Étiqueté : archéologie préventive

0

Le diagnostic archéologique : instrument d’une politique du patrimoine ou de la recherche archéologique ?

La loi sur l’archéologie préventive de 2001 a instauré le « diagnostic archéologique » comme une pratique nécessaire (voire indispensable) dans le processus administratif déterminant la présence ou non de vestiges archéologiques et la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. Or, avant d’être présent dans le code du patrimoine, le diagnostic archéologique avait déjà quelques décennies derrière lui et participait d’une recherche scientifique alors plus faiblement dotée.

0

L’archéozoologie dans la chaîne opératoire de l’archéologie préventive en France : du diagnostic au rendu de rapport de fouille

S’inscrivant, à des degrés divers, dans l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie préventive, les sciences du vivant et, plus spécifiquement l’archéozoologie, contribuent pleinement à la compréhension des sites et des activités humaines passées. Néanmoins, malgré la démonstration sans cesse renouvelée des apports de cette discipline, la pratique quotidienne de l’archéozoologie en contexte préventif est aujourd’hui fréquemment sujette à une restriction des moyens financiers ainsi que des champs d’étude, menant à une modification substantielle du contenu des travaux.

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

Pour une approche géoarchéologique systématique du diagnostic : exemple du territoire lorrain

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme un prérequis au diagnostic et ce dès la phase préparatoire de l’opération. Cet article propose de montrer comment l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux à partir de quelques exemples lorrains choisis.

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

L’archéo-xylologie est l’étude des bois archéologiques principalement découverts en milieu humide. Ces bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation). Les vestiges se font pourtant rares et seule une infime partie est parvenue jusqu’à nous du fait, d’une part, des conditions particulières nécessaires à leur conservation et, d’autre part, du hasard de leur découverte.

0

Bois gorgés d’eau ou carbonisés découverts en contexte humide auvergnat : potentiel d’étude et d’archéologie expérimentale (Chevagnes, Saint-Flour, Pontcharaud…)

Il s’agira de présenter un retour d’expérience sur la gestion scientifique et pratique des bois gorgés d’eau ou carbonisés, à partir de 3 fouilles auvergnates. Différents aspects seront abordés : contextes de découverte, organisation pratique de la fouille et des prélèvements, analyses réalisées (dendrologie, xylologie, etc.), tentatives de reconstitutions réalisées à partir des données de fouilles, résolution des problèmes techniques et réponses apportées aux problématiques scientifiques.

0

Diagnostic archéologique et financement de la recherche : le point de vue des collectivités territoriales

Les collectivités ayant toujours considéré le diagnostic archéologique comme un acte de recherche primordial autant que comme un outil de connaissance des territoires, elles lui accordent des moyens très conséquents. Leur objectif a toujours été de collecter l’information de la meilleure manière et non de générer des opérations complémentaires. Le diagnostic, en effet, ne doit pas être considéré comme l’étape préalable à la fouille archéologique préventive. Il constitue une opération à part entière et justifie la mise en œuvre de moyens adaptés, donc d’un financement proportionné.

0

La fouille mécanisée : enjeux méthodologiques et scientifiques : Introduction

Le recours aux engins mécaniques sur les chantiers archéologiques est maintenant une pratique courante. Les archéologues les utilisent pour les diagnostics, pour les décapages et parfois même pour les fouilles. Si l’histoire de la mécanisation en archéologie n’est pas facile à retracer parce qu’elle a généré très peu d’écrits, on sait que quelques grands chantiers ont fait évoluer les pratiques. Avant d’aborder le sujet de « la fouille mécanisée », peut-être est-il bon de rappeler que, si la mécanisation en archéologie n’est plus remise en cause aujourd’hui pour les décapages de sites et les diagnostics, il n’en a pas toujours été ainsi.

