Catégorie : Séminaires méthodologiques

0

Les apports de la géoarchéologie au diagnostic : l’exemple de la LGV Rhin-Rhône

Fin 2004, l’opération d’archéologie préventive liée à la construction de la LGV Rhin-Rhône (reliant Dijon à Belfort), a constitué un enjeu scientifique majeur pour la connaissance des modalités de peuplement et des sociétés préhistoriques et historiques de ce vaste secteur géographique mal documenté. Ce projet a offert l’opportunité de réaliser un « transect archéologique » sur une longueur conséquente à travers des entités naturelles complémentaires susceptibles de fournir une documentation inédite sur l’histoire de l’occupation du sol entre l’implantation des premiers producteurs néolithiques et les villages actuels. L’objectif de l’approche géomorphologique, à l’occasion des sondages de diagnostic, était de retracer l’histoire pédo-sédimentaire des géosystèmes traversés.

0

L’approche géomorphologique systématique à l’échelle d’un territoire : le cas de Nîmes

L’approche géomorphologique systématique telle qu’elle se pratique aujourd’hui à Nîmes (Gard), dès la phase de diagnostic, est née de la prise en compte progressive des données paléoenvironnementales comme élément essentiel de la lecture des paysages et des interactions qui s’établissent avec les activités humaines. Dès 1989, la présence d’un pédologue dans l’équipe de fouille de la ZAC des Halles avait permis une approche totalement nouvelle de l’étude des sols. Le développement périurbain, principalement au sud de la ville, avait entraîné dans le même temps des prescriptions archéologiques sur des terrains encore peu investis par l’archéologie.

0

L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.

0

L’approche géomorphologique sur les terrasses de la Garonne

Depuis quelques années, plusieurs grandes opérations de diagnostic archéologique ont concerné le domaine des terrasses de la Garonne aux alentours de Toulouse. Le suivi géomorphologique a permis de relever une grande quantité d’informations d’ordre morphologique, sédimentologique et pédologique. Les principaux résultats ont servi à répondre à la question de l’origine de la couverture limoneuse des terrasses. La confrontation avec les données issues de l’archéologie a contribué à définir l’existence de contextes plus favorables à la préservation des vestiges. L’état de conservation des sites archéologiques fournit des indications sur les dynamiques sédimentaires postérieures, en particulier concernant l’impact récent de l’homme sur le milieu.

0

Un nouveau protocole de démarrage des diagnostics : une « fiche-type » géologique élaborée en amont

Pour les responsables d’opération et les spécialistes du paléoenvironnement (en particulier les géologues et géomorphologues), les diagnostics en cours de préparation à l’Inrap ne sont généralement pas connus suffisamment à l’avance. Une seule journée de préparation est parfois attribuée aux responsables d’opération, afin de récolter les données techniques préparatoires et de mettre en place l’opération de diagnostic. C’est souvent trop peu pour se préoccuper du milieu géologique dans lequel ils vont intervenir, la priorité étant accordée aux problèmes techniques et à la sécurité… Nous avons choisi de soumettre au collectif des géoarchéologues de l’Inrap un nouveau protocole de suivi à élaborer en amont des opérations de diagnostic.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

0

Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Réflexions et recommandations

Les débats se sont organisés autour d’une dizaine de communications, et la diversité des mots utilisés durant ces journées n’a, à aucun moment, été objet de discussions. Pourtant la lecture des contributions révèle une variabilité de termes. En dépit de la nécessité de disposer d’un vocabulaire scientifique univoque, les interrogations touchant à l’environnement, supposé naturel, peuvent être regroupées selon trois axes principaux : la caractérisation des séquences sédimentaires, l’évolution des reliefs dans le temps, l’analyse des sols associés et la compréhension des processus « post-dépositionels » (taphonomie) ; la définition d’un paysage et l’analyse de son exploitation ; la caractérisation des comblements de structure.

0

Le diagnostic des ensembles funéraires : Introduction

L’évaluation et le montage des opérations de fouilles des ensembles funéraires est particulièrement difficile. Dans de nombreuses situations, la réalité constatée lors des fouilles se révèle éloignée de l’estimation des moyens. Par ailleurs, les sites funéraires représentent un pourcentage important des découvertes effectuées à l’Inrap et ont un impact financier non négligeable, le coût unitaire de fouille (par ensemble funéraire) étant relativement élevé. Il a donc paru urgent d’approfondir cette question en faisant appel à des expériences et des compétences à l’échelle nationale, dans le cadre de ce premier séminaire méthodologique.

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Diagnostic en milieu funéraire en Champagne-Ardenne

Cet article a pour objet une approche critique de la mise en évidence des données funéraires dans la région Champagne-Ardenne. Celle-ci est directement liée aux caractéristiques de ces occupations (de l’inhumation isolée au cimetière stratifié) et des vestiges qu’elles révèlent. Il a été rédigé avec la collaboration des agents de l’Inrap et du service régional de l’archéologie de la région concernée.

0

Le diagnostic des ensembles funéraires en Bourgogne et Franche-Comté

Les données qui sont présentées dans cet article portent sur des diagnostics dont les rapports ont été déposés à la direction Grand Est Sud de l’Inrap, en 2003 et 2004. Au terme de ces deux années, il apparaît que onze sites ont été diagnostiqués en Bourgogne, portant tout ou partie sur un ensemble funéraire, pour trois en Franche-Comté. Les interventions dans cette région sont liées à des centres urbains, quel que soit le département concerné.

0

Thann, Place Joffre

La ville de Thann, située au débouché de la vallée de la Thur en Alsace du Sud, a fait l’objet d’un ensemble de campagnes archéologiques liées à une opération de restructuration urbaine (projet de rénovation de la place Joffre située au cœur de la ville et à la périphérie de la collégiale Saint-Thiébaud). À la suite des deux campagnes de diagnostic archéologique réalisées en 2001, une fouille préventive fut effectuée au début de l’année 2004. Sur le plan patrimonial, l’opération préventive était complétée par un projet de valorisation d’éléments du tissu urbain ancien ou encore une chapelle sur ossuaire de la fin du Moyen Âge. L’étude du cimetière paroissial constituait donc un élément d’une problématique classique de l’archéologie urbaine.

0

Les sépultures des Mottelettes, à Poulainville

La commune de Poulainville se situe dans le département de la Somme, au nord de la ville d’Amiens. Les parcelles concernées par le diagnostic puis la fouille se localisent au nord de la rivière Somme, à 3 km de la vallée. Topographiquement, ces parcelles sont situées sur un plateau calcaire, entre 60 et 70 m NGF, plus précisément sur la frange du plateau et sur les versants en pente douce (au maximum 2 %). Ce plateau est recouvert de colluvions limono-crayeuses. Des photographies aériennes réalisées par Roger Agache sur cette partie du plateau ont montré la présence d’enclos et de réseaux fossoyés. Le domaine funéraire est représenté par des petits groupes de sépultures liées à des établissements ruraux du IIIe s. av. n. è. au IIe s. de n. è.

0

Diagnostics archéologiques et contextes funéraires : l’exemple atypique de la Bassée

Le suivi archéologique continu des carrières d’extraction de graviers de la basse vallée de la Seine et de l’interfluve Seine-Yonne a été effectué pendant plus de trente ans. Le décapage des emprises a été réalisé selon des normes de surveillance puis d’intervention systématique, à mesure de la mise au jour des sites. Des dizaines de contextes funéraires ont ainsi pu être appréhendés puis fouillés, toutes périodes confondues, proposant à la réflexion une grande diversité de schémas d’occupation de l’espace dévolu aux défunts.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search