À LA UNE

0

La conservation et la gestion des biomatériaux au sein du CCE d’Alsace

Le Centre de Conservation et d’Étude (CCE) d’Alsace, porté par Archéologie Alsace, les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et la DRAC Grand Est, a été inauguré, en 2016, à Sélestat en vue d’améliorer la conservation et la gestion du mobilier archéologique à l’échelle de l’Alsace. Les biomatériaux sont particulièrement bien représentés au CCE, notamment parce que les principaux musées alsaciens, par manque de place et de locaux adaptés, ne peuvent parfois pas les accueillir lorsqu’il s’agit de lots importants (faune notamment). Ils sont dès lors conservés au CCE dans des dépôts spécifiques afin de garantir une conservation et une gestion optimale, en fonction de leur nature. Des échanges réguliers avec les spécialistes ont pour objectif d’enrichir progressivement les inventaires avec les données d’étude. Grâce aux salles d’étude du CCE, comprenant également des collections de référence, ces restes sont régulièrement étudiés et facilement accessibles. Des protocoles et procédures à respecter en cas de prélèvement pour analyses destructrices ont été récemment élaborés afin de cadrer au mieux les nombreuses sollicitations.

1

Nouveau protocole de prélèvement et de préparation des macro‐charbons pour une généralisation des études anthraco‐chronologiques

Les développements méthodologiques en anthracologie permettent actuellement d’obtenir des spectres de fréquences de taxons représentatifs des environnements passés, moyennant des conditions précises d’échantillonnage et de tamisage. Pourtant, d’autres informations sont disponibles dans les charbons de bois, en particulier ceux de taille pluricentimétrique. Depuis le début des années 2000, plusieurs recherches se fondent sur les informations de morphologie des cernes (courbure, largeur, etc.) des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique, afin de répondre à des questions liées aux durées d’occupation des sites, à l’interdatation des structures domestiques ou artisanales, à la gestion du combustible, etc. Toutefois, l’aspect chronologique reste peu ou non exploité dans les études anthracologiques.

0

Pour une approche géoarchéologique systématique du diagnostic : exemple du territoire lorrain

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme un prérequis au diagnostic et ce dès la phase préparatoire de l’opération. Cet article propose de montrer comment l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux à partir de quelques exemples lorrains choisis.

1

La dendrochronologie : potentialités et nouveaux enjeux pour l’archéologie

La dendrochronologie, méthode de datation qui étudie la variation des largeurs de cernes de croissance des arbres, est habituellement utilisée en archéologie pour obtenir une datation absolue. Le dialogue et le partage de données entre les différents acteurs de la discipline sont nécessaires afin de fiabiliser les résultats. L’analyse des bois archéologiques ne se limite toutefois pas à cette seule datation et de nouvelles approches voient le jour permettant l’émergence de nouveaux champs de recherche et le comblement des espaces et des chronologies encore lacunaires. Dans ce contexte, la dendrochronologie contribue à une meilleure compréhension des pratiques sylvicoles et de l’état des forêts, mais aussi à leur localisation dans des espaces peu ou fortement anthropisés. La sélection des arbres, les exploitations forestières et leur évolution au cours du temps ainsi que la provenance des bois, sont autant d’informations qui peuvent être mises en perspective entre un site archéologique et son environnement. Plus spécifiquement, cet article a pour objectif de présenter ces nouvelles approches dendrochronologiques et leurs enjeux dans le cadre de l’archéologie.

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

L’archéo-xylologie est l’étude des bois archéologiques principalement découverts en milieu humide. Ces bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation). Les vestiges se font pourtant rares et seule une infime partie est parvenue jusqu’à nous du fait, d’une part, des conditions particulières nécessaires à leur conservation et, d’autre part, du hasard de leur découverte.

1

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

La compréhension de l’architecture funéraire a fait d’immenses progrès grâce au développement de la thanato-archéologie. L’étude de la taphonomie de la tombe permet d’appréhender une petite partie du processus funéraire tel que son aménagement interne. Cependant, un certain nombre de faits nous sont totalement invisibles sans un recours à d’autres sciences. Ainsi, quinze années de travaux menés en Champagne-Ardenne ont permis de révéler que, de façon récurrente, les squelettes retrouvés dans les tombes médiévales (principalement du haut Moyen-Âge, mais également du bas Moyen-Âge) ne reposent pas sur le fond de la fosse mais sur une dizaine de centimètres de sédiment. Ces squelettes présentent généralement des indices de décomposition dans un contenant rigide parfois associé à une enveloppe souple. Cependant, la présence de ces contenants ne peut à elle seule expliquer cette surélévation du corps et se pose la question du niveau de dépôt de ce dernier dans le dispositif funéraire.

