Avec la collaboration de Stéphane Joly, Amaury Masquilier, Hélène Guillot, Florence Parot, Jean-Philippe Chimier, Béatrice Marsollier, Léa Roubaud, Véronique Chollet, Jérôme Livet Le diagnostic archéologique produit...

0

Le diagnostic et rien d’autre. Retour d’expérience à partir de quelques villes de Normandie

Retour d’expérience sur la difficile mise en œuvre de « l’archéologie en ville » à travers quelques exemples normands où le diagnostic apparaît souvent comme le principal acte (et parfois le seul) nous renseignant sur les occupations passées et sur la dynamique de fabrication de la ville. Sont présentés, ci-après, des regards croisés sur des pratiques en évolution permanente et qui mêlent, en fonction des contextes et des projets à l’origine des prescriptions, une multitude de formes d’intervention.

0

Diagnostics des aires sauvages néolithiques et protohistoriques dans la moyenne vallée de la Vesle (Marne, Grand Est)

Reims et sa périphérie font, depuis de nombreuses années, l’objet d’un suivi archéologique particulier, avec plus de 1800 ha diagnostiqués et 160 ha fouillés (chiffres 2013, SRA Grand Est). Un type de vestige particulier, régulièrement mis au jour lors des opérations de diagnostics, mais aussi incidemment sur des fouilles, focalise ici notre attention : les pièges de chasse (fosses en I-U-V-Y et W). Il n’est pas question de discuter de la fonction, mais bien de l’intérêt de la prise en compte de ces fosses, dès le stade du diagnostic (qui constitue bien souvent la seule opération menée sur ces vestiges).

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

La multiplication, ces dernières années, d’interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre – Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces interventions, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église, produisent notamment une documentation élémentaire éclairant les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent par ailleurs d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

La représentativité des données issues des diagnostics : un préalable à leur exploitation scientifique

La possible exploitation scientifique des données issue d’un diagnostic dépend entièrement de leur représentativité et des biais qui leur sont plus ou moins fortement associés. Aujourd’hui, cette représentativité est extrêmement mauvaise car, d’une part, les biais sont multiples et importants et, d’autre part, leurs impacts respectifs ne sont le plus souvent pas maîtrisés bien que leur existence soit avérée. Il est ici question des biais qui proviennent de la phase initiale des processus administratif et scientifique menant aux diagnostics.

0

Le diagnostic archéologique : un atout pour la connaissance des occupations anciennes de la commune de Matignicourt-Goncourt (51)

La commune Matignicourt-Goncourt située dans le département de la Marne (51) s’intègre dans la micro région du Perthois qui s’étend entre Vitry-le-François et Saint-Dizier. Ce territoire, marqué par le cours de la Marne, forme une large plaine alluviale, secteur de prédilection des carrières d’exploitation de granulats. Initiée dès les années 1980, l’activité archéologique en amont des travaux d’extraction a suivi l’évolution en matière de protection du patrimoine archéologique consolidée par la loi 2001, modifiée en 2003. Aussi, en tenant compte de divers paramètres (connaissance préalable, superficie, potentiel) les services de l’État ont été amenés à prescrire des diagnostics archéologiques.

0

Tarquimpol (Grand Est, Moselle) : méthode de diagnostic appliquée à un site historique peu fouillé

En septembre 2011, la Conservation départementale d’archéologie de Moselle a été sollicitée par la mairie de Tarquimpol avant l’aménagement d’un système d’assainissement. Situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Metz, Tarquimpol est un des sites majeurs de l’archéologie mosellane. Durant l’Antiquité, il se situe à un carrefour routier de l’axe Metz-Strasbourg. Il est représenté sur la Table de Peutinger (Decempagi) et il est également mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin et dans les textes d’Ammien Marcellin et de Paul Diacre.

25 ans d’archéologie sur le plateau de Sénart, l’exemple de la Protohistoire 0

25 ans d’archéologie sur le plateau de Sénart, l’exemple de la Protohistoire

u sud-est de Paris, au niveau de la bordure occidentale du plateau briard qui domine les vallées de la Seine et de l’Yerres, on trouve la ville nouvelle de Sénart (Seine-et-Marne). Le suivi archéologique y est systématique depuis plus de vingt-cinq ans. Les opérations prises en compte dans cette présentation concernent des chantiers de fouilles (19% des opérations) mais surtout de diagnostic (71% du nombre d’opérations).

0

Le diagnostic archéologique : un outil fondamental pour l’histoire d’un terroir. ZAC Ozans – Etrechet (Indre), 2009-2017

Le projet d’aménagement d’une ZAC de plusieurs centaines d’hectares dans l’agglomération de Châteauroux dans l’Indre a entrainé des investigations archéologiques de grande envergure. À ce jour 350 hectares ont été diagnostiqués, 5 fouilles réalisées, une quarantaine de sites ou indices de sites archéologiques repérés dont une dizaine fait l’objet d’une prescription de fouille. Au cours des huit premières années d’opérations, plusieurs démarches scientifiques ont été menées ou sont encore en cours. Articles, conférences, posters, ainsi qu’un mémoire de Master2, ont été réalisés. Au travers de ces nombreux travaux, l’analyse spatiale et diachronique des chercheurs s’appuient autant sur les données des fouilles que sur les résultats des diagnostics.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’exemple d’Orléans

e diagnostic archéologique, en ce qu’il vise à la détection et à la caractérisation des sites, est en soi un acte scientifique. À Orléans, les premières opérations modernes d’archéologie préventive ont été menées à la fin des années 1970. Au fil des ans, et disons-le, le plus souvent parce qu’une grande part des diagnostics n’est pas suivie de fouille, le diagnostic archéologique a de plus en plus été considéré par les équipes orléanaises comme une opération qui devait bénéficier d’un montage qualitatif, et porteuse d’informations essentielles qu’il s’agissait d’exploiter pour trois raisons principales.

0

Sous les pavés, la Loire ! Sondages profonds à Tours (37). Apports des diagnostics préventifs pour la datation et la définition du contexte environnemental des occupations précoces de la vallée de la Loire

Apports des diagnostics préventifs pour la datation et la définition du contexte environnemental des occupations précoces de la vallée de la Loire.

0

L’apport de l’analyse spatiale pour l’exploitation des données de diagnostic

Les surfaces concernées par les diagnostics archéologiques en tranchées mécaniques sont considérables et livrent des informations diachroniques sur l’occupation du sol. Mais l’exploitation des données qui en sont issues est souvent limitée au cadre des fouilles prescrites par la suite. L’étude des données archéologiques issues de diagnostics sur des grandes surfaces par des méthodes d’analyses spatiales est un moyen de dépasser le cadre réglementaire qui impose un découpage spatial du territoire étudié et du temps de la recherche dédié. Ce poster présente les résultats d’une étude menée à partir des données du diagnostic de la ZAC d’Ozans à Étrechet dans l’Indre (36). Il s’agit d’évaluer l’apport de l’analyse spatiale dans la lecture des résultats du diagnostic et la compréhension de l’occupation du sol du secteur couvert.

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales) 0

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales)

Jérôme Kotarba – Inrap – jerome.kotarba@inrap.frLaurent Bruxelles – Inrap – laurent.bruxelles@inrap.fr Céline Pallier – Inrap – celine.pallier@inrap.fr Dans le département des Pyrénées-Orientales, des opérations de diagnostic menées sur de grandes surfaces apportent une vision...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search