Catégorie : Le diagnostic comme outil de recherche

0

25 ans de diagnostics archéologiques dans la ville antique de Carhaix

Carhaix est une petite ville du centre Finistère qui compte 7 500 habitants. Bien que son rôle administratif soit aujourd’hui secondaire (simple chef-lieu de canton), ce dernier était en revanche bien plus significatif à l’époque romaine. En effet, les archéologues s’accordent pour y reconnaître le chef-lieu de la cité des Osismes qui occupait alors la pointe de la péninsule armoricaine, à l’extrémité occidentale de la province de Lyonnaise. Il s’agit de mesurer l’évolution des connaissances accumulées depuis 25 ans et d’évaluer l’apport des données issues des diagnostics dans la réalisation d’une synthèse sur la cité antique.

1

Le diagnostic comme outil de connaissance d’une agglomération antique : l’exemple de Saint-Chéron (Essonne)

Saint-Chéron est une commune rurale de l’Essonne. Durant le XIXe siècle, des vestiges gallo-romains sont fortuitement mis au jour lors de travaux réalisés aux abords du hameau de Saint-Évroult. Il s’agit de bâtiments maçonnés parfois munis de caves, d’un hypocauste, d’un bassin de redistribution associé à de petits aqueducs mais aussi de quelques puits ou de fours domestiques. En 2008, un diagnostic archéologique préventif confirme l’existence d’une agglomération secondaire gallo-romaine.

0

Évaluations archéologiques en contexte sous-marin offshore : un nouveau protocole

Si trois décennies de diagnostics archéologiques à terre permettent désormais de s’interroger sur l’apport de ces derniers aux problématiques de la recherche, l’archéologie préventive en mer, encore balbutiante, se concentre pour l’instant sur la mise au point de méthodes opérationnelles. Aussi, cet article s’attache à dresser le bilan de quatre années d’évaluations archéologiques sur l’emprise de projets d’aménagements situées en zone offshore. Il en expose les principes méthodologiques, les principaux résultats et met l’accent sur le nécessaire développement de méthodes encore trop peu utilisées pour la détection sous-marine de potentiels vestiges archéologiques. Ce dispositif à l’origine transitoire fait, depuis décembre 2017, partie intégrante du dispositif législatif de l’archéologie préventive.

0

Diagnostic archéologique et financement de la recherche : le point de vue des collectivités territoriales

Les collectivités ayant toujours considéré le diagnostic archéologique comme un acte de recherche primordial autant que comme un outil de connaissance des territoires, elles lui accordent des moyens très conséquents. Leur objectif a toujours été de collecter l’information de la meilleure manière et non de générer des opérations complémentaires. Le diagnostic, en effet, ne doit pas être considéré comme l’étape préalable à la fouille archéologique préventive. Il constitue une opération à part entière et justifie la mise en œuvre de moyens adaptés, donc d’un financement proportionné.

0

Le rôle des diagnostics dans les recherches à visée synthétique : exemples pré- et protohistoriques

Depuis de nombreuses années, la part des opérations de diagnostic ne cesse d’augmenter au sein de l’archéologie préventive. Ainsi, dans divers pays d’Europe du Nord-Ouest, des cadres légaux plus ou moins robustes ont été mis en place ces vingt à trente dernières années donnant une place essentielle aux diagnostics sous diverses formes, le plus souvent par le biais de tranchées mécanisées disposées à intervalles divers. Dès lors que, dans ces pays, l’archéologie préventive correspond aujourd’hui à la majorité des opérations de terrain, et que les diagnostics en constituent la part essentielle, il en résulte une exceptionnelle masse de données potentielles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search