0

Constituer une ostéothèque : l’exemple du service archéologique du Grand Reims

Les collections ostéologiques sont un outil indispensable à toute étude archéozoologique. Néanmoins, bon nombre d’archéozoologues travaillant dans le domaine de l’archéologie préventive n’ont pas accès quotidiennement à une ostéothèque digne de ce nom du fait, notamment, de la répartition inégale des principales collections de comparaison sur le territoire national. Ainsi, à partir de 2016, le service archéologique du Grand Reims a mené une réflexion dans le but de constituer une ostéothèque plus étoffée avec la nécessaire mise en place d’une chaîne opérationnelle allant de l’acquisition du cadavre animal à sa préparation ostéologique.

1

Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique

L’école thématique Archéobios (I. Théry-Parisot et L. Gourichon, CEPAM-UMR 7264) a été conçue comme un trait d’union entre les archéologues et les spécialistes, souvent absents sur le terrain. Les restes biologiques sont des archives archéologiques au fort potentiel informatif dont les traces sont parfois ténues et fragiles. Leur étude répond à des exigences d’échantillonnage, de prélèvement, de conservation spécifiques à chaque matériau, et à des problématiques précises. Si les gestes lors des fouilles sont une étape déterminante pour leur analyse, les contingences logistiques imposées aux responsables d’opérations, particulièrement en archéologie préventive, peuvent être parfois préjudiciables au potentiel des études. L’accent de cette école a été mis sur la sensibilisation des archéologues aux enjeux scientifiques portés par les études des archives biologiques ; l’acquisition des compétences techniques et théoriques sur l’échantillonnage, le prélèvement et la valorisation des vestiges ; la sensibilisation des spécialistes aux difficultés du terrain ; la création d’un réseau facilitant les échanges futurs. Les remarques et les suggestions des participants en fin de stage ont permis des réajustements pour le déroulé de la session suivante afin d’être au plus près des attentes des stagiaires.

0

Le stage Archéologie environnementale : une approche thématique et transversale des sciences naturelles appliquées à l’archéologie préventive

La formation interne de l’Inrap « Archéologie environnementale » vise à présenter les apports des différentes disciplines bioarchéologiques et géoarchéologiques mises en œuvre pour une meilleure compréhension des activités humaines au cours du temps. Des exemples croisés sont présentés par thématique, comme la restitution du paysage, l’exploitation des milieux, les pratiques funéraires, artisanales, agro-pastorales et alimentaires. Les différents thèmes y sont traités de façon transversale, en hiérarchisant les apports et limites de chacune des disciplines : géomorphologie, pédologie, micromorphologie, palynologie, malacologie, carpologie, xylo- et anthracologie, étude des phytolithes, entomologie, paléoparasitologie, archéozoologie et ichtyologie. Le stage est également un moment d’échanges entre les intervenants et les stagiaires (responsables et techniciens d’opération, directeurs adjoints scientifiques et techniques), mais aussi avec les « décideurs » et personnes en charge des prescriptions, afin que puissent être envisagées, en amont, les études les mieux adaptées aux contextes et aux problématiques scientifiques.

1

Le rapport d’analyse carpologique : exposé des minimums méthodologiques communs attendus par la communauté archéologique (carpologues, responsables d’opérations, services de l’État)

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques.

1

Vertébrés : un projet d’atlas ostéologique dématérialisé

L’application « Vertébrés » est le fruit d’une collaboration entre le laboratoire CNRS Archimède UMR 7044, Archéologie Alsace et Laetoli Production. Elle est développée, entre autres, dans le cadre d’un projet Idex 2018 de l’Université de Strasbourg. Il s’agit d’un atlas d’ostéologie interactif permettant de manipuler, comparer et mesurer de véritables spécimens numérisés en 3D. « Vertébrés » s’adresse plus particulièrement à un public de chercheurs et d’étudiants mais également à un public plus large (enseignants, élèves, musées, amateurs…). L’application est accessible en ligne, gratuitement, sur simple inscription. Elle comprend aujourd’hui 2 000 ossements numérisés appartenant à 12 spécimens. Son usage est fluide et intuitif et ne nécessite pas de connaissances informatiques particulières.

