Étiqueté : carpologie

0

« L’occasion fait le larron » : pour une meilleure intégration du potentiel documentaire des diagnostics archéologiques « négatifs » réalisés en contexte de plaine alluviale

La phase de diagnostic est la première d’une intervention archéologique. Elle est primordiale pour les géoarchéologues car, en cas de non découverte de vestiges ou de structures archéologiques, elle constitue l’unique occasion d’accéder aux séquences stratigraphiques. Les secteurs de fond de vallée, par la puissance de leurs enregistrements sédimentaires et la bonne conservation des écofacts, sont des zones indispensables à la compréhension des évolutions morphosédimentaires et environnementales des bassins versants. Il convient de les considérer comme de véritables réservoirs d’informations sur les environnements du passé par le biais d’approches pluridisciplinaires (géoarchéologie, biomarqueurs…). Dans les secteurs de recherche à faible impact anthropique dit « hors sites », les travaux de reconstitution paléo-environnementales, géomorphologiques et chronostratigraphiques doivent être favorisés car ils constituent un atout fondamental pour comprendre les modalités et les contextes d’occupation des sites sur une plus large échelle, d’autant que la phase de diagnostic sera la seule à les explorer. Nous voudrions, par cet article, sensibiliser les acteurs de l’archéologie sur l’importance que revêtent les observations systématiques sur de telles zones lors de la phase de diagnostic et montrer le potentiel informatif important qui en découle par la présentation d’exemples, l’un au Grand-Duché de Luxembourg (vallée de la Moselle) et l’autre à Autrecourt-et-Pourron (Ardennes, France).

1

Le rapport d’analyse carpologique : exposé des minimums méthodologiques communs attendus par la communauté archéologique (carpologues, responsables d’opérations, services de l’État)

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

0

De l’intérêt de l’archéo-écologie en zone « naturelle » de basse plaine

L’histoire des sociétés passées doit être replacée dans un contexte global incluant l’environnement climatique et biologique. Cette démarche, qui fait appel à de nombreux spécialistes, est aujourd’hui adoptée par la majorité des équipes de recherche, notamment celles qui s’appliquent à reconstituer le couvert végétal dans lequel ces sociétés ont vécu et qu’elles ont en partie domestiqué. Parallèlement aux fouilles des sites archéologiques, une recherche en contexte « naturel », visant à étudier l’histoire de la végétation, reste aujourd’hui à développer par les carpologues.

0

L’échantillonnage carpologique dans le cadre de l’archéologie préventive : du terrain au laboratoire

Dans le cadre des opérations d’archéologie préventive, l’échantillonnage sur le terrain est une étape primordiale pour les études bioarchéologiques. En raison de budgets post-fouille souvent très limités, une décroissance du nombre des prélèvements est actuellement observée ainsi qu’une multiplication des études pas ou peu représentatives par rapport aux occupations et structures mises au jour. Il semble donc important de définir les objectifs des études bioarchéologiques et les moyens destinés à la mise en œuvre, et ce dès la prescription et l’élaboration des projets scientifiques de l’intervention.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

L’enregistrement et le traitement des données bioarchéologiques dans Syslat

Créé dans les années 80 par Michel Py (CNRS) et l’équipe de fouilles de Lattes, le logiciel Syslat a été conçu comme un outil informatique de gestion et d’exploitation des données de fouille. Ce logiciel est en train d’évoluer vers un Système d’Information Archéologique (SIA), destiné à être adaptable à tous types de sites, de vestiges et à toutes périodes. L’évolution de Syslat en SIA permettra d’intégrer les dernières avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données de fouille, tout en poursuivant l’effort de normalisation et de création de référentiels liés aux différents dictionnaires et bibliothèques attenants au logiciel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search