Étiqueté : archéologie funéraire

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

Diagnostic en milieu funéraire en Champagne-Ardenne

Cet article a pour objet une approche critique de la mise en évidence des données funéraires dans la région Champagne-Ardenne. Celle-ci est directement liée aux caractéristiques de ces occupations (de l’inhumation isolée au cimetière stratifié) et des vestiges qu’elles révèlent. Il a été rédigé avec la collaboration des agents de l’Inrap et du service régional de l’archéologie de la région concernée.

0

Les sépultures des Mottelettes, à Poulainville

La commune de Poulainville se situe dans le département de la Somme, au nord de la ville d’Amiens. Les parcelles concernées par le diagnostic puis la fouille se localisent au nord de la rivière Somme, à 3 km de la vallée. Topographiquement, ces parcelles sont situées sur un plateau calcaire, entre 60 et 70 m NGF, plus précisément sur la frange du plateau et sur les versants en pente douce (au maximum 2 %). Ce plateau est recouvert de colluvions limono-crayeuses. Des photographies aériennes réalisées par Roger Agache sur cette partie du plateau ont montré la présence d’enclos et de réseaux fossoyés. Le domaine funéraire est représenté par des petits groupes de sépultures liées à des établissements ruraux du IIIe s. av. n. è. au IIe s. de n. è.

0

Diagnostics archéologiques et contextes funéraires : l’exemple atypique de la Bassée

Le suivi archéologique continu des carrières d’extraction de graviers de la basse vallée de la Seine et de l’interfluve Seine-Yonne a été effectué pendant plus de trente ans. Le décapage des emprises a été réalisé selon des normes de surveillance puis d’intervention systématique, à mesure de la mise au jour des sites. Des dizaines de contextes funéraires ont ainsi pu être appréhendés puis fouillés, toutes périodes confondues, proposant à la réflexion une grande diversité de schémas d’occupation de l’espace dévolu aux défunts.

0

Du diagnostic à la fouille des ensembles funéraires de Cergy, Serris et Bobigny

Comment évaluer la prédictibilité d’un diagnostic en contexte funéraire ? Les grands ensembles funéraires à avoir fait l’objet d’un diagnostic puis d’une fouille ne sont pas légion dans la région francilienne. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à travers trois cas : l’église Saint-Christophe à Cergy-Village (Val-d’Oise), le cimetière du haut Moyen Âge de Serris/Les Ruelles (Seine-et-Marne) et le cimetière de La Tène moyenne de Bobigny/Hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis).

0

Diagnostiquer la catastrophe ? Les cas d’Issoudun et de Bourges

Depuis la fouille archéologique du cimetière Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir), les archéologues de la région Centre sont particulièrement sensibilisés à l’étude des sépultures dites de catastrophe. Mais c’est l’opération d’archéologie préventive ayant eu lieu à Issoudun (Indre), au cimetière moderne (XVIIe-XVIIIe s.) où 201 corps ont été retrouvés dans 14 fosses, qui est à l’origine d’une attention particulière pour ce type de site, en région Centre en général et dans le Berry en particulier.

0

La nécropole néolithique de Thonon-les-Bains

Des sondages archéologiques ont été réalisés en 2002 sur une portion du tracé du contournement de Thonon. Les 178 sondages ont été disposés en quinconce sur toute la longueur du tracé. La trame a été élargie dans les secteurs à faible recouvrement et en l’absence d’indices d’occupations et resserrée dans les zones sensibles et positives. Au total, la surface sondée couvrait environ 145 200 m2. C’est dans ce cadre que des cistes monolithiques de très grande dimension ont été mises au jour. Elles correspondent à un type de sépulture connu dans la région du lac Léman, celui observé dans les nécropoles du Néolithique moyen type Chamblandes du Cortaillod moyen.

0

La ZAC du Mas de Vignoles IV à Nîmes

Le lieu-dit Mas de Vignoles est situé au sud de l’agglomération nîmoise, dans un secteur de plaine alluviale dont le potentiel archéologique est attesté depuis une dizaine d’années grâce à de multiples diagnostics et de fouilles. Ces opérations ont permis de détecter plusieurs occupations néolithiques matérialisées principalement par des structures en creux (fosses et fossés, quelques foyers). Elles se rapportent majoritairement à des habitats. Quelques sépultures individuelles isolées et un ensemble de neuf tombes sont également recensés dans les environs immédiats du Mas de Vignoles IV.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search