0

La bioarchéologie en France : état des lieux, enjeux et perspectives

La bioarchéologie est l’étude des vestiges biologiques recueillis dans le cadre de fouilles archéologiques tels que les restes végétaux et animaux, mais aussi leurs composants physico-chimiques, génétiques et les traces de substances organiques (lait, graisses, cires…). Elle regroupe un très large éventail d’approches et de disciplines : archéozoologie, archéobotanique, analyses chimiques, isotopiques ou moléculaires, menées à des échelles très diverses et envisagées de façon croisée. Son évolution récente est marquée par un important renouvellement tant au niveau des outils et techniques que des méthodes. Ainsi, les données bioarchéologiques peuvent être intégrées aux grandes problématiques anthropologiques : reconstitution des environnements et de la biodiversité du passé, restitution des pratiques agricoles et pastorales et compréhension des relations entre les sociétés et leur environnement.

0

Le stratotype culturel territorial : essai de formalisation d’un outil d’archivage et de modélisation des données archéologiques mis en œuvre dès le diagnostic

À travers la présentation d’une opération de diagnostic menée dans le département de La Manche (50), sur le contournement routier de Marcey-les-Grèves, est évalué l’intérêt scientifique de la constitution d’un « stratotype culturel territorial » dans le cadre de ce type d’opération archéologique. Cet outil, qui s’apparente à un tableau chronologique à indicateurs multiples, vise à ordonner chronologiquement et morphologiquement l’ensemble des vestiges mis au jour lors d’une opération de diagnostic. Son but est de mettre en évidence l’éventuelle existence de signatures territoriales. Pour exemple, deux stratotypes culturels territoriaux synchrones mais différents signeraient l’existence de deux territoires à significations taphonomiques ou culturelles différentes. La méthode repose sur une analyse immanente des vestiges réalisée essentiellement à l’aide de la technique chrono-stratigraphique, consubstantielle à l’archéologue. Cette analyse, permanente en ses principes, est menée à différentes échelles : depuis la structure, en passant par l’intrasite, jusqu’à sa généralisation au niveau d’un territoire (intersites).

0

De la détection à l’expertise : l’apport des opérations de diagnostic dans la plaine de Troyes

Le secteur de la plaine de Troyes, petit territoire du Grand Est parisien dont la dynamique économique est représentative de celle de nombreuses petites villes de France, fait désormais partie des principales zones d’activité d’archéologie préventive du nord de la France. Cet état de fait est notamment le fruit d’un suivi actif, conscient et régulier, des surfaces soumises à aménagement depuis plus de 25 ans de recherches archéologiques. Le programme collectif de recherche (PCR) « Plaine de Troyes », qui établit un bilan complet sur la trajectoire de ce territoire, a pour objectif d’appréhender la dynamique spatiale des occupations humaines des premiers agriculteurs du Néolithique ancien jusqu’au territoire polarisé par la ville de Troyes au temps des comtes de Champagne. Conçu sur une base résolument géographique, ce programme explore les données sous l’angle spatial (cartographie, statistiques) mais aussi de la longue durée, pour une meilleure compréhension de la logique d’évolution territoriale. Il s’agit de poser un diagnostic réflexif sur la longue série d’opérations déjà menées et d’interroger la représentativité de leurs résultats. Leur analyse détaillée met en lumière la complexité des facteurs entrant en ligne de compte, de la détection jusqu’à la restitution des grandes lignes du peuplement ancien à laquelle s’attache tout projet de territoire. Elle ouvre également la discussion sur les stratégies que l’archéologie préventive doit adopter pour répondre à une exigence strictement scientifique, sans être influencée par des considérations commerciales ou politiques. Le projet vise également à constituer un jeu de données statistiques, caractérisé par de multiples variables qualitatives et quantitatives, tout en fournissant des résultats aisément reproductibles par d’autres secteurs bien suivis. Plus généralement, l’objectif est de concourir à l’écriture d’un nouveau discours sur l’histoire globale des territoires de l’isthme français.

0

Le diagnostic archéologique : un outil de recherche et de prospective en Eure-et-Loir

Depuis 2005, le Service d’archéologie préventive d’Eure-et-Loir a pris en charge près de 40 % des diagnostics prescrits sur le département. De la préparation des opérations à la diffusion des résultats, l’équipe d’archéologues place le diagnostic au cœur d’une démarche scientifique globale. Le séminaire de Caen était donc l’occasion de partager ces 13 années d’expérience et de pratique du diagnostic en collectivité territoriale. Après avoir brièvement exposé le cadre de cette pratique, l’accent est mis sur trois principaux axes de travail issus de la recherche conduite lors des diagnostics : la connaissance des contextes chrono-stratigraphiques à l’échelle du département, la modélisation de l’occupation des territoires, l’utilisation des données isolées dans des réflexions multiscalaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search