Catégorie : Archéologie préventive sur le bâti

Développée dans les années 1980, en lien avec le déploiement de l’archéologie préventive en France, l’analyse du bâti porte sur tous les types de constructions, quelles que soient leur période, nature ou fonction. Les vestiges construits sont des témoignages incontournables des occupations anciennes, au même titre que les autres types d’objets retrouvés en fouille. Ils constituent un élément essentiel à la compréhension des cadres de vie des communautés passées, à partir duquel s’articulent les activités quotidiennes. L’étude archéologique pratiquée sur ces vestiges est donc essentielle pour appréhender et contextualiser ces occupations dans leur globalité et sur la durée, d’un point de vue sociétal et environnemental. Envisager un édifice sous l’angle de sa stratification vise donc à restituer l’histoire des aménagements successifs de ce dernier, depuis le chantier originel en passant par les différentes phases de reprises, de transformations, d’abandon et, parfois même, de démantèlement. De par sa spécificité, cette méthode affine l’histoire de l’édifice, de ceux qui l’on construit, qui l’on fait vivre et évoluer dans sa forme et ses fonctions, aboutissant parfois même à sa disparition du paysage architectural. Les problématiques abordées portent désormais sur des champs très diversifiés qui concernent tout autant l’évolution des formes et des types de l’architecture publique ou privée, que les techniques de construction, les matériaux ou les décors. C’est aussi une source inédite sur l’histoire des techniques et des savoir-faire avec, notamment, l’apport d’une vision nouvelle de l’organisation des chantiers de construction, ou encore de la gestion des approvisionnements. Plus largement, ces observations permettent une lecture dynamique de l’espace en montrant son évolution de l’Antiquité à l’Époque contemporaine.

Organisation : Direction scientifique et technique de l’Inrap, en partenariat avec la direction du Patrimoine de la ville de l’Isle-sur-la-Sorgue. Coordination : Victorine Mataouchek (Inrap), Carine Carpentier (Inrap), Marc Bouiron (Inrap) et François Guyonnet (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue). Comité scientifique : Sitâ ANDRÉ (Drac Grand Est, Service Régional de l’Archéologie), Stéphane AUGRY (Inrap – UMR 6566 CReAAH), Séverine BLIN (CNRS – UMR 8546 AOrOc), Marc BOUIRON (Inrap, Direction scientifique et technique – UMR 7264 CEPAM), Joëlle BURNOUF (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn), Mathieu CARLIER (Inrap Auvergne Rhône-Alpes), Mathias DUPUIS (Direction de l’archéologie Chartres métropole), Ivan FERRARESSO (Inrap Grand Est), François GUYONNET (Direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue – UMR 5648 CIHAM), Victorine MATAOUCHEK (Inrap Centre-Île-de-France – UMR 7324 CITERES), Odile MAUFRAS (Inrap – UMR 5140 ASM), Sébastien ZIEGLER (Département du Var, Service de l’archéologie). Lieu et dates : Amphithéâtre Belambra Clubs « Le Domaine de Mousquety » – Chemin de Mousquety – 84 800 L’Isle-sur-la-Sorgue. 28-29 octobre 2021

La tour d’artillerie dites du Redan (Us 1047) située au nord du diagnostic archéologique de Cambrai rue de l’Escaut 0

La question de la pratique de l’archéologie sur le bâti dans le Nord-Pas-de-Calais au sein de l’Inrap

Depuis 2015, des prescriptions mentionnant plus spécifiquement une approche sur le bâti sont apparues dans certains cahiers des charges du Nord-Pas-de-Calais. L’évolution de la pratique du bâti au sein de l’Inrap, dans ces deux départements, peut être illustrée par la fouille des enceintes modernes du bastion Saint-Maurice de Lille, par le diagnostic de l’enceinte médiévale de Cambrai ainsi que par de petites interventions ponctuelles. La pratique est multiple. De par la nature de la prescription qui prend en compte ou non cette approche, qu’il s’agisse d’un diagnostic ou d’une fouille, mais également de par les connaissances diverses nécessaires à l’appréhension des vestiges.

0

La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments

Aujourd’hui, force est de constater que les opérations d’archéologie préventive sur le bâti ont donné naissance à une pratique nouvelle et globale, dont la pluridisciplinarité accompagne et enrichit la lecture sédimentaire des sites patrimoniaux. Si la richesse des connaissances issues des « archives du sous-sol » ne sont plus à démontrer, les apports des opérations archéologiques préventives sur le bâti demeurent encore méconnus pour diverses raisons que ce séminaire nous donne à débattre. Toutefois, la concomitance d’une exploration sédimentaire avec une étude de bâti permet de mettre en avant des données complémentaires, souvent tributaires l’une de l’autre…

0

Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz, prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain.

0

Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux d’un service de collectivité territoriale à l’archéologie du bâti : l’exemple de la Métropole Nice Côte d’Azur

L’existence d’équipes pérennes sur un territoire permet, sur le long terme, d’adapter les stratégies opérationnelles et patrimoniales en concertation avec les services de l’État et les aménageurs. L’accumulation d’expériences et de connaissances sur un même territoire constitue, pour les contextes urbains en particulier, un atout majeur pour progressivement réinterpréter les dynamiques archéologiques et historiques sur le temps long. De ce point de vue, les collectivités territoriales sont souvent des interlocuteurs privilégiés qui entretiennent à la fois des rapports réguliers aussi bien avec les aménageurs publics qu’avec les services déconcentrés de l’État (SRA, MH, ABF), facilitant ainsi la mise en place d’une synergie propice aux décisions collégiales…

0

Étudier le bâti industriel contemporain des Antilles françaises. L’exemple de l’usine de glace de Petit-Bourg (Guadeloupe)

En septembre 2020, un projet de construction d’une villa sur les hauteurs de Petit-Bourg (Guadeloupe) a engendré la réalisation d’une sauvegarde par l’étude d’un ancien site industriel de production de glace attribué à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle et qui avait été oublié.

0

Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

Le château du Coudray-Salbart, classé au titre des Monuments Historiques, est considéré comme l’un des châteaux remarquables du début du XIIIe siècle en France. La qualité de son architecture défensive et le contexte historique de sa création révèlent une construction royale Plantagenêt d’une très grande ampleur. Sa qualité de conservation, le fait qu’il ait été pratiquement abandonné depuis le XVe siècle, et jamais remanié ni modifié depuis le Moyen Age, en font un témoin archéologique d’un intérêt exceptionnel.

0

Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search