Étiqueté : archéologie préventive

0

Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille

Nous ne remonterons pas plus avant que les premières années de l’après-guerre pour retracer l’histoire de l’utilisation des engins mécaniques dans la pratique de l’archéologie. Ceci pour la bonne raison qu’à cette époque, les engins mécaniques ne sont pratiquement pas utilisés dans la construction des ensembles immobiliers eux-mêmes. C’est le développement rapide de la technologie des années 1950 qui a permis l’apparition d’un nouvel engin : la pelle mécanique hydraulique. À Marseille, Henri Rolland détourne au profit de l’archéologie cet engin dédié à la reconstruction du Panier, quartier particulièrement riche en vestiges et par ailleurs foyer de résistance pendant la seconde guerre mondiale.

0

Stratégie d’utilisation de la mini-pelle en Grand Est sud

Bien qu’il semble à peu près admis que la mécanisation des opérations de fouille constitue une évolution souhaitable, voire inévitable, elle doit s’inscrire dans un processus raisonné et raisonnable, après avoir pris en compte l’ensemble des paramètres techniques, scientifiques et humains. Ce préalable nous paraît indispensable et devrait permettre de briser quelques préjugés considérant que la mécanisation ne peut être excessive ou, par opposition, trop limitée. La situation médiane constitue probablement, du moins pour le moment, la meilleure des alternatives. Ces extrêmes sont probablement aussi une des conséquences de pratiques locales très hétérogènes et parfois à tel point ancrées dans les mentalités qu’un retour sur expérience en toute objectivité peut paraître difficile.

0

Historique et objectifs scientifiques de la mécanisation en Lorraine

La prise de conscience par l’opinion publique du caractère irréversible de la destruction des sites archéologiques et les changements politiques intervenus en 1981 furent, au niveau national, l’occasion d’un important renversement de tendance. En Lorraine, l’événement déclencheur fut, en 1983, le scandale des Hauts de Sainte-Croix à Metz qui, succédant à une série de destructions spectaculaires, permit la mise en place d’une véritable archéologie professionnalisée. En 1984 et 1985, plusieurs opérations d’archéologie préventive purent ainsi être engagées en milieu urbain comme en zones rurales. Le changement d’échelle de ces interventions, en termes de surfaces traitées, et l’obligation de respecter des délais imposèrent d’emblée le recours aux moyens mécaniques.

0

L’utilisation de la mini-pelle sur l’habitat rural médiéval de Hofstatt (Bas-Rhin)

Les méthodes de fouilles appliquées sur le chantier de Hofstatt, à Marlenheim, ne sont sans doute pas particulières. Elles sont le fruit d’une réflexion menée sur le terrain depuis une dizaine d’années, principalement à partir de sites du haut Moyen Âge, pour adapter au mieux les techniques de fouilles aux types de structure et aux objectifs scientifiques définis pour chaque chantier. L’approche adoptée a surtout été déterminée par la complexité particulière du site, reposant d’un côté sur la grande densité et l’extrême enchevêtrement des creusements sur une partie de la surface et, de l’autre, sur la présence de structures peu communes, souvent de taille importante, dont l’identification n’a pas été d’emblée toujours évidente.

0

L’utilisation de la pelle mécanique en milieu équatorial et tropical. Une méthode de collecte des données et de développement de l’archéologie préventive dans les départements français des Amériques

Le milieu tropico-équatorial présente des spécificités environnementales qui nécessitent une adaptation des méthodes d’intervention en archéologie, l’archéologie préventive intervenant dans ce cas comme innovatrice et porteuse d’améliorations techniques et méthodologiques aboutissant à l’accroissement des données scientifiques. La mise en place par l’Inrap de décapages extensifs en milieu forestier depuis moins de 20 ans constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des sites et dans leur exploration, tant en phase de diagnostic que de fouille. Les méthodes sont nouvelles et permettent tout à la fois d’avancer rapidement dans la fouille des sites et d’y associer de fait, depuis peu, les problématiques paléo‑environnementales.

0

Techniques et technologies de chantier : organisation du travail

Dans sa réflexion sur l’organisation du travail, tant dans son fonctionnement général que sur les chantiers, l’Inrap doit prendre en compte l’étude des méthodes techniques et technologiques nécessaires à la réalisation de ses travaux. Ces études ne se limitent pas à l’étude des travaux répétitifs, dans le seul but d’optimiser constamment les rendements suivant des critères mathématiques. Le domaine couvert par ces études est extrêmement vaste : il regroupe toutes les activités techniques et technologiques mises en place pour la réalisation de l’activité archéologique qui présente cette particularité d’avoir des lieux de travail sans cesse renouvelés. Ces études intéressent tout aussi bien les personnels de l’Inrap qui préparent les chantiers que ceux qui y sont affectés.