0

Le Parc logistique de l’Aube, fouille de 2006 : contexte méthodologique et genèse

L’opération d’archéologie préventive de Buchères a beaucoup fait parler d’elle car elle n’a pas été menée selon nos méthodes de travail habituelles. Il s’agit, en effet, de la première expérimentation de mécanisation associée à un tamisage in situ et à une échelle semi-industrielle.

0

Utilisation systématique de la mini-pelle en archéologie urbaine à Marseille

En archéologie urbaine, il n’existe pas, comme en archéologie rurale, cette couche superficielle, stérile ou peu intéressante, qui peut être décapée préalablement à la fouille, les structures étant disposées pratiquement sur un seul plan, à la surface du substrat. En ville, chaque portion de la séquence présente un intérêt et surtout, elles s’imbriquent verticalement les unes dans les autres. Bien malin qui pourra trouver des niveaux de clivage permettant, au moyen d’un décapage mécanique massif, de résoudre le problème du cubage sans nuire au continuum stratigraphique. À Marseille, la mini-pelle s’est révélée rapidement comme l’instrument ad hoc pour minimiser les pertes.

0

De la truelle à la pelle mécanique, pour une utilisation raisonnée de l’outil. Approche méthodologique et scientifique des sites protohistoriques en milieu rural

Le recours à la mécanisation en milieu archéologique s’appuie sur différents critères qui souvent relèvent des habitudes individuelles de travail ou encore des aspects de pénibilité de la fouille dite manuelle des vestiges. Elle peut parfois faire l’objet de prises de positions idéologiques et partisanes entre « pro » et « anti », suivant l’angle de vue privilégié. La réalité est plus complexe et les problèmes de méthodologie de fouille des sites archéologiques doivent avant toute chose répondre à une question fondamentale : comment mieux fouiller les gisements ?

0

Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille

Nous ne remonterons pas plus avant que les premières années de l’après-guerre pour retracer l’histoire de l’utilisation des engins mécaniques dans la pratique de l’archéologie. Ceci pour la bonne raison qu’à cette époque, les engins mécaniques ne sont pratiquement pas utilisés dans la construction des ensembles immobiliers eux-mêmes. C’est le développement rapide de la technologie des années 1950 qui a permis l’apparition d’un nouvel engin : la pelle mécanique hydraulique. À Marseille, Henri Rolland détourne au profit de l’archéologie cet engin dédié à la reconstruction du Panier, quartier particulièrement riche en vestiges et par ailleurs foyer de résistance pendant la seconde guerre mondiale.

0

Stratégie d’utilisation de la mini-pelle en Grand Est sud

Bien qu’il semble à peu près admis que la mécanisation des opérations de fouille constitue une évolution souhaitable, voire inévitable, elle doit s’inscrire dans un processus raisonné et raisonnable, après avoir pris en compte l’ensemble des paramètres techniques, scientifiques et humains. Ce préalable nous paraît indispensable et devrait permettre de briser quelques préjugés considérant que la mécanisation ne peut être excessive ou, par opposition, trop limitée. La situation médiane constitue probablement, du moins pour le moment, la meilleure des alternatives. Ces extrêmes sont probablement aussi une des conséquences de pratiques locales très hétérogènes et parfois à tel point ancrées dans les mentalités qu’un retour sur expérience en toute objectivité peut paraître difficile.

0

Historique et objectifs scientifiques de la mécanisation en Lorraine

La prise de conscience par l’opinion publique du caractère irréversible de la destruction des sites archéologiques et les changements politiques intervenus en 1981 furent, au niveau national, l’occasion d’un important renversement de tendance. En Lorraine, l’événement déclencheur fut, en 1983, le scandale des Hauts de Sainte-Croix à Metz qui, succédant à une série de destructions spectaculaires, permit la mise en place d’une véritable archéologie professionnalisée. En 1984 et 1985, plusieurs opérations d’archéologie préventive purent ainsi être engagées en milieu urbain comme en zones rurales. Le changement d’échelle de ces interventions, en termes de surfaces traitées, et l’obligation de respecter des délais imposèrent d’emblée le recours aux moyens mécaniques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search