Séminaires scientifiques et techniques

L’Inrap, par sa dimension nationale, a pour vocation de catalyser la réflexion sur les méthodes et les thèmes de recherches liés à l’archéologie préventive. En s’appuyant sur les expériences concrètes et les interrogations des différents acteurs de l’archéologie, la direction scientifique et technique de l’institut a mis en place, en 2017, des séminaires semestriels associant services régionaux, collectivités, universités, établissements de recherche et Inrap.

Archéologie et intégrité scientifique : encadrer, produire, exploiter, diffuser l’information archéologique [7-8 novembre 2023, Paris]

Alors que l’Inrap est signataire de la charte française de déontologie des métiers de la recherche, il convient d’engager au sein de l’établissement une sensibilisation à la question d’intégrité scientifique, appliquée à l’archéologie en général et illustrée par la conduite de la recherche en archéologie préventive. L’intégrité scientifique, synonyme d’honnêteté, celle que le chercheur se doit autant pour l’élaboration du savoir que pour son exploitation et sa transmission, garantit la qualité de la recherche. En outre, l’intégrité doit être en conformité avec l’éthique, c’est-à-dire en adéquation avec les valeurs sociétales, et avec une déontologie qui maintient distance et indépendance vis-à-vis de liens d’intérêts. À cela, s’ajoute un autre paramètre, celui de la technologie, sans laquelle aucun résultat ne peut être produit, diffusé, reçu et exploité. Ce paramètre peut même être central alors que se renouvellent et se remodèlent les vecteurs du savoir – en particulier l’imagerie, voire des formes de contrefaçons avec l’émergence de l’intelligence artificielle.


Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive [3-4 novembre 2022, Lyon]

En archéologie, les études documentaires et d’archives sont couramment pratiquées, notamment pour les périodes historiques. Elles contribuent de façon importante à la compréhension d’un site archéologique. Le champ d’étude couvert est vaste et la typologie des sources très variée. Les études documentaires reposent avant tout sur de la bibliographie et des sources iconographiques ou cartographiques. Les études d’archives amènent souvent à des dépouillements de séries inédites, en fonction des problématiques liées à des fouilles archéologiques. Il s’agit ici d’aborder les questions de prescriptions, les fonds et outils à disposition, les pratiques, les savoir-faire mais aussi les potentialités de telles études… Ce séminaire ambitionne également de développer les interactions entre archéologues, spécialistes des sources documentaires et archives, archivistes et historiens.


Archéologie préventive sur le bâti [28-29 octobre 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue]

Développée dans les années 1980, en lien avec le déploiement de l’archéologie préventive en France, l’analyse du bâti porte sur tous les types de constructions, quelles que soient leur période, nature ou fonction. Les vestiges construits sont des témoignages incontournables des occupations anciennes, au même titre que les autres types d’objets retrouvés en fouille. Ils constituent un élément essentiel à la compréhension des cadres de vie des communautés passées, à partir duquel s’articulent les activités quotidiennes. L’étude archéologique pratiquée sur ces vestiges est donc essentielle pour appréhender et contextualiser ces occupations dans leur globalité et sur la durée, d’un point de vue sociétal et environnemental. Envisager un édifice sous l’angle de sa stratification vise donc à restituer l’histoire des aménagements successifs de ce dernier, depuis le chantier originel en passant par les différentes phases de reprises, de transformations, d’abandon et, parfois même, de démantèlement. De par sa spécificité, cette méthode affine l’histoire de l’édifice, de ceux qui l’on construit, qui l’on fait vivre et évoluer dans sa forme et ses fonctions, aboutissant parfois même à sa disparition du paysage architectural. Les problématiques abordées portent désormais sur des champs très diversifiés qui concernent tout autant l’évolution des formes et des types de l’architecture publique ou privée, que les techniques de construction, les matériaux ou les décors. C’est aussi une source inédite sur l’histoire des techniques et des savoir-faire avec, notamment, l’apport d’une vision nouvelle de l’organisation des chantiers de construction, ou encore de la gestion des approvisionnements. Plus largement, ces observations permettent une lecture dynamique de l’espace en montrant son évolution de l’Antiquité à l’Époque contemporaine.


Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches [28-29 novembre 2019, Sélestat]

L’évolution récente de la bioarchéologie est marquée par un important renouvellement, tant au niveau des outils et des techniques, que des méthodes. Ainsi, il est possible de pousser de plus en plus loin le travail d’investigation. Toutefois, l’archéologie préventive, qui génère aujourd’hui le plus grand corpus de données bioarchéologiques, impose la prise en compte d’exigences particulières, en vue de mener à bien ces études spécialisées : temps et moyens limités sur le terrain et en post-fouille, études souvent absentes ou sous-estimées dans le cadre des prescriptions et des projets scientifiques d’intervention… La prise en compte de ce principe de réalité suscite, depuis plusieurs années, au sein de la communauté des bioarchéologues, différents travaux en vue de proposer un « minimum méthodologique commun » permettant de garantir la qualité scientifique minimale de ces études. Ces « minimums » doivent être appliqués sur l’ensemble de la chaîne opératoire d’une opération archéologique, et même, au-delà : collecte des données, prélèvement, traitement et analyse des vestiges, restitution des résultats de l’étude sous la forme de documents scientifiques réutilisables (rapport d’opération, publication), échantillonnage a posteriori en vue d’analyses spécialisées… Ces réflexions s’accompagnent de la mise en place de référentiels, de collections de comparaisons, de protocoles et d’outils (enregistrement, analyse) communs, le plus souvent dématérialisés.


Imagerie numérique et 3D [26-27 juin 2018, Rennes]

La modélisation 3D et l’imagerie numérique sont désormais d’utilisation courante en archéologie, notamment comme outil d’aide au relevé, à l’étude et à la diffusion des résultats. Les outils et logiciels inhérents à ces technologies numériques ont déjà donné lieu à de nombreux retours d’expériences, d’études ou de comparaisons. Aussi ce 3e séminaire traite principalement de leur apport heuristique : modalités d’intégration dans les processus d’enregistrement, changements méthodologiques observés sur le terrain et en post-fouille, évolution des questionnements scientifiques, modes d’analyses, d’interprétation et de diffusion des données. Les présentations rendent compte de retours d’expérience dans des contextes chronologique et opérationnel variés (archéologie préventive, programmée, subaquatique). Elles abordent l’étude de vestiges de toutes natures (bâti, funéraire, mobilier, grottes, gravures, etc.) et l’emploi de différentes techniques (photogrammétrie, lasergrammétrie, tomodensitométrie, etc.).


Le diagnostic comme outil de recherche [28-29 septembre 2017, Caen]

Pionnier il y a une trentaine d’années, le diagnostic est couramment pratiqué sur l’ensemble du territoire depuis vingt ans. Il suscite depuis 1993, et surtout depuis la mise en place de la loi de 2003, la publication d’une série de tables rondes ou de séminaires organisés par le Ministère de la Culture et par l’Inrap. Les actes de ces rencontres témoignent du développement de la pensée archéologique et des acquis méthodologiques associés à cette pratique spécifique. Ils montrent également que l’on demeure au seuil de la réflexion sur la capacité à utiliser les données qui en sont issues comme de véritables objets archéologiques à la portée scientifique convergente et bien souvent complémentaire des résultats obtenus lors des fouilles. Alors que la valeur scientifique de la donnée issue d’un diagnostic paraît généralement admise, le potentiel de cette technique d’échantillonnage des sols sur le plan de la recherche, dans ses dimensions fondamentale et appliquée, semble pourtant éludé ou ignoré, à l’exception des contextes urbains et pléistocènes. En outre, le rapport de diagnostic archéologique consiste encore le plus souvent en un document de pur « métrage » éludant la portée scientifique intrinsèque des informations collectées. Le séminaire de Caen se fixait pour objectif de contribuer à passer ce seuil. Les questions de méthode (taux, maille, largeur de creusement …) n’y étaient pas abordées. Les présentations portaient sur diverses tentatives et expérimentations ayant en commun d’utiliser le diagnostic dans le but de construire des modèles heuristiques à hautes résolutions. Ces derniers visent à rendre compte de l’évolution de l’emprise humaine sur le milieu naturel, sa lente transformation et son aménagement au profit d’espaces ruraux anthropisés ou de milieux urbains.


Actualité de l’Open Access en archéologie française [23 et 24 mars 2017, Paris]

Une première journée de colloque a réuni une centaine de personnes ; les intervenants ont présenté des retours d’expérience menée dans le domaine de l’Open Access, en France comme à l’étranger (ADS, CNR), en archéologie (SRA Bretagne, Inrap) comme dans d’autres disciplines scientifiques (Inria, université Grenobles-Alpes, université Paris-Est Créteil). La journée s’est clôturée par une table ronde réunissant des représentants du CNRS, de l’université de Montpellier, d’Alsace archéologie, du SRA Île-de-France et de l’Inrap, autour de la question du partage de la donnée en archéologie. Une deuxième journée était organisée en quatre ateliers consacrés à la gestion, à l’archivage, au partage et à la diffusion des données produites au cours des opérations archéologiques. Elle a permis à une cinquantaine d’agents de l’institut de réfléchir aux enjeux et aux conditions de la mise en œuvre d’une démarche d’Open Access à l’Inrap​.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search