0

Le Parc logistique de l’Aube, fouille de 2006 : une expérience de tamisage mécanisé à grande échelle

L’objet de ces lignes est de tirer le bilan, aussi objectif que possible, de la campagne de fouille 2006 menée par une équipe de l’Inrap Grand Est nord sur le Parc logistique de l’Aube (PLA). L’introduction d’une forme originale de tamisage dans les méthodes de fouille mécanisées en usage justifie la discussion sur son opportunité, ses résultats et ses limites.

0

Le point de vue de la direction scientifique et technique

Pour des raisons non seulement de pragmatisme et d’efficacité, mais également de priorité méthodologique et opérationnelle, le séminaire a porté essentiellement sur un domaine précis de la mécanisation, celui de la mise en œuvre de mini-pelles hydrauliques. Avec un retard de plusieurs années et le recul imposé par divers aléas, il nous est apparu souhaitable, dans cette partie conclusive, d’élargir davantage la problématique. Les propos ont non seulement été réactualisés mais vont au-delà des conclusions du séminaire pour aborder la mécanisation sous divers angles, et considérer le recours à la mini-pelle dans un contexte élargi, avec une sensibilité particulière pour le tamisage de gros volumes.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : Introduction

Les recherches sur le Paléolithique et le Mésolithique en archéologie préventive semblent être en France mieux intégrées dans les études d’impacts d’aménagement du territoire que dans la plupart des pays européens. Le diagnostic des sites paléolithiques est d’une complexité à la fois scientifique et technique. Ce séminaire s’est donné pour objectif non seulement de présenter des études de cas mais aussi de proposer des méthodes et techniques, bases d’un travail de terrain permettant l’amélioration des possibilités de découvertes de sites paléolithiques et la meilleure appréciation possible de leur potentiel scientifique.

0

L’exemple d’une campagne de sondages géologiques préalables au diagnostic archéologique

Le diagnostic est l’étape fondamentale et délicate de toute la démarche de l’archéologie préventive. L’archéologue intervient armé des connaissances rassemblées au préalable sur le lieu : cartes, sondages géotechniques, visites de terrain… Mais l’efficacité du diagnostic dépend surtout de l’expérience assimilée dans un contexte stratigraphique similaire. Dans certains cas, les études préalables peuvent être renforcées par une reconnaissance de la stratigraphie (exemple de Dourges). Cette démarche atteint toute son efficacité dans le cas de vastes surfaces où le contexte sédimentaire est méconnu.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques en Aquitaine

Pour les périodes anciennes de la Préhistoire, le diagnostic est primordial et ne peut se satisfaire du simple constat de la présence ou de l’absence de vestiges (lithiques quasi exclusivement). Cette phase relève d’exercices difficiles, voire parfois spécialisés sur le terrain qui doivent in fine aboutir à des interprétations objectives concernant la nature du site et son statut. En découle la suite des opérations, favorable ou défavorable à la sauvegarde par la fouille et l’étude. Ce sont essentiellement les opérations de diagnostics en milieu rural, et en particulier les tracés linéaires, des aménagements de ZAC et de ZI, qui pourvoient l’essentiel de la détection et de la caractérisation de sites paléolithiques. L’Aquitaine, et plus globalement le sud-ouest de la France, ne déroge pas à cette règle.

0

Identification de sites paléolithiques et mésolithiques en Midi-Pyrénées : méthodes et implications

Avec une superficie comparable à celle du Danemark, la région Midi-Pyrénées est la plus vaste de France (45 348 km²). Assez logiquement, cet espace immense englobe des contextes géologiques très diversifiés. À l’échelle de sa géographie, le contexte archéologique de la région Midi-Pyrénées est particulièrement riche et diversifié. Pourtant, ce n’est que depuis très peu de temps, soit dans les années 1990, que des résultats probants concernant les phases anciennes de la Préhistoire sont issus d’opérations d’archéologie préventive.

0

La détection des sites mésolithiques dans le nord de la France

Il est question ici de faire un point sur la détection des sites mésolithiques dans le nord de la France à partir de l’expérience régionale et des pratiques en vigueur au nord de la Seine. L’approche peut être extrapolée à l’ensemble du Bassin parisien et à une partie de ses marges. En effet, ces régions ont en commun de receler essentiellement des sites de plein air. Les abris sous roches et les amas coquilliers y sont quasiment absents. Ces deux derniers types de gisements nécessitent une méthodologie spécifique qui ne sera donc pas abordée.

0

Quelques exemples de diagnostics dans le bassin hydrographique de la Somme

À Amiens et dans ses environs, sept diagnostics ont concerné des aménagements immobiliers sur des surfaces restreintes en contexte périurbain (fin 2005 à fin 2006). Ils se placent sur une aire géographique restreinte dans la plaine alluviale et ont été traités par la même équipe. La motivation des prescriptions de diagnostic indiquait un risque de présence de sites du Paléolithique final ou du Mésolithique. Sensibilisé à ces questions, l’adjoint scientifique et technique nous a proposé de réaliser ces diagnostics en compagnie de Sylvie Coutard, géomorphologue.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search